Actions de sensibilisation

Protection des Torrents et Rivières dans les hautes Alpes !

Energie dite « verte », la micro-hydroélectricité a le vent en poupe. Elle n’est pourtant pas sans impact sur les milieux, leur richesse biologique, leur capacité de résilience… Face à la multiplication des projets de micro-centrales dans les hautes-Alpes, associations, syndicats de professionnels et citoyens s’organisent pour défendre la nature et des pratiques de loisirs ou de sports durables.

Réunis en un collectif haut-Alpin, les signataires appellent à un moratoire sur les aménagements en cours et à venir. Ce moratoire devra permettre l’élaboration d’une vraie politique de l’eau à la hauteur des enjeux planétaires. Voici notre appel :

——————————————

COLLECTIF HAUT-ALPIN POUR LA PROTECTION DES TORRENTS ET RIVIERES

Regroupement d’associations, de syndicats professionnels et de citoyens attachés à la défense de la nature et des pratiques sportives et de loisirs durables autour de torrents et de rivières libres.

Considérant l’équipement déjà important et la multiplication excessive des réalisations et projets de microcentrales hydroélectriques sur les cours d’eau des hauts bassins de la Durance et du Drac ;

Au vu de la nécessité :

  • de préserver les milieux naturels et leur libre évolution (lits des torrents et rivières, ripisylves, zones humides, etc.) et toutes les espèces animales et végétales qui y sont associées ;
  • de prendre en compte l’impact des modifications artificielles des débits et de permettre la bonne continuité écologique (milieux, biodiversité et libre transit des matériaux) ;
  • de maintenir la vocation récréative des cours d’eau et des paysages qu’ils structurent et les activités sportives touristiques et de loisirs qui leur sont liées ;
  • de conserver la qualité de l’eau nécessaire à tous les besoins (eau potable, irrigation, auto épuration, etc.) ;
  • de pallier la méconnaissance et la complexité des réglementations concernant l’eau et l’énergie hydroélectrique ;
  • de mettre en balance les retombées économiques et énergétiques de ces équipements avec les coûts financiers et environnementaux supportés par les citoyens et la nature ;
  • de refuser le caractère opportuniste de chaque projet hydroélectrique et l’absence de vision globale à l’échelle des bassins versants du département ;
  • d’assurer une transition énergétique respectueuse de la biodiversité dont notre survie dépend;
  • de mettre en place une réflexion coordonnée intégrant tous les autres usages de l’eau (enneigement artificiel, pratiques agricoles, etc.) ;
  • de laisser aux torrents et rivières et, dans un esprit de partage, le droit d’exister pour eux-mêmes en considérant qu’ils ne peuvent être réduits qu’à de simples gisements de toute nature qui seraient intégralement dédiés à l’espèce humaine.

Les signataires ci-dessous désignés demandent expressément aux représentants de l’État, aux élus et aux candidats aux différentes élections d’instaurer et de faire respecter un moratoire pour les aménagements en cours d’étude et à venir, afin de réfléchir sereinement à l’élaboration d’une vraie politique de l’eau à hauteur des enjeux planétaires.

Retrouvez ici l’intégralité de cet appel et l’ensemble des signataires 

Peut-on concilier petite hydroélectricité et maintien de la biodiversité ?