Communiqués / Avis

Biodiversité et énergies renouvelables : Une conciliation possible et attendue des associations


La biodiversité : Une grand absente dans le débat sur la transition mais une source incontournable en matière d’énergie

Nous avons eu dans la région de nombreux débats sur la transition énergétique et les énergies renouvelables. On parle d’efficacité, de sobriété, de gouvernance, de moyens, etc, mais qu’en est-il de la source même de ces énergies ? Le soleil, l’eau, le vent, le bois sont produits par nos écosystèmes et leur existence est liée à la présence des espaces naturels et à la biodiversité. Pourtant, on ne prend pas en compte le fonctionnement écologique de ces milieux dans l’implantation d’unités de production d’énergies renouvelables. Ces dernières sont bien sûr indispensables. Cependant, même si la transition est urgente, il reste la question du prix à payer en terme de biodiversité. De plus en plus d’espaces naturels sont artificialisés et l’implantation de nouvelles unités de production accélère ce phénomène. Par exemple la mise en place d’éoliennes dans la plaine du Crau a ouvert à l’urbanisation. I

Intégrer des visions transversales et croiser les schémas régionaux

Des outils existent cependant au niveau régional. Leur articulation est nécessaire et doivent être en complémentarité avec les schémas régionaux. Mais comment le SRCAE prend en compte le SRCE ? Dans le SRADDT, chaque thématique est déconnectée des autres : il n’y a pas de vision globale qui serait pourtant nécessaire à un aménagement cohérent du territoire.

Nos points de vigilance

  • La priorité des associations est bien de limiter l’artificialisation : Notre positionnement est clair : Nous sommes bien évidemment très favorables aux énergies renouvelables, dont les impacts sur la biodiversité sont sans commune mesure avec ceux du nucléaire ou encore des gaz de schistes. Mais nous devons veiller à ce que leur implantation ne soit pas une occasion supplémentaire d’urbaniser. Il ne faut pas mettre en concurrence ces énergies, les espaces naturels et les espaces agricoles. D’autres espaces existent, notamment dans les villes, là où se trouve la demande. Nous souhaitons que toutes les autres possibilités soient épuisées, avant de décider d’implanter des unités de productions sur des terres qui ont déjà d’autres vocations et soumises à des pressions de plus en plus nombreuses.
  • Intégrer des critères de biodiversité au sein des cahiers des charges des projets de la commission de la régulation de l’énergie : Afin que la préservation de la biodiversité soit une priorité, il nous paraît nécessaire d’intégrer ce volet dans la Commission de la Régulation de l’Energie. Nous avons une responsabilité au niveau de la biodiversité, élément fondamental et source des énergies renouvelables. C’est pourquoi il est indispensable d’éviter, de réduire ou dans le dernier cas de compenser les conséquences de ces énergies sur nos espaces naturels et agricoles.
  • Suivi des mesures de compensation : Enfin, nous voulons que les associations de protection de l’environnement puissent accéder et suivre les mesures compensatoires. Il nous paraît cohérent que les mesures prescrites soient effectivement mises en place et ce, dans les meilleures conditions possibles. Les associations de protection de l’environnement, ayant une bonne connaissance de leur environnement et étant liées à leur territoire, sont les acteurs incontournables pour assurer ce suivi.

Attente de projets exemplaires en PACA

Nous manquons, dans la région, d’exemples de projets réussis et nous souhaitons qu’il y en ait plus. Il faut développer les projets exemplaires comme celui d’Istres où une ancienne décharge a été recouverte de panneaux photovoltaïques. Un projet réussi doit respecter des critères fondamentaux, tels que : – la concertation des habitants, associations environnementales et des différents acteurs du territoire, en amont, pendant et en aval du projet, en mettant par exemple en place, un comité local de suivi de projet ; – aménager en priorité les endroits qui sont déjà urbanisés (parkings de grande surface, toitures, embranchements d’autoroutes, …) ou pollués (anciennes décharges,…) – Veiller à tous les niveaux de la conception du projet que le « réduire, éviter, compenser » soit effectivement et efficacement mis en place. Dans le cadre des programmes régionaux (de type AGIR) nous proposons de l’innovation à travers des cahiers des charges sur des projets exemplaires, capables de concilier de l’énergie et de la biodiversité, basés sur une démarches participative que pourraient relayer les acteurs du territoire tels que les associations.