Communiqués / Avis

Le SIMA : des inexactitudes et des déséquilibres

Le projet de révision du SIMA (Schéma Interrégional du Massif des Alpes) doit prochainement être approuvé par le Conseil Régional de PACA. Ce projet définit 4 grands axes pour le massif des Alpes :
– Garantir dans la durée la diversité et l’équilibre des ressources naturelles et patrimoniales ;
– Consolider et diversifier les activités spécifiques du massif en les adaptant aux changements ;
– Organiser et structurer le territoire
– Inscrire les Alpes françaises dans leur environnement régional, transfrontalier, transnational
Cependant, ce document nous interpelle sur plusieurs points

UN PLAIDOYER POUR LE LYON-TURIN QUI N’A PAS LIEU D’ETRE

Si les deux premières parties du document sont évasives, il n’en est pas de même pour la partie concernant l’organisation et la structuration du territoire : On retrouve dans ce chapitre, les grandes infrastructures linéaires ferroviaires et routières qui sont identifiées et citées. Cependant le SIMA reprend ici la stratégie de Rhône Alpes qui consiste à présenter globalement les flux transalpins sans distinguer la problématique des Alpes du Sud de celle des Alpes du Nord. Pourtant, le rapport Alpifret 2013 nous permet d’apporter les chiffres mettant en valeur les différences entre le nord et le sud des Alpes :
– Le trafic sur l’axe ferroviaire Lyon-Turin tous frets confondus demeure inférieur à 4 millions de tonnes et le transit transeuropéen stagne toujours, pour la 3ème année consécutive (chiffres Alpinfo)
– L’évolution du trafic du fret routier transalpin français est globalement stable de 1999 à 2011 (+2,3%), mais cette stabilité globale reflète deux réalités inverses. En totalisant les trafics sur les passages routiers français, l’accroissement du trafic routier à Vintimille masque la chute de ce même trafic sur l’axe Lyon-Turin.
– Le transit transeuropéen routier à Vintimille atteint 10,7 millions de tonnes, ce qui fait environ 60% des 17,9 millions de tonnes du trafic routier total qui passent par Vintimille
– Les congestions au niveau du tunnel du Fréjus et du Mont Blanc n’ont pas cessé de régresser pour atteindre un total de 22heures.km en 2011. Pour la 3ème année consécutive, aucune congestion n’a été détectée pour le tunnel du Mont Blanc. A contrario, au passage de Vintimille, la congestion routière atteint 23208 heures.km en 2011, soit plus de 1000 fois le total de la congestion des passages des Alpes du Nord.
Malgré ces données, le SIMA présente l’axe Lyon-Turin comme un « enjeu majeur pour la traversée des Alpes franco-italiennes ».
Il est regrettable que la seule partie du document qui propose un projet propre au territoire, avec des infrastructures localisées, soit un plaidoyer pour l’axe Lyon-Turin, sans distinguer les besoins des Alpes du Sud de ceux des Alpes du Nord et n’apportant aucune solution adaptée à la congestion routière de Vintimille.

UN CATALOGUE GENERAL DE VŒUX PIEUX ET DE BONNES INTENTIONS

Au contraire de la partie infrastructure, les deux premières parties du SIMA présentent des insuffisances flagrantes en matière de conservation et de gestion des patrimoines naturels et paysagers. Le paragraphe relatif aux politiques foncières n’envisage pas d’utiliser les outils disponibles à des fins de préservation du patrimoine naturel. Ce dernier est évoqué en introduction du chapitre I mais le SIMA ne propose aucune vision prospective.
Le SIMA est déconnecté des spécificités du massif Alpin : le chapitre relatif à la ressource en eau mériterait d’être complété par des objectifs précis, identifiant les milieux aquatiques et les ressources qui doivent être préservées, notamment au regard du changement climatique. Le chapitre sur le tourisme, s’il fait la promotion du tourisme durable, reste sur des généralités qui pourraient être mises en œuvre sur tout le territoire. Enfin, le document ne prend pas en compte la sensibilité environnementale et patrimoniale du territoire et privilégie encore trop la demande touristique, plutôt que la potentialité des territoires.
On regrette qu’il y ait une telle différence entre les parties sur la préservation de la nature et la partie sur les infrastructures : Cela montre que toutes les problématiques ne sont pas considérées sur un pied d’égalité. Nous devons reconsidérer nos priorités et placer la conservation des fonctionnements éco systémiques au cœur de nos réflexions dans l’aménagement du territoire. Une agriculture respectueuse de l’environnement doit être maintenue et développée.

MALGRE TOUT, DES AVANCEES SONT A NOTER

Il nous faut cependant saluer le travail des associations de protection de l’environnement et qui, pas à pas, par leur présence et leur pugnacité, gagnent du terrain. Effectivement, il y a encore bien des choses à améliorer mais petit à petit, des changements s’opèrent, qui font que le SIMA évolue positivement. Il n’est pas anodin que le chapitre de tête concerne la garantie dans la durée de la diversité et de l’équilibre des ressources naturelles et patrimoniales. Il est nécessaire de rappeler que la demande toujours croissante des différents utilisateurs peut impacter les fonctionnalités écologiques des milieux et les paysages. De même, le SIMA rappelle l’importance de la gestion de la ressource naturelle et de l’espace qui sont la base même des activités agricoles, touristiques et forestières du massif Alpin : l’eau, par exemple, est nécessaire pour l’eau potable, les stations de ski, les agriculteurs,… mais ces besoins doivent être sur un pied d’égalité avec les besoins des écosystèmes qui assurent les fonctions vitales de nos territoires et la durabilité de ses activités.
Ces « vœux pieux » doivent être concrétisés dans les différentes politiques territoriales pour leur donner corps. Comment faire pour que les « bonnes idées » du SIMA, en terme de protection de l’environnement, soient prises en compte ? Il faut travailler ensemble pour amener une cohérence entre le SIMA, les schémas régionaux, les schémas départementaux, les SCoT et les PLU. La solution est-elle dans une DTA des Alpes qui donnerait à la protection de la nature sa dimension essentielle ?