Actualités

Malgré les discours, l’artificialisation des sols continue !

Au mois d’août 2019, un projet visant à étendre la ZAC de Saint-Martin à Pertuis (84), pour créer une zone d’activités économiques (ZAE) de 90 hectares, a vu le jour.

Le dossier de demande est très flou quant au bénéfice d’une telle réserve foncière : ni le motif, ni la taille de cette extension ne sont justifiés. Aucun site alternatif n’a été sérieusement envisagé alors même que le projet aboutirait à l’artificialisation de dizaines d’hectares de terres agricoles, cultivées et fertiles.

L’étude d’impact est lacunaire en ce qui concerne l’évaluation des incidences sur la faune et la flore, le paysage et le fonctionnement hydraulique. Rappelons que l’emprise du projet est situé dans  un secteur actuellement inconstructible, classé rouge au Plan de Prévention des   risques d’Inondation (PPRI) de la Durance, ce qui est aberrant quand on connaît les conséquences dramatiques des constructions en zone inondable dans la région.

Nous nous sommes associés à plusieurs de nos associations locales adhérentes pour contester l’opportunité de cette extension et demander le retrait de l’arrêté de déclaration d’utilité publique.

A Mougins (06), c’est une zone naturelle sensible unique sur la Côte d’Azur, qui est vouée à disparaître au profit d’un immense complexe sportif : le Campus Santé Diagana.

Ce projet démesuré a fait l’objet de plusieurs avis défavorables des autorités publiques et scientifiques (DREAL, Conseil scientifique régional du patrimoine naturel).

Ici encore, les sites alternatifs ont été exclus malgré des propositions opérationnelles des associations locales. A la place le porteur de projet préfère s’attaquer à une zone humide riche en biodiversité. Plus de 60 espèces protégées, leurs habitats et sites de reproduction seront impactées ou détruites si le projet aboutit, de l’écureuil roux, au chardonneret élégant, en passant par plusieurs chauve-souris et reptiles.

L’intérêt public majeur des aménagements proposés n’est pas démontré et les mesures alternatives n’ont pas été examinées sérieusement. Or, ces conditions sont indispensables pour qu’une dérogation de destruction d’espèce protégée soit délivrée légalement.

Aux côtés des associations locales, nous avons donc déposé une recours devant le Tribunal administratif, contre l’arrêté de destruction d’espèces protégées pris par le Préfet des Alpes-Maritimes.