Actualités

Pollution atmosphérique : l’Azura en procès

Les prévenus n'ont pas respecté les normes européennes et internationales fixant le taux de souffre maximum que peut contenir le carburant de leur paquebot.

Il s'agit de la première fois que le procureur de Marseille décide de poursuivre une compagnie et un capitaine pour ce type d'infraction en Méditerranée.

Les prévenus sont poursuivis pour avoir utilisé, lors d'une traversée Barcelone-Marseille et dans les eaux sous juridiction française, un carburant dont la teneur en soufre dépasse les limites fixées au niveau législatif.

Rappelons que les normes antipollution atmosphérique ont été prises pour protéger la qualité de l'air. Le non-respect de ces règles est particulièrement grave, tant sur le plan sanitaire qu'en matière environnementale.

L'utilisation par les navires, notamment de plaisance, de carburants peu raffinés génèrent de fortes émissions d'oxyde de soufre. Ces types de carburants peuvent en effet contenir jusqu'à 3500 fois plus de soufre que le carburant utilisé par les voitures ou les camions diesel.

Or, des liens sans équivoque entre les émissions de dioxyde de soufre et certaines maladies cardiovasculaires et respiratoires sont désormais établis. Le dioxyde de soufre est un polluant irritant particulièrement nocif pour les personnes sensibles telles que les enfants ou les individus présentant déjà des troubles respiratoires chroniques comme l'asthme.

A l'heure actuelle, on estime que les émission de soufre seraient à elles seules responsables d'environ 50 000 morts prématurées chaque année en Europe, et coûteraient 58 milliards d'euros par an aux services de santé européens.

Du côté de l'environnement, les émissions de dioxyde de soufre contribuent à l'appauvrissement et à l'acidification des milieux naturels, notamment de l'océan.

Les prévenus ont reconnu les faits. Ils ont parfaitement connaissance de la législation applicable dans les eaux sous juridictions françaises. Ils savent également combien il est difficile d'opérer des contrôles et que de ce fait, le nombre de poursuites engagées dans le monde est très faible.

Afin de mettre fin au sentiment d'impunité que peuvent ressentir armateurs et capitaines, nous nous sommes constitués partie civile pour le procès de Carnival, aux côtés des associations Surfrider et FNE.

L'audience devait avoir lieu ce lundi 9 juillet mais a été renvoyée au 8 octobre prochain.

 

Ils en parlent aussi dans la presse :
20 Minutes
Marsactu

Contact presse :
Maroussia Berrezaie : maroussia.berrezaie@fnepaca.fr - 04 91 33 44 02