Actions de sensibilisation

POLLUTION LUMINEUSE : les ambassadeurs de la nuit traquent les vitrines allumées

Plus de 300 commerces et bureaux restés illégalement allumés ont été recensés dans la nuit du 25 au 26 juillet. Les ambassadeurs de la nuit de FNE Provence-Alpes-Côte d’Azur ont recensé les commerces et bureaux restés allumés illégalement à Marseille en nuit profonde. Plus de 300 commerces et bureaux en centre-ville de Marseille et sur les avenues du Prado & 1 2 ont été recensés lors de cette maraude. En septembre, les ambassadeurs sont retournés voir les commerces précédemment recensés pour les sensibiliser aux impacts de la pollution lumineuse et aux potentielles amendes qu’ils encourent.

Qu’est-ce-que la pollution lumineuse ? Quelles sont les conséquences ?

La pollution lumineuse est définie par « l’émission de lumière artificielle en extérieur entraînant la disparition du ciel étoilé et une dégradation des conditions de vie des espèces (animales, végétales et humaine). C’est la pollution dont la progression est la plus forte, la plus rapide et la plus insidieuse, mais c’est aussi celle sur laquelle on peut agir le plus facilement ! »[1] La pollution lumineuse a de multiples conséquences. Tout d’abord, c’est une consommation d’énergie inutile. Cela gaspille 2 térawatt-heures par an, soit la consommation de 750 000 foyers en électricité. Qui dit consommation d’énergie dit donc émission de CO2 lié à la production d’énergie, mais également augmentation de la facture d’électricité.

C’est également une nuisance sur l’environnement La pollution lumineuse perturbe les rythmes biologiques des animaux – notons que 70% des espèces animales sont partiellement ou totalement nocturnes. Le sur-éclairage modifie l’alternance jour/nuit et la distinction des saisons, ce qui perturbe leurs cycles de reproduction et de recherche de nourriture.  La pollution lumineuse perturbe également les migrations : chez les oiseaux migrateurs et les chauves-souris, cela peut altérer leur système d’orientation, or, deux tiers des oiseaux migrateurs migrent de nuit. Les impacts se font également ressentir sur les insectes : ces derniers sont souvent attirés par la lumière (c’est ce qu’on appelle la phototaxie positive) et se font griller par la chaleur des éclairages ou bien manger par leurs proies car ils deviennent plus vulnérables à la lumière. La pollution lumineuse est ainsi la 2e cause de mortalité des insectes après les insecticides.

Côté santé, l’éclairage nocturne entraîne une baisse de la production de mélatonine, l’hormone du sommeil. Cette hormone est produite lorsqu’il fait nuit pour indiquer au corps humain qu’il a besoin de repos. La baisse de production de mélatonine peut donc impacter notre cycle biologique, notre qualité de sommeil et induire stress et fatigue.

Enfin, la pollution lumineuse entraîne une diminution de la vision du ciel étoilé. Aujourd’hui, un tiers de la population mondiale ne voit pas la Voie Lactée à cause de la pollution lumineuse.

[1] Musée National d’Histoire Naturelle

Depuis 2013, les bureaux et commerces sont dans l’obligation d’éteindre leurs éclairages et vitrines de magasins « au plus tard à 1 heure du matin, ou une heure après la fin d’occupation desdits locaux. Elles peuvent être allumées à partir de 7 heures ou une heure avant le début de l’activité si celle-ci s’exerce plus tôt. » [2]. Cette interdiction a été réaffirmée en 2018 par un nouveau décret.

Suite à ce recensement, une lettre a été envoyé au maire de Marseille Jean-Claude Gaudin ainsi qu’aux maires des arrondissements concernés pour demander la mise en demeure des commerces et bureaux recensés. En effet, le respect de cette réglementation est du ressort du pouvoir de police de la Mairie – exception faite des bâtiments municipaux, pour lesquels le respect de la réglementation doit être assuré par la préfecture.

Légende : La zone en rouge représente l’étendu du travail de recensement des ambassadeurs de FNE. Plus de 300 commerces et bureaux en centre-ville de Marseille et sur les avenues du Prado & 1 2 ont été recensés lors de cette maraude.

Par la suite, les ambassadeurs sont retournés sur le terrain le 20 septembre, en journée, pour sensibiliser les commerçants en leur expliquant la réglementation et les solutions pouvant être appliquées. Certains d’entre eux n’étaient d’ailleurs pas au courant de cette interdiction.

[2] Décret de 2013 abrogé par le nouveau décret de 2018 relatif à la prévention, à la réduction et à la limitation des nuisances lumineuses.