Actualités

Altéo : rejets en mer conformes, vigilance sur les résidus à terre

Grâce au maintien de la pression de notre mouvement associatif, les rejets en mer de l’usine Altéo sont désormais au normes. Pour autant, nous restons très vigilants quant au stockage des résidus à terre. 

En mer : conformité avec la réglementation

Suite à la communication d’Altéo du 27/08/2020 affirmant que les VLE de l’AM du 2 février 1998 sont désormais respectées et que de ce fait le rejet n’est plus dans un régime dérogatoire.

Nous prenons acte des actions engagées par ALTEO pour réduire les apports polluants dans le canyon de Cassidaigne, à 300 mètres de fond en mer Méditerranée :

  • Arrêt des rejets en mer de « boues rouges » depuis 2015 grâce à la mise en place de filtres  presses
  • Mise en place d’un traitement physico-chimique au CO2 neutralisant l’effluent liquide et réduisant les concentrations des polluants toxiques ayant fait l’objet d’une dérogation jusqu’au 31 décembre 2019 pour non-respect des normes : fer, arsenic, l’aluminium et pH. Ce traitement permet dorénavant le respect les normes de rejets pour ces paramètres.
  • Mise en place d’une station d’épuration biologique permettant de satisfaire à la « demande chimique en oxygène » (DCO) et la « demande biologique en oxygène » (DBO5).

Nous rappelons que nous avons jugé trop long le délai de 6 ans accordé à Altéo pour se mettre en conformité. Nous avons donc fait un recours devant le devant le tribunal administratif et a obtenu un délai de 4 ans.

Grâce à ce recours et malgré le dépassement de quelques mois, nous sommes satisfaits du résultat.

Dans la mesure ou les eaux sont maintenant d’une qualité acceptable, nous demandons que les effluents ne soient plus expédiés vers la mer mais soient recyclés dans le procédé.

A terre : le stockage de résidus requiert une vigilance accrue

L’autorisation de déposer les boues rouges à Mange-Garri prend fin en juin 2021. Altéo doit demander un renouvellement de l’Arrêté Préfectoral. Nous demandons qu’une enquête publique soit effectuée.

Nous resterons vigilants sur les points suivants :

  • Imperméabilisation du bassin 7 pour éviter la percolation
  • Récupération des eaux de ruissellements pour éviter leur rejet dans le Molx
  • Encroûtage efficace pour qu’il n’y ait plus d’envolement de poussières
  • Analyse chimique de la nappe phréatique via les piezzomètres