Communiqués / Avis

Libérons-nous des énergies fossiles !

Une fiscalité écologique indispensable

France Nature Environnement défend depuis de nombreuses années la mise en place d’une fiscalité écologique, qui est l’application concrète du principe du « pollueur-payeur » : vous polluez, vous payez et ces ressources servent à alimenter la transition écologique. Pour sortir de l'addiction au pétrole, un produit en voie de raréfaction, polluant et que nous devons importer, il est logique que les produits issus des fossiles deviennent progressivement plus chers. Les activités polluantes deviennent ainsi moins intéressantes, ce qui favorise les changements de comportements. Et les recettes issues de cette fiscalité doivent permettre de financer les mesures d’accompagnement à la transition.

Concernant les carburants, la réalité est un brin plus complexe. Contrairement  aux idées qui circulent, la fiscalité écologique n'est pas responsable des maux des automobilistes :

  • 60 à 70% des augmentations récentes du prix des carburants sont dues aux fluctuations du prix du pétrole.
  • La fiscalité écologique représente seulement 7% du prix à la pompe de l'essence, 8% du gazole et moins de 2% du gazole professionnel.

Cette fiscalité doit être maintenue, car c'est un outil pertinent pour favoriser l’orientation vers des énergies moins polluantes et moins émettrices de gaz à effets de serre, ainsi que pour encourager la mutation de la mobilité vers des solutions plus vertueuses, en priorité pour les plus modestes.

Les exonérations fiscales accordées à certains secteurs économiques, comme le transport routier de marchandises, sont quant à elles des subventions toxiques coûteuses pour la société, qui doivent être supprimées. Chaque euro d'exonération engendre 6 fois plus de coûts sanitaires, liés aux effets des énergies fossiles sur la santé.

Un changement de comportement nécessaire

France Nature Environnement considère-t-elle qu'il faille arrêter de se déplacer ? Non. Qu’il faille se déplacer mieux et autrement ? Clairement, oui. Petit rappel : un trajet en voiture sur 8 fait moins de 500 m, 40 % des trajets quotidiens en voiture font moins de 3km (soit 12 mn en vélo) et 90 % des trajets entre le travail et le domicile sont réalisés par des personnes seules dans leur véhicule. Des changements d'habitudes de mobilités sont indispensables.

Pour changer ces comportements, l'État doit inverser la logique qui fait de la voiture la reine de la mobilité. Avec la Loi sur les mobilités présentée en Conseil des ministres à la fin du mois de novembre, le gouvernement possède pour cela une formidable opportunité. France Nature Environnement défend sept mesures détaillées dans cet article afin de rendre les transports moins polluants et plus pertinents grâce à cette loi.

Notre vision : développer des solutions alternatives à la voiture, qu’il s’agisse du renforcement du transport ferroviaire, des transports en commun, des mobilités actives (vélo, marche…) et partagées (covoiturage, autopartage...). Les recettes issues de la hausse des taxes écologiques doivent être affectées à ce chantier, ainsi qu'à l'accompagnement financier des populations plus modestes et les plus dépendantes des énergies fossiles, notamment dans les zones périurbaines ou rurales, sans solutions de mobilité alternatives.

Ci-dessous le communiqué officiel de France Nature Environnement :