Communiqués / Avis

Tempête Alex : le changement climatique est-il le seul responsable ?

L’épisode méditerranéen survenu ce tout début d’octobre dans les Alpes-Maritimes rappelle une nouvelle fois, s’il en était besoin, le degré de violence que peuvent atteindre certains phénomènes naturels et notre impuissance lorsqu’ils surviennent.

Cette tempête vient allonger la série des évènements exceptionnels qui touchent la région[1] et qui sont successivement qualifiés « d’intensité historique »… Cette série illustre aussi, de façon brutale mais concrète, un des aspects du changement climatique, à savoir les évolutions des phénomènes extrêmes : plus fréquents peut-être, plus intenses assurément[2]. Le changement climatique induit des évolutions notables du cycle de l’eau. En effet, avec une mer plus chaude, l’évaporation se fait plus importante, et cette eau vaporisée est d’autant mieux contenue[3] dans l’air que celui-ci est également plus chaud. C’est donc autant d’eau en plus susceptible de tomber…

Tinée, Vésubie, Roya : comme leurs voisines, ces rivières méditerranéennes de montagne sont torrentueuses, et présentent un étiage très marqué en été. Elles circulent dans un lit pouvant paraitre trop grand, dimensionné qu’il est pour une certaine intensité de pluie. Lors de ces épisodes violents, la capacité d’absorption des sols n’est plus garantie et tout ruisselle. Ces cours d’eau montent vite en charge, et ce fut notamment le cas ce 3 octobre avec des précipitations particulièrement nourries.

Le relief, les caractères de ces rivières, le changement climatique, l’intensité de cet épisode méditerranéen expliquent ils à eux seuls la violence des flots ce vendredi-là ?

Quelles informations pouvons-nous tirer de ces évènements pour améliorer la résilience de nos sociétés et territoires à l’avenir ?

Face aux risques, développons la résilience des territoires !

Intégrer le changement climatique dans les documents d’urbanisme et de prévention des risques

La prise en compte, et même plus, l’intégration du changement climatique dans l’établissement des documents d’urbanisme et de prévention des risques doit devenir un réflexe.

Cela peut passer par un travail sur l’atténuation du changement climatique. Il s’agit ainsi de réduire les émissions de gaz à effet de serre, à différentes échelles de territoire, et chacun pour ce qui le concerne. Le but visé est de limiter le réchauffement climatique et donc de limiter l’accroissement constant de l’intensité des évènements.

En matière d’adaptation, l’effort de prévention doit être maintenu dans les domaine de l’aménagement du territoire et de la prévention des risques, et même accentué au regard des retours d’expérience après ce nouvel évènement.

Dans ces hautes vallées des Alpes Maritimes, les anciens avaient bâti leurs villages en hauteur (ce qui a donné le nom de « village perché »). Nous avons à retrouver des principes similaires, et plus encore : le changement climatique doit nous inciter à

  • mieux connaître le caractère des rivières : garder à l’esprit leurs réactions, leur capacité de charriage, les espaces qu’elles ont occupés et ceux dont elles pourraient avoir besoin.
  • envisager des enveloppes de crues plus larges que les zones inondables connues jusqu’à présent.

Ces connaissances améliorées, réactivées, des rivières et la définition d’enveloppes de crues larges seront à la base

  • des règles d’urbanisme local, veillant à l’inconstructibilité et aux choix concertés des activités restant envisageables en zone à risque,
  • et des actions de relocalisation des personnes, des biens et des activités. Cette relocalisation concerne tous les espaces susceptibles d’être soumis aux risques, et à un risque croissant.

Réduire le risque à l’avenir, ou tout au moins le contenir, s’appuie également sur les « solutions fondées sur la nature ». Forêts riveraines, sols non tassés ou non imperméabilisé, zones humides conservées, espaces de bon fonctionnement des rivières ou espaces d’expansion de crue… sont autant d’éléments simples à mettre en œuvre et qui permettent de ralentir la crue, en infiltrant, en étalant l’eau.

En parallèle, des réflexions et actions à plus court terme doivent également viser une plus grande résilience.

Comment assurer la pérennité des réseaux (eau, électricité, routes, communications…) et des infrastructures ?

A notre sens, les travaux à conduire sont notamment préventifs : entretien des ouvrages et des infrastructures, respect de leur capacité, évitement des embâcles d’origine anthropique (décharges sauvages…)… autant d’actions qui doivent permettre le rétablissement des communications et des accès aussi vite que possible une fois la crise passée. Il s’agit également d’encourager la formation de personnels qualifiés, endurants et aptes à intervenir dans des situations complexes ou difficiles d’accès, et de valoriser ces métiers indispensables pour venir en aide aux personnes et aux territoires aux moments critiques.

Cultiver la mémoire du risque

L’anticipation de prochains évènements passera aussi par la mémoire des catastrophes et le développement d’une culture du risque. La connaissance des comportements individuels en temps de crise reste insuffisante, notamment sur un plan pratique. Peut-on envisager de réaliser des formations ou des exercices, à l’échelle de la population ? Les établissements scolaires en font déjà, pour certains risques, à destination des jeunes ; les lieux de travail pourraient être mobilisés pour sensibiliser de même les publics adultes.

La solidarité nationale doit être maintenue et renforcée

Cette crise doit enfin nous interpeller collectivement sur la solidarité nationale dans de telles situations. Jusqu’à aujourd’hui, cette solidarité s’exprime par l’intermédiaire du fonds de prévention des risques naturels majeurs (FPRNM), dit « fonds Barnier ». Ce fonds permet justement d’aider les collectivités à faire face aux aléas naturels : réduction de la vulnérabilité et amélioration de la résilience des territoires, c’est-à-dire limitation des dommages sur les populations, les activités, les biens et l’environnement, et retour rapide à un fonctionnement acceptable après une crise.

Malgré les évènements récurrents des dernières années, ce fonds est plafonné depuis 2018, les sommes au-delà du plafond étant versées au budget général de l’Etat. Avec le projet de loi de finances 2021, une nouvelle étape pourrait être franchie avec l’intégration pure et simple du fonds Barnier dans le budget général. Certes le plafond serait relevé, ce qui parait un minimum au regard des catastrophes d’ampleur toujours plus marquées. Mais comment garantir l’appui plus que nécessaire aux territoires si les sommes ne sont plus affectées à une politique précise et de plus en plus nécessaire ? Comment opérer équitablement les transformations nécessaires à la relocalisation et les adaptations qu’exige le changement climatique si les budgets nécessaires ne sont pas suffisants ou disponibles le moment venu ?

Nos demandes :

  • Inventaire des zones à risque où les règles d’urbanisme ont été violées ;
  • Révision des PPRN / PPR Inondation et des SCoT en intégrant les impacts du changement climatique ; faciliter les DUP et servitudes publiques allant dans le sens d’une prévention / protection vis-à-vis des risques naturels :
  • Révision dans un sens similaire des atlas des zones inondables, des Porters-à-connaissance ;
  • Mise à jour des DICRIM, plan de secours et systèmes d’accès aux zones sinistrées
  • Pour l’aménagement du territoire ou en cas de reconstruction : arrêt de toute construction à usage d’habitation ou recevant du public en zone à risque, relocalisation le cas échant et réflexion approfondie pour l’implantation ou la restauration d’infrastructures de communication ou réseaux ;
  • Contrôle par les autorités françaises des infrastructures (routes, communication) et réseaux publics, y compris pour des chantiers ou ouvrages transfrontaliers (ex. du Tunnel de Tende) : il s’agit d’assurer d’une part des chantiers et un entretien des infrastructures, qui soient réguliers et conformes aux normes de qualité recherchées, et d’autre part, le respect des restrictions de circulation ;
  • Sensibilisation et formation de la population aux risques et formation de personnels qualifiés (secours, techniciens infrastructures…) ;
  • Maintien et consolidation du Fonds Barnier à un niveau permettant de répondre aux enjeux actuels et futurs.

[1] vallée de la Nartuby en juin 2010, vallées du Gapeau, de l’Argens et de la Nartuby et côte d’Azur à l’automne – hiver 2013-2014, Est Var et vallée de la Brague en octobre 2015, vallée de l’Argens et Côte d’Azur en novembre et décembre 2019, pour n’en citer que quelques-uns

[2] d’après une étude[2] du Centre National de Recherche météorologiques, de Météo France et du CNRS, l’augmentation en intensité des pluies torrentielles autour de la Méditerranée est « significative » (de l’ordre de 22 %) sur la période allant de 1961 à 2015.

[3] on considère qu’un degré supplémentaire dans l’air, c’est une capacité de 7% de volume de vapeur d’eau en plus (Robert Vautard, Institut Pierre-Simon Laplace, interview à France Info le 06.10.2020)