Actualités

Illuminer le pont de Savines-le-Lac : un projet pas franchement brillant !

Le projet d’illumination du pont de Savines-le-Lac a été dénoncé par plusieurs associations lors d’une conférence de presse organisée le 10 octobre dernier.

A l’heure de la transition écologique et énergétique, nous sonnons l’alerte pour dénoncer un projet contraire aux économies d’énergies et à la préservation de la biodiversité.

En effet, ce projet va entrainer une augmentation de la consommation énergétique et va couper la trame noire nécessaire à de nombreuses espèces.

Nous invitons la collectivité à renoncer à ce projet et à échanger sur une dynamique  de découverte du ciel et des espèces nocturne pour allier préservation du territoire et attractivité touristique.

Pont de Savines projet de communiqué de presse
La société coopérative Energies Collectives oeuvrant dans l’Embrunais Savinois
La Société Alpine de Protection de la Nature dont le siège est à Gap
La Fédération France Nature Environnement Provence-Alpes-Côte d’Azur

La coopérative citoyenne Energies Collectives vient de prendre connaissance du projet avancé par la Commune de Savines-le-Lac de mise en lumière du pont sur la RN 94. Energies Collectives, société coopérative à laquelle ont déjà adhéré six communes de l’Embrunais Savinois, ainsi que la Communauté de communes de Serres-Ponçon et le Syme 05, a pour objectif majeur la production d’énergies renouvelables couplée à la promotion de la sobriété énergétique.

Ainsi, à l’heure où beaucoup de collectivités se lancent dans la transition énergétique, optent pour un éclairage nocturne raisonné de voies publiques, et réalisent ainsi des économies d’énergie et une diminution notoire de la pollution lumineuse, la Coopérative s’étonne d’un tel projet d’illumination. Sur ce même territoire de la Communauté de communes de l’Embrunais Serre-Ponçon, deux millions d’euros ne viennent-ils pas d’être investis dans l’éclairage public pour moduler ce dernier la nuit, et réaliser ainsi une économie de 65% de la consommation électrique ? Désormais citoyens et collectivités s’emparent de la problématique énergétique, et les efforts doivent continuer dans ce sens.

La circulation nocturne sur le pont de Savines ne nécessitant pas d’éclairage en matière de sécurité routière, Energies Collectives dénonce ce qui pourrait s’avérer n’être qu’une dépense supplémentaire d’énergie totalement superflue.  Une dépense en contradiction totale avec les efforts de transition auxquels nous appellent tous les horizons.

C’est un déni pour les 205 souscripteurs de la Coopérative, citoyens, collectivités territoriales, et entreprises privées où les savinois sont présents, et qui ont fait le choix de la transition écologique. C’est un déni absolu pour toutes les collectivités qui ont déjà réussi à diminuer leur consommation nocturne de 65%, et toutes celles, haut-alpines, labellisées Villes et Villages étoilés qui luttent contre les effets de la pollution lumineuse.

Les dernières canicules estivales, à l’instar de tant d’autres éléments de l’actualité, nous rappellent l’urgence pour tous, de promouvoir une réelle transition écologique pour préserver la force et le merveilleux de nos territoires, et de limiter notre impact sur la planète. Ainsi, il nous paraîtrait plus raisonné d’investir les fonds publics dévolus à ce projet, dans une production significative d’énergies renouvelable sur notre territoire alpin dont le potentiel est immense. Pour l’exemple, ces 326 000€ HT d’investissement destinés à ce projet d’illumination, mais reconvertis en équipement photovoltaïque des toitures, à l’adret de la commune de Savines-le-Lac, produiraient 351 mégawatts/an. C’est la consommation électrique annuelle, hors chauffage, de 270 personnes, plus d’une quart de population de la commune, qui serait ainsi couverte, et ce durant plus de 35 ans. Le progrès s’écrit désormais en sobriété énergétique.

Pour sa part, la Fédération France Nature Environnement Provence-Alpes-Côte d’Azur alertée par son Comité de pilotage montagne, forte de ses 21 000 adhérents, porte-parole reconnu des associations de protection de la nature et de l’environnement, force de proposition régionale entendue dans plus de 150 commissions, rappelle combien l’éclairage public nocturne, source majeure des pollutions lumineuses, participe gravement à l’effondrement constaté de la biodiversité. Elle voit, dans ce projet public de mise en lumière, une rupture significative du « couloir noir » précieux, offert par l’axe durancien, et nécessaire à l’équilibre de la biodiversité au niveau régional et transalpin – une forme de déni de la loi du 8 août 2016 de Reconquête de la biodiversité de la nature et des paysages, et de tous les efforts déployés, par des citoyens et des élus pour la traduire sur le terrain, en particulier dans les Hautes-Alpes. La préservation de la biodiversité fait partie de l’attractivité touristique de ce territoire ; développer un tourisme doux avec des découvertes du ciel nocturne et de sa biodiversité serait une opportunité pour redécouvrir la faune sauvage nocturne de Savines-le-Lac.

Enfin, la Société Alpine de protection de la Nature engagée dans tant de d’actions, de réflexion, d’information et de diffusion en faveur de l’eau, de la préservation des espaces naturels et de leurs espèces, plaide pour un aménagement du territoire respectueux de l’environnement, qui intègre les enjeux de biodiversité, de façon intrinsèque à ses projets. L’effondrement de la biodiversité actuel doit être combattu et l’illumination du pont irait à l’inverse de cet engagement collectif.

Il détruirait la Trame noire, cette continuité spatiale sans pollution lumineuse, encore préservée entre Sisteron et Briançon, couloir nocturne indispensable au déplacement  de très nombreuses espèces d’oiseaux. En effet, l’illumination de l’ouvrage long de 900m reviendrait à créer une barrière lumineuse en travers du corridor migratoire de la vallée de la Durance, obstacle impactant durablement la dynamique des populations d’oiseaux au niveau régional et international. Les espèces de chauve-souris présentent dans l’infrastructure du pont et qui font l’objet d’un inventaire, auraient à souffrir de cet éclairage au même titre que la diversité des insectes tellement sensible aux pièges lumineux. Or, la biodiversité a besoin d’être préservée et pas détruite. Ce projet semble donc tout à fait incohérent avec les enjeux écologiques très urgents, en total décalage avec les objectifs de transition énergétique et de préservation de la biodiversité.

Au nom de la préservation de la biodiversité et de la transition énergétique, Energies Collectives, la SAPN et FNE Paca demandent la non-exécution de la délibération autorisant M. le Maire à illuminer le pont de Savines-le-Lac, et sont force de proposition, et ouvertes au dialogue, pour un territoire à énergie positive préservant et valorisant sa biodiversité.