Communiqués / Avis

Vente en ligne : le réseau FNE expose les dangers des méga-entrepôts

De nombreux accidents, signes d'une gestion qui laisse parfois à désirer

Ces hangars de stockage accueillent l’ensemble des produits transitant sur le territoire : matières premières, textiles, alimentation, produits de la grande distribution, produits chimiques… une diversité de produits et de matières qui nécessitent une gestion rigoureuse et une vigilance redoublée. Pour preuve, on recense 207 accidents dans des entrepôts logistiques entre 2009 et 2017. Dans la majorité des cas (85%), il s’agit d’incendies, difficiles à maîtriser, entraînant notamment des fumées nocives et une pollution des eaux et des sols par les eaux d’extinction.

Les exemples de mauvaise gestion des stocks ne manquent pas, et l’entreprise Prologis, qui compte parmi ses clients LIDL, Carrefour, M. Bricolage, Lesieur, L’Oréal ou encore Amazon, s’illustre tristement en la matière. Stockage de 100 tonnes de matières dangereuses sans autorisation sur plusieurs de ses sites, registres des stocks non tenus à jour, stockage dans une partie qui n’aurait pas dû être utilisée… les incidents sont nombreux et démontrent la nécessité d’un encadrement strict.

Une course à la compétitivité qui accroît les risques pour les riverains

Pourtant, aveuglées par la promesse de croissance économique et de création d’emplois dans leurs régions, les préfectures, qui ont pour rôle de déterminer le type de classement des sites (et donc leur niveau de sécurité) sont particulièrement arrangeantes avec les exploitants. C’est notamment le cas en Seine-et-Marne, où la préfecture s’arrange pour permettre aux méga-entrepôts susceptibles d’être classés Seveso, de ne pas relever de ce régime contraignant. Le tour de passe-passe ? Une phrase magique, glissée dans l’arrêté d’autorisation : « l’exploitant s’engage à ne pas dépasser les classements Seveso ». Elle permet ainsi à l’entreprise de ne pas relever du niveau de sécurité maximal, par le jeu des gestions de stock, bien que la nature et les quantités maximales des produits imposent ce classement Seveso.

Ainsi, au fil des jours, lorsqu’une nouvelle marchandise entrera sur le site, l’exploitant s’assurera qu’une autre quitte les lieux. Solène Demonet, coordinatrice du réseau Risques et Impacts Industriels de France Nature Environnement, explique : « C’est comme si vous aviez la capacité de faire dormir 5 personnes chez vous, mais que vous vous engagiez à n’en accueillir que 4 auprès de votre propriétaire. Que se passe-t-il lorsque vous avez un invité ? Cet arrangement nous inquiète beaucoup. Que se passe-t-il, lorsqu’un imprévu arrive, ou que l’entreprise gère mal ses stocks ? Les services préfectoraux n’ont pas les moyens humains de vérifier que l’exploitant respecte bien cet engagement, alors même que la sécurité des riverains est en jeu. »

Mieux réfléchir le développement de la vente en ligne et son impact sur le territoire

Au-delà des risques liés à la gestion de ces méga-entrepôts, se pose aussi la problématique de la bétonisation de la périphérie des villes et de l’artificialisation des sols, de l’accaparement des terres arables, de la hausse de la pollution de l’air liée aux transports… Pour Ginette Vastel, responsable Risques et Impacts Industriels à France Nature Environnement : « la sécurité des riverains et l’environnement ne peuvent être bradés pour permettre à un secteur de croître, il est urgent de mieux contrôler l’implantation, puis la gestion de ces méga-entrepôts. Pour les soldes, mieux vaut faire les boutiques près de chez soi, et préférer la seconde main aux achats en quelques clics ».

Lire le dossier complet : « Méga-entrepôts, maxi bobards et giga risques » sur le site de FNE

Télécharger le communiqué de presse en version PDF