Communiqués / Avis

Les ambitions de transition énergétique de Nice Côte d’Azur : la grande déception

Nous avons émis en collaboration avec la fédération FNE des Alpes-Maritimes un avis à la consultation publique portant sur le plan climat-air-énergie (PCAET) de la métropole Nice Côte d’Azur.

Qu’est-ce-qu’un PCAET ?

Anciennement appelé PCET, les nouveaux PCAET, issus de la Loi de Transition Energétique pour la Croissance Verte de 2015, intègrent désormais l’enjeu « Air ». Ce sont des outils de planification de la transition énergétique à l’échelle de l’intercommunalité, obligatoires pour tout Etablissement Public de Coopération Intercommunale (EPCI) de plus de 20 000 habitants. D’une durée de 6 ans, le PCAET doit être le moteur de l’action territoriale dans la lutte contre le changement climatique et la pollution de l’air.

Les PCAET visent pour cela plusieurs objectifs : réduction des émissions de gaz à effet de serre, réduction de la dépendance énergétique et de la consommation d’énergie, limitation de la vulnérabilité climatique (réduction et adaptation).

Pour en savoir plus :

 

Le PCAET de Nice-Côte d’Azur manque singulièrement de cohérence et d’ambition

Pour notre mouvement associatif, le plan climat-air-énergie proposé par la métropole, constitué de 159 actions apparait plus comme un catalogue de bonnes intentions que comme un projet d’avenir pour le développement durable de la Métropole.

Les écarts entre les objectifs du Schéma Régional d’Aménagement, de Développement Durable et d’Egalité des Territoires (SRADDET) et ceux du PCAET pour les horizons 2026 et 2030 ne sont pas justifiés. Il est irresponsable de reporter les efforts des secteurs les plus émetteurs comme le transport routier (60% des émissions de GES) à l’horizon 2050 et non 2026.

Sur un territoire où 60% des émissions de gaz à effet de serre proviennent du transport routier, nous regrettons de ne pas voir apparaître une réelle stratégie d’intermodalité intégrant le report modal sur le ferroviaire.

Certaines thématiques sont insuffisamment traitées, comme l’impact des activités touristiques, l’évolution démographique sur le territoire, le secteur maritime et aérien ou bien les actions relatives à la prévention des crues, l’imperméabilisation des sols.

Nous avons également pointé du doigt le manque d’objectifs quantitatifs, de contenus détaillés des actions, de données chiffrées concernant les indicateurs de suivi et les moyens financiers à mobiliser, de résultats à atteindre.

Enfin nous regrettons le déséquilibre dans ce PCAET entre la ville centre et les 48 autres communes (la majorité des 159 actions concerne Nice).

Retrouvez ci-dessous l’intégralité de l’avis