Actualités

Eau et agriculture : feu vert aux retenues de substitution

Suite à la conférence environnementale de septembre, le Ministère de l’Ecologie a levé le moratoire sur les retenues de substitution. 

FNE PACA s’inquiète de cette décision, qui constitue un recul de la politique de l’eau face aux lobbies agricoles. 

En effet, derrière le vocable « retenue de substitution » se cachent différentes réalités territoriales :

  • des retenues de soutien d’étiage (barrage sur cours d’eau, généralement de grande taille)
  • des retenues collinaires placées sur cours d’eau, temporaire ou non, ou alimentées par les eaux de ruissellement
  • des retenues de substitution, creusées dans le sol et théoriquement isolées des milieux naturels. Elles sont alimentées par pompage dans une rivière ou dans une nappe des « eaux d’excès ». 

Les impacts sur les milieux et sur la ressource différent selon le type de retenue, mais sont toujours présents :

  • impacts sur le cours d’eau si la retenue intègre un barrage (avec tous les inconvénients du barrage en terme de rupture de continuité écologique et sédimentaire, en terme d’ennoiement de milieu, de changement de morphologie , en terme de dégradation de qualité d’eau…)
  • impacts sur l’hydrologie notamment pour les retenues collinaires car elles interceptent les eaux de ruissellement,
  •  pour les retenues de substitution, impacts sur l’occupation du sol et impact cumulé à l’échelle d’un bassin versant en raison du remplissage des retenues (difficulté à déterminer les « eaux d’excès », sauf en période de crue).

 Le Ministre autorise aujourd’hui la création de retenues de substitution et leur financement par les Agences de l’eau, sous réserve que ces projets de retenue entrent dans des projets de territoire, incluant des travaux sur la connaissance de la ressource, des économies d’eau, des travaux d’amélioration de la qualité des milieux.

Cependant, tout cela pose question. 

  • dans le contexte de changement climatique actuel, est il encore pertinent d’investir des sommes considérables, prises sur les deniers publics, pour créer des ouvrages dont nous ne sommes pas sûrs que nous aurons la ressource pour les remplir ?
  • le conditionnement du financement des retenues à des projets intégrés de territoire pourrait faire que les projets de territoire soient bâtis autour des projets de retenue. Or, c’est bien le projet intégré de territoire lui même qui est source d’intérêt, de dynamique inter-acteurs, de gain en terme de qualité d’eau pour le territoire, et c’est donc le projet intégré qui devrait être financé. 

En savoir plus sur le stockage de l’eau :

note de FNE – Pôle Eau sur le stockage de l’eau

courrier du Ministre indiquant la levée du moratoire sur les retenues de substitution