Communiqués / Avis

Rallye Monte-Carlo,édition 2021 : pourquoi nous nous y opposons.

Ce lundi 11 janvier, la SAPN –FNE 05, Mountain Wilderness, le Collectif Ras-le-rallye et FNE PACA s’adressaient à Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé et Barbara Pompili, ministre de la Transition Ecologique et Solidaire, pour réaffirmer leur ferme opposition à la tenue de l’édition 2021 du Rallye Monte Carlo, qui plus est dans le contexte environnemental et sanitaire actuel.

C’est avec stupeur et consternation que nous avons pris connaissance de l’avis favorable de la Commission départementale de sécurité routière (CDSR) ce jeudi 7 janvier pour la tenue du Rallye Monte Carlo 2021 du 18 au 24 janvier, qui doit parcourir toute la région sud-est de la Principauté de Monaco au département des Hautes-Alpes. Il est particulièrement choquant que l’on puisse envisager la tenue d’un événement sportif d’aussi grande envergure et sur un territoire aussi important, dans l’état actuel des choses.

Le contexte sanitaire rend inacceptable l’organisation d’un tel événement. Le sud-est de la France est considérablement impacté par l’épidémie de Covid-19 avec le couvre-feu à 18h. Les bars, restaurants, lieux culturels, stations de ski (etc.) doivent survivre à une fermeture toujours plus longue. La population fait des efforts et souffre humainement et économiquement de cette pandémie. Ne serait-il pas déraisonnable de tenter les spectateurs à se rendre coûte que coûte sur le parcours, se mettant ainsi en danger et risquant de réduire à néant les efforts de tous? La mobilisation supplémentaire des moyens humains (forces de sécurité, pompiers) ne pourrait-elle pas être plus utile sur d’autres fronts?

Lors de l’annulation de l’Enduropale du Touquet, la préfecture locale affirmait: «la situation internationale et la mobilisation des services publics dans le cadre de la stratégie vaccinale, nous empêchent d’organiser cette édition même à huis-clos,dans de bonnes conditions» et que «organiser un Enduro alors que les bars, les restaurants seront fermés, c’est un non-sens économique». La situation dans le sud-est n’est-elle pas tout aussi alarmante?

Ajoutons le coût environnemental démesuré et insupportable de cet événement. Tout le monde, le proclame : le monde d’après la crise ne pourra pas être comme celui d’avant. Tirons-en les leçons et prenons nos responsabilités: si l’on peut espérer un vaccin pour terrasser le SARS-Cov2, il n’y en aura jamais pour faire disparaître rapidement les gaz à effet de serre.

Le Rallye Monte Carlo est une manifestation achronique à laquelle il est temps de mettre un terme: mettre la voiture individuelle sur un piédestal et favoriser de tels rejets de CO2 pour le plaisir d’une minorité n’est pas compatible avec la société économe en énergie que nous devons rapidement préparer. On nous dit aussi que cette épreuve est bien encadrée, que toutes les dispositions sont prises pour limiter voire supprimer les éventuelles nuisances, on nous rétorque que cela fait vivre les territoires de montagne: mais à l’avenir, qui voudra venir dans un pays sans neige l’hiver et complètement desséché l’été ?

Laisser se dérouler de telles manifestations dans des espaces protégés (zone d’adhésion de Parc National, zones classées Natura 2000), est un non-sens pour la préservation de ces sites. Des dégradations et infractions ont lieu constamment (dépassement des zones autorisées pour les essais, présence de spectateurs dans des zones interdites voire protégées, piétinement des prés et culture, coupes d’arbres y compris dans les propriétés privées, feux en forêt, perturbation de la faune, etc.). L’expérience nous a prouvé que les réglementations n’étaient pas respectées et que leur transgression se faisait dans la plus complète impunité.

Au vu de tous ces arguments, de la situation sanitaire actuelle, de l’urgence climatique, nos associations demandent aux pouvoirs publics de prendre les dispositions nécessaires pour faire cesser la manifestation aujourd’hui anachronique que constitue le Rallye Monte Carlo.