Communiqués / Avis

Les CDCEA, un an après : ce qu’en pense le réseau FNE PACA

La prise de conscience de la nécessité de préserver les espaces naturels, agricoles et forestiers, est concomitante de l’accélération de leur destruction. Depuis la fin du siècle dernier, nous nous sommes habitués à entendre que la France s’artificialisait au rythme d’un département tous les dix ans. Il nous faut à présent constater que ce rythme est passé à un département tous les sept ans !

Devant ce fait, France Nature Environnement a proposé à chacun des candidats aux élections présidentielles de 2012 , de mettre en oeuvre ce qui apparaît comme un chantier prioritaire : « Atteindre zéro artificialisation nette du territoire en 2025, et pour cela stopper le gaspillage de ces espaces en commençant par diviser par deux le rythme d’artificialisation nette dès 2017, à l’aide d’un programme dédié ».

Dans notre région Provence Alpes Côte d’Azur, soumise à forte pression démographique, mais aussi convaincue, semble-t-il, que seul le développement urbanistique est synonyme de développement économique, le problème de la protection des espaces agricoles se pose avec une particulière acuité. L’espace agricole peut-il encore être autre chose qu’une réserve foncière pour l’urbanisation future ? Comment, par exemple, préserver, voire installer, à la périphérie de nos villes, des « ceintures nourricières », propices au développement d’une agriculture de qualité, générant circuits courts et emplois ?

FNE suggère quelques mesures nouvelles. Qui s’ajouteraient aux mesures existant déjà. Un tour d’horizon s’impose, et c’est pourquoi nous consacrons ce n°1 de la lettre agricole à la Commission Départementale de Consommation des Espaces Agricoles (CDCEA).

120608-URVN agri_position CDCEA_vf[1].pdf