Actualités

Résultats de l’enquête publique Altéo : FNE réaffirme ses exigences

NE PLUS SUPPORTER L’INSUPPORTABLE : PLUS DE REJETS TOXIQUES EN MEDITERRANNEE

La commission d’enquête a rendu récemment son avis sur la demande d’autorisation d’exploitation de la société Alteo à Gardanne. Celle-ci a donné, à l’unanimité, un avis favorable et sans réserve à la demande de dérogation quant à l’arrêt de rejets en mer, assorti de quelques recommandations. Après l’intervention de Segolène Royal, ministre de l’écologie sur France inter, FNE, FNE PACA et FNE Bouches du Rhône réaffirment leurs exigences.

Un avis favorable en dépit du bon sens

FNE, FNE PACA et FNE 13 s’étonnent que la Commission d’Enquête ait rendu un avis favorable au rejet d’effluents liquides en Méditerranée, sans aucune réserve et donc sans aucun aspect contraignant sur le projet.
FNE et son réseau déplorent que les contrôles préconisés par la commission ne soient que des recommandations à savoir :
• la surveillance environnementale de ses émissions de poussières PM2.5 et PM10 à l’extérieur de l’usine,
• la mise en place d’un suivi préventif de la qualité de l’eau liée à une éventuelle fuite de la canalisation,
• la nécessité de connaitre et de suivre très précisément la composition de l’effluent après la mise en service des installations de traitement prévues et le contrôle régulier de l’état des canalisations afin de prévenir la dégradation des installations sous-marines,
FNE et son réseau regrettent qu’aucun délai ni aucune mesure ne soit véritablement imposées à l’exploitant.

Des rejets en mer qui auraient dû cesser il y a bien longtemps…

FNE, FNE PACA et FNE 13 luttent en effet pour que la pollution aux métaux lourds cesse enfin. Elles réaffirment donc leur position exprimée lors de l’enquête publique dont l’intégralité est consultable ici : que tout rejet liquide ou solide de substances polluantes dans le cœur du Parc National des Calanques est inacceptable. Nous sommes défavorables à la poursuite des rejets liquides dans les conditions proposées aujourd’hui.
Les analyses montrent que les concentrations en Arsenic et en Aluminium sont fortement supérieures aux exigences de la Convention de Barcelone et aux normes de rejet admises par l’arrêté de 1998 dans l’eau, qui pourtant s’applique à toutes les autres activités autorisées en France.
Il est anormal que, au vu des délais déjà accordés à l’industriel depuis 1996, un délai supplémentaire de 20 ans soit encore octroyé pour la mise aux normes du rejet des effluents liquides.

Une pollution qui ne doit pas être transférée sur terre

L’extraction de la fraction solide des déchets est aujourd’hui stockée aux quatre vents sur le site de Mange Garri. Les associations ne souhaitent pas choisir entre pollution de l’eau ou pollution de l’air. Les riverains ne doivent pas subir les conséquences d’un stockage non maitrisé alors qu’ils sont à proximité immédiate du site.
FNE, FNE PACA et FNE 13 déplorent donc cet avis favorable qui ne tient pas compte des remarques exprimées massivement au cours de l’enquête publique et demandent qu’un délai de mise en conformité soit imposé à l’exploitant.

Pour Denez L’Hostis, président de FNE : « le laxisme à l’égard de cette activité industrielle n’a que trop duré. Des progrès ont été récemment réalisés mais l’exploitant doit prendre ses responsabilités pour ce qui concerne les rejets hors normes des deux derniers polluants à traiter et cesser son chantage à l’emploi au détriment de la santé des habitants et de l’environnement exceptionnel de la région».

Pour Pierre Aplincourt, Président de FNE 13 et membre du Conseil d’Administration du Parc des Calanques, «des solutions existent pour réduire de façon significative la pollution de ce rejet liquide. Notre réseau exige une date limite de deux ans pour y mettre un terme : d’ici là et sans attendre, ALTEO doit investir dans des recherches et construire une station d’épuration pour traiter l’intégralité de ses rejets. »

CONTACTS PRESSE :
Amanda BOUARD (FNE PACA) : 04 91 33 44 02
Solène DEMONET (FNE) : 01 44 08 77 87

Depuis plus de 40 ans, FNE PACA, Fédération régionale Provence Alpes Côte d’Azur des associations de Protection de la Nature, indépendante de tout parti politique, coordonne à travers ses fédérations départementales, les Associations de Protection de la Nature et de l’Environnement en Provence Alpes Côtes d’Azur pour mettre en œuvre le développement durable dans les territoires.

TELECHARGER LE COMMUNIQUE DE PRESSE