Communiqués / Avis

Révision nécessaire du classement mytilicole de la baie du Lazaret

En 2019, puis au premier trimestre de l’année 2020, les niveaux atteints par les pollutions microbiologiques d’Escherichia coli de la Baie du Lazaret ont largement dépassé les seuils permettant une commercialisation directe des productions mytilicoles locales. Cette dégradation de la qualité sanitaire met en péril économique les installations de mytilicultures situées dans la rade et la santé des personnes susceptibles de manger par autoconsommation des mollusques qu’elles auraient collectés dans la baie.

Des interdictions de commercialisation des productions sont régulièrement émises par la Préfecture du Var sur la base des seuils réglementaires et des classements des zones de production des produits de la mer précisés dans le règlement européenne n°2019/627. Pour autant, jusqu’à présent les sources et/ou les causes de ces pollutions n’ont toujours pas été identifiées afin d’être éliminées.

Les contrôles réguliers des concentrations de la bactérie pathogène Escherichia coli sont réalisés par l’Institut Français de Recherche pour l’Exploitation de la Mer (Ifremer), ils font l’objet de rapports annuels sur l’évaluation de la qualité de la zone de production du Lazaret de mollusques bivalves filtreurs non fouisseurs (Groupe III : huîtres, moules, coquilles Saint-Jacques…). Ces rapports montrent une augmentation de la pollution microbiologique chronique des moules issues des productions mytilicoles de la baie de Lazaret.

En effet, depuis 2014, les rapports annuels de l’Ifremer sur l’évaluation de la qualité de la zone de production du Lazaret classent la zone du Lazaret en « C »[1].  Or ce classement ne correspond plus depuis 2014 au classement « B » attribué à la zone du Lazaret par l’arrêté préfectoral de 2009[2], classement qui ne permet pas de garantir la protection de la santé des consommateurs des produits de la rade qui ne sont pas soumis à un reparcage systématique.

Ce dernier arrêté aurait donc dû être abrogé dès 2014 pour tenir compte du classement annuel de la baie du Lazaret établit par l’Ifremer et en tout cas en 2019 puisque l’article 4 de l’arrêté précise que le classement en « B » était initialement prévu pour une durée maximale de dix ans.

Aussi, le 9 octobre 2020, FNE Provence-Alpes-Côte d’Azur, UDVN-83, MART et l’APE ont adressé un courrier au Préfet du Var, pour lui faire part de leurs préoccupations concernant l’augmentation de la contamination microbiologique des mollusques provenant de la zone de production de la Baie du Lazaret et lui demandant de reclasser la zone en C, sur la base du suivi bactériologique de l’année 2019.

Evolution de janvier 2017 à septembre 2020 du nombre d’Escherichia coli par 100 g de chair et de liquide intravalvaire d’échantillons de moules prélevés en Baie du Lazaret (Source : Ifremer).


[1] Ifremer, Evaluation de la qualité des zones de production conchylicole – Départements des Bouches-du-Rhône, du Var et de la Haute-Corse, Edition 2020 classement C pour l’année 2019 page 30, Edition 2019 classement C pour l’année 2018 page 33 ; Edition 2018 classement C pour l’année 2017 page 34 ; Edition 2017 classement C pour l’année 2016 à la page 36 ; Edition 2015 classement C pour l’année 2014 à la page 37 ;

[2] Arrêté du 30 décembre 2009 portant classement de salubrité et de surveillance des zones de production et des zones de reparcage des coquillages vivants (Préfecture du Var)