Actualités

Annulation du projet de rocade Linéa à Marseille

Cette route départementale de 7 kilomètres doit relier Sainte-Marthe (14e), Plan-de-Cuques et Allauch. Mais le tribunal administratif de Marseille vient d’annuler la déclaration d’utilité publique accordée par le préfet à ce projet, pour lequel le département a acheté les terrains depuis… 1977. La déclaration d’utilité publique est nécessaire pour pouvoir procéder à des expropriations sur des terrains nécessaires au tracé. Mais pour cela, il faut justifier de l’intérêt général du projet. Plusieurs riverains, Le collectif « Pour la Sauvegarde du Poumon Vert de Saint Mitre »et la f France Nature Environnement Bouches-du-Rhône le contestaient, décrivant “un nouvel aspirateur à voitures”.

Le tribunal se rallie en quelque sorte à cette formule puisqu’il estime que la Linea ne permettra “pas de favoriser l’usage des transports en commun au détriment de la voiture individuelle”. Pire, le projet “aura pour conséquence, dès 2020, d’engorger les voies rejoignant la LINEA depuis l’extrémité nord-est de l’agglomération marseillaise” et “dès 2030, la LINEA sera saturée, rendant nécessaire la construction d’une route supplémentaire”.

Le collectif « Pour la Sauvegarde du Poumon Vert de Saint Mitre » a été créé en avril 2015 lorsqu’a été dévoilé le projet de construction d’un boulevard Urbain (de 7 km) appelé LINEA qui devait partir de Saint Menet pour aller aux Aygalades en passant par Allauch, Plan de Cuques, Château Gombert, Saint Mitre, Le Merlan. Un projet qui datait des années 1960 (à l’époque où St Mitre n’était constitué que de campagnes) et qui est ressorti des cartons du Conseil général peu avant Noël 214.

Face au silence du Conseil Départemental et du Préfet qui n’ont jamais répondu aux divers courriers qui leur étaient adressés, le collectif a réfléchi à des pistes de solutions alternatives et notamment la création d’un tramway non polluant, en site propre, et utilisant les emplacements déjà préemptés pour la LINEA.

Suite à l’arrêté de Déclaration d’utilité publique pris par le Préfet le 25 février 2016, le Collectif Pour la Sauvegarde du Poumon Vert de Saint Mitre, soutenu par FNE Bouches-du-Rhône, a déposé un recours devant le tribunal administratif pour faire annuler cette décision. Ils se sont fondés sur la notice explicative du projet et d’autres études qui mettaient en lumière l’incohérence d’avoir côte à côte une voie de transport en commune et une voie pour les automobiles alors que le projet initial ne devait concerner que les transports en commune. Il ressortait également des études que cette nouvelle voie serait saturée rapidement, du fait de la circulation.

Le projet tel que validé par le préfet allait également à l’encontre du Plan de déplacement Urbain qui affirmait à l’inverse qu’il fallait renforcer les modes de transports alternatifs à la voiture, mettre en place un réseau de transports en commun en site propre, permettant la desserte et le développement du pôle technologique de l’Etoile, désengorger les axes actuellement saturés ( boulevard Bara, avenue du Vallon Vert, avenue Einstein…) et, enfin, améliorer le cadre de vie des cœurs villageois (Château Gombert, Allauch, St Mitre…) aujourd’hui affectés par la circulation routière.

Ces arguments ont été repris par le Tribunal Administratif dans son délibéré qui n’a pas vu d’un bon œil la coexistence d’une voie routière en parallèle des transports en commun. En l’espèce, le tribunal a considéré que les caractéristiques du projet LINEA ne permettaient pas de favoriser l’usage des transports en commun. Il a également insisté sur le fait que les études jointes au dossier, notamment l’étude d’impact, faisaient ressortir un impact globalement négatif de la LINEA sur le trafic routier à moyen et long terme, ce qui empirerait le cadre de vie des cœurs villageois déjà fortement impactés par la circulation routière.

Le tribunal conclut donc à l’absence d’utilité publique du projet qui, en l’état, ne permet pas de répondre à l’intérêt général. L’arrêté du 25 février 2016 du préfet des Bouches-du-Rhône déclarant la LINEA d’utilité publique a donc été annulé.

C’est une belle victoire du collectif « Pour la Sauvegarde du Poumon Vert de Saint Mitre » et de France Nature Environnement Bouches du Rhône