Actualités

Préserver les zones de non-traitement à proximité des points d’eau

Nos systèmes agricoles actuels sont encore très dépendants des pesticides et sont pourtant de moins en moins résilients face aux perturbations sanitaires, climatiques ou économiques. La récente décision du gouvernement de réautoriser les néonicotinoïdes pendant 3 ans pour la culture de la betterave en est une parfaite illustration.

Ces produits toxiques ont pourtant un impact majeur sur la santé publique et sur les écosystèmes. Cancérogènes, perturbateurs endocriniens, reprotoxiques, ils ont des conséquences désastreuses sur la santé publique affectant en premier lieu les populations les plus fragiles.

Par ailleurs, les pesticides font partie des premiers responsables de l’érosion de la biodiversité, touchant en particulier les oiseaux, insectes et chauve-souris. L’ensemble de la chaine alimentaire et des équilibres biologiques sont affectés par cette pollution durable et diffuse, dans l’eau, l’air, les sols.

92 % des cours d’eau français surveillés sont pollués aux pesticides[1] et 950 000 citoyens ont été alimentées en 2015 par de l’eau présentant « des dépassements récurrents aux limites de qualité vis-à-vis des pesticides sans nécessiter une restriction d’usage »[2].

C’est d’ailleurs la préservation de ces points d’eau qui nous intéresse.

De nombreux préfets ont profité de la modification d’un arrêté interministériel de 2017 pour exclure des cartes de référence certains points d’eau, jusqu’alors protégés. Or, tout point d’eau identifié doit être entouré d’une « zone de non traitement (ZNT) » en vertu de la réglementation européenne, retranscrite en droit français. Au sein de ces ZNT, tout épandage de pesticide est interdit.

Le 5 novembre 2020, la Préfecture des Bouches du Rhône a discrètement publié un arrêté portant identification des points d’eau à prendre en compte pour la mise en place de zones de non traitement aux pesticides dans le département. Cet arrêté réduit drastiquement les points d’eau protégés, en total méconnaissance des réglementations nationale et européenne.

Il est inacceptable, face à la crise écologique et sanitaire que nous vivons aujourd’hui, que les intérêts économiques de certaines professions agricoles priment sur la préservation de la santé publique et de l’environnement.

Nous avons déposé un recours gracieux contre cet arrêté illégal et n’hésiterons pas à nous mobiliser pour aller au contentieux.


[1] « Les pesticides dans les cours d’eau français en 2013 » • Commissariat général au développement durable • Chiffres & statistiques • Numéro 697 • Novembre 2015
[2]Environnement et Agriculture – Les chiffres clefs 2018