Actions de sensibilisation

POLLUTION LUMINEUSE : les ambassadeurs de la nuit traquent les vitrines allumées

L’action de FNE Provence-Alpes-Côte d’Azur pour réduire la pollution lumineuse

Dans la nuit du 25 au 26 Juillet, une dizaine de bénévoles de France Nature Environnement Provence-Alpes-Côte d’Azur ont répondu présents pour aller recenser les commerces (et bureaux) restés allumés illégalement à Marseille en nuit profonde.

Durant cette action,  chaque groupe, muni d’un appareil photo, d’une carte et d’une feuille, a sillonné les rues du centre-ville de Marseille et des avenues Prado 1 et 2 et a photographié les commerces et bureaux concernés par la pollution lumineuse (éclairage intérieur ou extérieur, vitrine, enseigne lumineuse).

En seulement trois heures, les ambassadeurs de la nuit ont pu constater que plus de 300 commerces et bureaux étaient restés allumés dans la ville de Marseille.

Qu’est-ce que la pollution lumineuse ?

La pollution lumineuse est définie par « l'émission de lumière artificielle en extérieur entraînant la disparition du ciel étoilé et une dégradation des conditions de vie des espèces (animales, végétales et humaine). C'est la pollution dont la progression est la plus forte, la plus rapide et la plus insidieuse, mais c'est aussi celle sur laquelle on peut agir le plus facilement ! »[1]

Que dit la réglementation ?

La pollution lumineuse a été reconnue officiellement en 2009 lors du Grenelle sur l’environnement. Cependant, ce n’est qu’à partir de 2013 et du premier arrêté relatif à l’éclairage nocturne que la pollution lumineuse a été réglementée.

Le nouvel arrêté du 27 Décembre 2018 renforce et élargit les mesures mises en place, notamment pour les espaces publics. Concernant  les bureaux et commerces, ils ont l’obligation d’éteindre leurs éclairages et vitrines de magasins « au plus tard à 1 heure du matin, ou une heure après la fin d’occupation desdits locaux. Elles peuvent être allumées à partir de 7 heures ou une heure avant le début de l’activité si celle-ci s’exerce plus tôt. » [2]

Le contrôle du respect de la réglementation relève de la compétence des mairies, sauf pour les installations communales dont le contrôle doit être supervisé par le préfet. Cependant, peu de contrôles sont effectivement réalisés.

Quelles sont les conséquences de la pollution lumineuse ?

 De manière générale, la pollution lumineuse a de multiples conséquences sur l’environnement :
D’une part, c’est un gaspillage énergétique  qui a des effets en termes de réchauffement climatique, puisque la production d’électricité est émettrice de CO2, (on estime à 250 000 tonnes de CO2 par an les émissions liées à l’éclairage nocturne des commerces). D’autre part, la pollution lumineuse a aussi un impact sur la faune puisqu’elle perturbe leur cycle de vie. En effet, 70% des espèces animales sont partiellement ou exclusivement nocturnes ! Enfin, c’est aussi synonyme de dépenses inutiles. En effet, éclairer les commerces (et bureaux) en nuit profonde représente un gaspillage de 200 millions d’euros par an.

En France, 9 millions de points lumineux sont actifs chaque nuit, l’équivalent de la puissance délivrée par 1,5 réacteur nucléaire.[3]

Quelle est la prochaine étape ?  

La campagne menée par FNE en région Provence-Alpes-Côte d’Azur vise par la suite à sensibiliser les commerçants de jour à la réglementation en vigueur et aux dispositifs de minuteur disponibles. De plus, nous souhaiterions élargir cette campagne à d’autres villes de la région, telles qu’Aix-en-Provence, Toulon ou Nice.

 

Si vous êtes intéressés par notre campagne de lutte contre la pollution lumineuse et souhaitez nous aider, veuillez nous contacter par email contact@fnepaca.fr ou par téléphone 04 91 33 44 02.

 

[1] Musée National d’Histoire Naturelle
[2] Arrêté du 27 décembre 2018 relatif à la prévention, à la réduction et la limitation des nuisances lumineuses.
[3] Ministère de la Transition écologique et solidaire