Communiqués / Avis

Procès du capitaine de l’Azura : les associations exigent que les normes environnementales soient respectées

Ce 8 octobre nous étions au procès du capitaine de l’Azura, navire appartenant à la société Carnival PLC, qui avait été renvoyé une première fois le 9 juillet dernier.

Aux côté des associations Surfrider, FNE et la LPO PACA, FNE PACA s’était constituée partie civile dans cette affaire de pollution atmosphérique inédite en France. Le capitaine était poursuivi pour ne pas avoir respecté les normes européennes et internationales fixant le taux de soufre maximum que pouvait contenir le carburant de son paquebot alors qu’il naviguait dans les eaux sous juridiction française. Il s’agissait de la première fois que le procureur de Marseille décidait de poursuivre un capitaine pour ce type d’infraction en Méditerranée.

Cette fois-ci l’audience a bien au eu lieu malgré l’absence du prévenu qui ne s’est pas présenté devant le tribunal correctionnel de Marseille. Les associations ont demandé réparation de leur préjudice moral, le comportement du prévenu ayant porté atteinte à leur objet statutaire ainsi qu’à l’ensemble des efforts qu’elles déploient depuis des années pour préserver la qualité de l’air dans la région.

Pour rappel les émissions soufrées sont extrêmement novices pour la santé et causent, d’après les dernières études, environ 50 000 morts prématurées chaque année rien qu’en Europe. Du côté de l’environnement, ces émissions participent à l’appauvrissement et à l’acidification des milieux naturels, notamment de l’océan.

Le procureur s’est montré particulièrement sévère dans ses réquisitions. Il a demandé aux juges de déclarer le prévenu coupable des infractions commises et de le condamner à une amende de 100 000€, dont 80 000€  à la charge de la société Carnival PLC.

La jugement sera rendu le 26 novembre prochain. Les juges devront se prononcer notamment sur le caractère intentionnel de l’infraction, point fortement discuté par les avocats de la défense.

Les associations attendent beaucoup de ce premier procès qui pourrait servir d’exemple, et mettre fin au sentiment d’impunité que peuvent ressentir armateurs et capitaines.