Communiqués / Avis

Politiques défaillantes et situation d’urgence : quand les déchets ont des ailes

Novembre 2019 aura vu naître une nouvelle forme de migration du Sud vers le Nord : 500 tonnes de ballots de déchets entreposés au Broc (Alpes-Maritimes, région Provence-Alpes-Côte d’Azur) ont traversé la France pour être traités par l’incinérateur de Labeuvrière (Pas-de-Calais, région Hauts-de-France), soit 2 300 km aller-retour).

Cette vingtaine de poids-lourds révèlent les dysfonctionnements des politiques locales en matière de déchets ménagers et assimilés :

  1. Une politique de prévention bien en deçà du nécessaire : la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (et en particulier le département des Alpes-Maritimes) produit beaucoup plus de déchets ménagers et assimilés (722 kg contre une moyenne de 572 kg/habitant en France[1]) que les autres. Malgré ce que l’on peut entendre, ce constat n’est pas imputable qu’au seul tourisme, d’autres régions aussi accueillantes que la nôtre n’atteignant pas ces niveaux de production…
  2. Une politique de tri et de valorisation (organique et matière) bien insuffisante : une fois de plus, la région Provence-Alpes-Côte d’Azur se distingue avec un pourcentage de déchets valorisés plus bas que la moyenne (36 % des déchets ménagers et assimilés en région contre 43 % en France[2]).
  3. Une politique de traitement qui n’est pas à la hauteur du volume de déchets ultimes issus des deux insuffisances citées ci-dessus. Elle se traduit par un manque d’équipements permettant un enfouissement « raisonné » ou une valorisation énergétique. Certes, la topographie des Alpes-Maritimes est difficile, mais c’est surtout une urbanisation non maîtrisée qui rend le foncier si rare et si coûteux tout en entraînant une augmentation des déchets non pensée et traitée en termes d’exutoires.

Récemment opposable, le Plan Régional de Prévention et de Gestion des Déchets (PRPGD) Provence-Alpes-Côte d’Azur a mis en évidence les efforts très importants à réaliser pour sortir de cette situation où, particulièrement depuis 2 ans, la catastrophe n’est évitée que par des transferts longues distances entre lieux de production et sites de traitement ; transferts caricaturaux comme dans cet exemple entre Le Broc et Labeuvrière, ou moins spectaculaires mais bien plus nombreux et donc dommageables pour l’environnement et les habitants, par exemple depuis les Alpes Maritimes jusqu’au Vaucluse. Nous sommes ainsi en pleine contradiction avec le principe de proximité énoncé dans le code de l’environnement et heureusement fortement mis en avant par ce PRPGD qui proscrit a priori de tels transferts entre les 4 bassins découpés dans la région. Seule exception théorique à cette règle : les cas de situation exceptionnelle, par exemple lors de catastrophe naturelle. Les manques de capacité de traitement dans l’Est de la région ne proviennent pas de catastrophes naturelles, sauf à considérer comme telles les politiques publiques menées depuis de nombreuses années !

Enfin, le stockage en balles qui a facilité cette expédition bien lointaine est certes prévu dans le PRPGD mais, intelligemment, pour répondre au besoin de gestion des déchets saisonniers ou durant une période de travaux, par exemple sur un incinérateur. Pourtant les balles s’étaient déjà accumulées au Broc à la fin de l’hiver dernier, voire avant … Encore un exemple de fuite en avant.

FNE Provence-Alpes-Côte d’Azur et FNE Hauts-de-France dénoncent ces pratiques qui, sous prétexte d’urgence, entraînent une gestion catastrophique des déchets et n’incitent pas à la mise en place de solutions sur le long terme telles que leur prévention. Nous demandons à ce que la priorité soit donnée à la réduction et la valorisation des déchets tout en prévoyant des exutoires de proximité suffisants mais de capacité raisonnable et décroissante dans le temps pour permettre une transition.

Contacts presse :
Michel JACOD : 06 43 70 61 30

[1] Source : Observatoire Régional des Déchets (ORD) Provence-Alpes-Côte d’Azur 2017

[2] Source : ORD Provence-Alpes-Côte d’Azur et ADEME – La collecte des déchets par le service public en France 2015