Communiqués / Avis

Lubrizol un an après : quelles évolutions ? quelles revendications pour notre territoire ?

Le 26 septembre dernier, la France vivait avec impuissance l’incendie de l’usine Lubrizol à Rouen. A l’occasion de la mobilisation nationale intitulée « Notre Maison Brûle » ce samedi 26 septembre, France Nature Environnement Provence-Alpes-Côte d’Azur alerte sur les risques industriels omniprésents dans notre région et part à la rencontre des habitants de territoires à risques industriels

Retour sur l’accident de LUBRIZOL

Le 26 septembre 2019, l’usine Lubrizol, installation classée Seveso Seuil Haut, et Normandie Logistique subissaient un incendie ravageur accompagné d’un panache de fumée noire se répandant jusque dans les Hauts de France.

Plusieurs dysfonctionnements sont à l’origine du désastre : les enseignements d’un premier incident survenu en 2013 dans l’usine Lubrizol n’ont pas été complètement retenus[1], certaines prescriptions de l’Etat n’ont pas été suivies d’effet et enfin, lors de l’incendie, il est apparu que les moyens d’extinction n’étaient pas suffisants. Par ailleurs, Normandie Logistique, mitoyenne de l’usine Lubrizol, stockait les produits de sa voisine : elle aurait dû changer de statut ICPE (Installation Classée Pour l’Environnement) pour passer de la déclaration à l’enregistrement, beaucoup plus contraignant.

Il aura fallu une semaine pour que les autorités obtiennent la liste et la quantité de ce qui a brulé et aujourd’hui encore, l’origine de l’incendie n’est toujours pas connue avec certitude.

[1] https://www.vie-publique.fr/sites/default/files/rapport/pdf/275064.pdf

Echos dans notre région et revendications

Dans un contexte de densité industrielle très forte en région Provence-Alpes-Côte d’Azur et notamment dans les Bouches-du-Rhône (993 ICPE en Provence-Alpes-Côte d’Azur dont 412 dans les Bouches-du-Rhône), FNE Provence Alpes Côte d’Azur exige que les 18 recommandations des quatre principales thématiques préconisées par l’enquête du conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD) soient appliquées sur les cinquante-sept sites Seveso Seuil Haut de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur :

  • Mieux préparer les administrations et la population à un accident industriel ;
  • Renforcer les outils d’alerte, d‘information et de communication de l’Etat ;
  • Anticiper dans les meilleurs délais les risques potentiels de moyen et long terme d’un accident industriel ;
  • Doter l’Etat des instruments lui permettant d’assurer une meilleure coordination de ses administrations pendant et après la crise.

FNE Provence-Alpes-Côte d’Azur demande que l’Etat généralise la Directive Emission Industrielle (IED) dans les arrêtés d’autorisation et n’accorde plus de dérogation pour des raisons de « coût acceptable ». Cette notion d’acceptabilité des coûts, trop peu encadrée, permet en effet à certains industriels de ne pas investir dans des outils de production plus propres et plus sécurisés pourtant indispensables.

L’Etat doit également encadrer par un arrêté spécifique (à l’instar de celui sur les Composés Organiques Volatils) les phases de démarrage et d’arrêt de production, pour lesquelles les Valeurs Limites d’Emission ne s’appliquent pas.

Les moyens alloués au service prévention des risques de la DREAL, en charge du contrôle des ICPE, doivent être revus à la hausse afin de permettre l’intensification des visites d’inspecteurs sur les sites Seveso Seuil Haut.

FNE Provence-Alpes-Côte d’Azur demande enfin aux industriels de respecter les Valeurs Limites d’Emission (VLE) et d’investir dans les équipements faisant baisser la pollution pour que la santé des salariés et des riverains soit préservée.