Communiqués / Avis

Altéo doit respecter les normes environnementales

Suite à la décision du tribunal de commerce de Marseille de placer ALTEO en redressement judiciaire, le mouvement France Nature Environnement et la Convergence Ecologique du Pays de Gardanne – CEPG, tout en étant attentifs aux inquiétudes sociales qui résultent de cette situation, demandent à ce que cet établissement poursuive la mise en œuvre des actions pour la protection de l’environnement et pour la réduction des nuisances vis-à-vis des populations riveraines, à savoir :

  • La mise à conformité avec les valeurs limites réglementaires du rejet liquide déversé en mer dans la zone Cœur du Parc National des Calanques au plus vite et cela conformément à la décision du tribunal administratif de Marseille qui fixait l’échéance au 31 décembre 2019 ;
  • La poursuite des études pour arrêter ce rejet en mer ;
  • Le respect des exigences définies par les arrêtés préfectoraux pour le site de Mange-Garri afin de limiter les envols de poussières et la pollution des milieux aquatiques par les eaux de ruissellement ;
  • La poursuite des études de faisabilité pour la réutilisation, sans danger pour les populations, des déchets de fabrication.

Tout en prenant acte des mesures prises par ALTEO au cours de ces dernières années pour réduire son impact environnemental, nous sommes consternés par la position de l’Etat qui fait preuve de lâcheté politique en accordant une nouvelle dérogation à la société qui dispose de cinq mois supplémentaires pour se mettre en conformité avec la réglementation. Une fois de plus, des intérêts économiques court-termistes prévalent sur la protection de l’environnement et la santé des populations.

Par ailleurs, nos associations renouvellent les demandes exprimées à l’occasion des enquêtes publiques (2015 et 2019) au sujet du devenir du site, à savoir :

« Nous rappelons que les industriels qui ont exploité l’usine de Gardanne sont juridiquement responsables de l’intégralité de la pollution des sites. ALTEO est soumis à garanties financières, notamment pour assurer, à la fin de l’activité, la surveillance et la mise hors danger du site de Gardanne. Nos fédérations demandent que cette garantie financière soit majorée pour permettre, au terme de la production d’alumine, une réhabilitation du site de l’usine afin d’assurer la reconversion de cette activité industrielle dans le sens de l’économie circulaire ».

Contacts presse
Pierre Aplincourt : 06 07 81 91 07