Communiqués / Avis

Mon beau sapin, roi des brûlés ?

Le Schéma Régional Biomasse, qui contient un état des lieux des  volumes de biomasse sylvicole, agricole, aquacole vise à :

  • Prendre en compte les quantités, la nature, l'accessibilité aux ressources disponibles, ainsi que le tissu économique et industriel
  • Définir des orientations révisables en matière de biomasse non alimentaire humaine  à court, moyens et longs termes en vue de mieux articuler offre et demande, de mobiliser les ressources et d'anticiper le développement du tissu économique dans un modèle soutenable

La diversification du mix énergétique renouvelable est la clé d’une transition énergétique réussie est, de ce fait, les bioénergies y ont toute leur place. Seule association de protection de l'environnement présente au comité de pilotage du schéma, nous avons souhaité rappeler un certain nombre éléments.

Bois-énergie - Rappeler la hiérarchie des usages

Il est important de le souligner : la simple utilisation d’un matériau renouvelable tel que le bois ne suffit pas pour inclure un projet dans la catégorie « énergie renouvelable » et « développement soutenable ». Le bois est ainsi renouvelable, à la seule condition que son exploitation ne dépasse pas son taux de renouvellement.
Concernant l’utilisation du bois à des fins énergétiques, FNE PACA est favorable à une exploitation locale raisonnée et durable de ce combustible. Il doit contribuer et s’insérer au « mix énergétique » local.

Néanmoins, nous appelons à la plus grande prudence et soulignons que, pour la partie issue de la forêt, son utilisation doit être compatible avec les fonctions écologiques et sociales assurées par les forêts ainsi qu’avec les autres modes de valorisation du bois.

Les usages prioritaires du bois, sur lesquels le schéma doit insister, sont :

  1. bois d’œuvre,
  2. bois d’industrie
  3. bois énergie, en dernier lieu et de façon limitée,

Concernant les autres sources de biomasse, FNE PACA rappelle que :

  • Les agrocarburants ont un bilan écologique désastreux et ne doivent pas être encouragés, pour des raisons de concurrence directe avec l’alimentation et de changement d’affectation des sols (trouver de nouvelles terres agricoles pour compenser la perte de production alimentaire pour produire ces fameux agrocarburants et donc destruction d'espaces naturels pour laisser place à ces nouveaux champs).

 

  • La valorisation en biogaz est particulièrement intéressante si elle respecte certaines conditions (ne pas détourner les cultures d’une production alimentaire, ni intensifier une exploitation agricole, continuer à prioriser les démarches de prévention de déchets organiques)

Ne pillons pas la biomasse de notre région !

De l’avis de l'Autorité Environnementale comme de l’AE, les objectifs de consommation de biomasse sont trop élevées au regard des capacités de mobilisation de la biomasse. A ceci, s’ajoute une insuffisante prise en compte des impacts des évolutions climatiques sur le renouvellement de la ressource.n Nous demandons davantage de garanties sur les mesures d'évitement et de réduction d'exploitation de la biomasse, notamment forestière

Des impacts environnementaux insuffisamment pris en compte

Nous soulevons les éléments suivants :

  •  Absence d’objectifs significatifs de réduction des gaz à effet de serre en lien avec les objectifs du SRADDET ou du  plan Cop d'avance,
  • Mesures d'évitement de pollution de l'air insuffisantes.
  • Garanties de préservation de la biodiversité et de l'intégrité des zones Natura 2000 insuffisantes.

Principaux consommateurs de biomasse en région, les grands absents

  • Bio-raffinerie de la Mède fonctionnant avec 450 000 tonnes d'huile de palme n'est pas prise en compte dans le périmètre du schéma
  • Centrale de Gardanne : pas de mentions des moyens et conséquences de parvenir à une résorption prévues des importations de biomasse d’ici 2026