Actualités

Bilan du CESER sur « une Cop d’avance » de la Région SUD en matière d’ENR

La Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur a demandé aux membres de la commission Environnement du Conseil Économique, Social et Environnemental Régional (CESER) de donner un avis sur les impacts de la politique régionale concernant le développement des énergies renouvelables.

FNE Provence-Alpes-Côte d’Azur siège au CESER et c’est à ce titre qu’elle a suivi et participé à l’élaboration de cet avis. Pour autant, l’avis du CESER ne reflète pas nécessairement la vision de notre mouvement.


La Région avec son plan climat « une COP d’avance » s’est positionnée  pour atteindre la neutralité  carbone à l’horizon 2050, ce qui signifie une baisse radicale des émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) accompagnée du développement massif des énergies renouvelables (ENR).

Le CESER suggère notamment de :

  • Déterminer et mettre en œuvre une véritable programmation en réunissant l’ensemble des pouvoirs publics (Etat central, Région, départements, métropoles et communautés de communes ou d’agglomération) avec la création d’un comité de pilotage de la transition énergétique dotée d’une gouvernance claire, un suivi transparent et permettant des résultats, au sein de la CTAP (conférence territoriale de l’action publique) si cela est possible ;
  • Organiser une concertation citoyenne pour une meilleure transparence des conditions de mise en œuvre des investissements sur les ENR ;
  • Créer un outil d’investissement (fonds d’investissements) visant à donner plus de force et de visibilité pluriannuelles sur les moyens disponibles contrairement au système de subventions ;
  • Dédier des subventions à la sensibilisation et à l’animation territoriale autour des enjeux énergie-climat ;
  • Développer une politique d’achat éco-responsable et éco-conditionnaliser les aides aux collectivités et aux entreprises ;
  • Intégrer dans le planning des actions les mises à jour liées au COVID et à l’opportunité du plan de relance.

Le CESER pense qu’il serait plus efficace de prévoir une temporalité plus active au lieu de suivre ce plan au fil de l’eau jusqu’en 2050. Cela suppose de développer un plan d’actions opérationnel et déterminé pour une première période 2020-2035 pour arriver à atteindre une réduction de l’empreinte carbone du territoire régional de l’ordre de 40 % et une diminution de 50 % d’émission de GES puis une avance régulière de la résilience jusqu’en 2050.