Actualités

Retour des néonicotinoïdes, dialogue citoyen bafoué… à l’encontre de toute logique

En ce début d’octobre, les député.e.s ont voté pour le retour des néonicotinoïdes dans nos champs, un puissant insecticide « tueur d’abeilles ». Ils ont aussi validé le projet de simplification de la vie publique, qui amoindrit le droit de recours des associations et limite fortement le dialogue dans l’élaboration de projets.

Deux reculs notoires pour le droit de l’environnement, deux raisons de penser que l’environnement n’est toujours pas la priorité du gouvernement.

Néonicotinoïdes : nouveau recul environnemental, tant pis pour les pollinisateurs

A rebours de la Loi Biodiversité de 2016, le texte de loi ré-autorisant le retour des insecticides tueurs d’abeilles vient d’être adopté. 313 voix pour et 158 contre. En connaissance de cause, les député.e.s restent dans le déni du déclin de la biodiversité. Les milliers d’études scientifiques sur les conséquences des néonicotinoïdes sur l’environnement et la santé humaine n’auront pas fait le poids face aux exportations et à la prétendue « souveraineté » agroalimentaire de la filière betterave sucrière. En prime, de nouvelles études prévues et un conseil de suivi viennent verdir la ré-autorisation des néonicotinoides. Echec du plan Ecophyto, augmentation des usages de pesticides, non-interdiction du glyphosate, pollution établie des cours d’eau et des sols… contrairement à ce qu’il répète, le Ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, est loin de tout mettre en œuvre pour accompagner le modèle agricole français vers la transition agroécologique et les alternatives qui existent bel et bien. Le plan pollinisateurs attendu depuis 2 ans par France Nature Environnement subira-t-il le même sort ?

Accélération et simplification de l’action publique : au détriment du dialogue et des écosystèmes

Un projet de loi baptisé « ASAP » (Accélération et simplification de l’action publique) a été adopté ce jour à l’Assemblée Nationale. Sous couvert de « simplification », ce projet de loi détricote un peu plus le droit de l’environnement et met à mal la possibilité pour les citoyens de participer aux décisions qui affectent leur environnement. Avec ce texte, les préfets pourront décider de se dispenser de l’avis de certaines instances de concertation locales ou de remplacer l’enquête publique par une simple consultation sur internet. Cette dernière disposition avait pourtant été supprimée par les parlementaires mais le Gouvernement leur a redemandé de voter, un vendredi soir à 20h, en petit comité, pour s’assurer qu’elle soit rétablie… Ils pourront aussi autoriser un industriel à débuter des travaux sur un site avant même que cet industriel ait obtenu l’autorisation environnementale nécessaire à l’activité prévue, prenant ainsi le risque de vaines destructions. Des amendements ajoutés à ce texte réduisent également les possibilités de recours des associations et des citoyens, notamment en matière d’irrigation. Ce texte s’inscrit dans une longue lignée de régressions depuis le début du mandat d’Emmanuel Macron, déjà dénoncées par France Nature Environnement.