Communiqués / Avis

Notre décryptage des plans de relance en région

Une relance annoncée ambitieuse pour la transition écologique mais des zones d’ombre demeurent

Des budgets alloués à des institutions plutôt qu’à des objectifs environnementaux

FNE regrette, d’une part, l’organisation de ces dispositifs très budgétaires qui donnent l’impression d’avoir des objectifs de dépenses répartis entre administrations mais pas d’objectifs environnementaux ou sociaux (par exemples tonnes de CO2 évitées, emplois préservés et autres indicateurs de bien être sociétal) et d’autre part, l’absence de critères d’éco-conditionnalité intégrant les Objectifs de Développement Durable pour l’ensemble de ces aides, pourtant préconisés dans le discours gouvernemental (tels que : la diminution de l’empreinte écologique, la consommation et la production responsables, la durabilité et la pérennité des emplois, la démocratie et le dialogue…).

FNE Provence-Alpes-Côte d’Azur sera attentif au suivi et au contrôle de la bonne utilisation de ces fonds.

FNE dénonce des dérives : des fonds publics à contresens écologiques

En matière de transport, secteur fortement émetteur de gaz à effet de serre, FNE dénonce un soutien trop marqué aux projets routiers tels que la LEO sur le territoire d’Avignon et le contournement autoroutier d’Arles. FNE note l’absence de soutien à des projets métropolitains tels que la réouverture de la ligne ferroviaire Aix / Rognac.

En matière de transition énergétique sur le volet hydrogène (250M€), FNE dénonce l’ambition de produire de l’hydrogène sur la bio raffinerie de Total La Mède conduisant in fine à fabriquer des biocarburants à partir d’huile de palme.

De manière plus globale sur l‘hydrogène, pour FNE, il apparaît nécessaire d’investir dans un débat public pour territorialiser les programmes industriels et s’assurer qu’ils présentent un bilan écologique positif.

En matière d’aides à la gestion de l’eau face aux aléas climatiques (100 M€) : FNE est en alerte sur les ouvrages hydrauliques (barrage, canalisation de transfert) pour l’alimentation des canons à neige et sur les extensions de périmètres irrigables qui ne s’inscrivent pas dans le cadre d’un projet de territoire pour la satisfaction des besoins en eau potable locaux. De même FNE dénonce les grands programmes d’irrigation qui lui sont connus dans la région : plateau de Valensole et centre Var à partir du Verdon, vignobles, sud Drome, nord Vaucluse à partir du Rhône. FNE est très réservée sur le contrat d’objectif de la Région avec la Société du Canal de Provence qui comprend un plan d’investissement augmenté de 40 millions d’euros sur 20 ans et 3.6 millions pour 2021. La justification de cette augmentation se fonde sur l’extension de l’irrigation comme réponse au changement climatique. Or, face à l’évolution de la ressource en eau dans ce contexte, il est impératif d’orienter les fonds vers l’adaptation des cultures.

FNE souligne des mesures à encourager

Sur le volet décarbonation de l’Industrie, FNE note le projet d’ArcelorMittal d’utiliser les fumées industrielles de la cokerie avec comme objectif 30% de diminution de rejets de CO2. Le financement porte sur le pilote qui devrait être mis en place en 2021 ou 2022.

Nous resterons attentifs à la plus-value en termes de réduction d’émissions polluantes pour la qualité de l’air du pourtour de l’étang de Berre.

En matière d’agriculture, FNE soutient et s’inscrit pleinement dans la plantation des haies et agroforesterie (50 M€) avec des pratiques agricoles favorables à l’environnement, les projets alimentaires territoriaux (80 M€), l’agriculture urbaine (30 M€), l’alimentation locale et solidaire (20 M€).

En matière de bio déchets (100M€) FNE soutient le programme d’aide à la collecte, au tri et à la valorisation.

En matière de gestion de l’eau FNE soutient les 63 M€ de crédits de l’Etat à l’Agence de l’Eau RMC pour co-financer à 50 % la réhabilitation des réseaux d’eau potable et d’assainissement avec 12 M€ d’aides pour la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Cette réhabilitation permet des économies d’eau non négligeables.

En matière d’économie circulaire, FNE Provence-Alpes-Côte d’Azur est favorable à la mise en œuvre de la règle des 3R : Réduire, Réutiliser et Recycler avec un de 61M d’euros porté par l’ADEME.

FNE propose d’aller plus loin

En matière de déplacement de personnes : prioriser le transport ferroviaire de voyageurs (ligne Aix/Rognac, les réseaux métropolitains de transport public avec la mise en place de service express métropolitains et la création de pôles multimodaux comme celui de Miramas), l’accélération des plans vélos et des autres mobilités actives.

En matière de transports de marchandises : favoriser, d’une part, le report modal vers le fret ferroviaire (gare de triage de Miramas, relance d’une activité de fret en vallée de la Roya, développement de la logistique ferroviaire via la plateforme des Arcs- les Bréguières, offre de logistique urbaine Avignon Toulon Nice) et d’autre part le report modal vers le fret fluvial (GPMM, ports d’Arles et Avignon, verdissement de la flotte des bateliers).

En matière de rénovation énergétique des bâtiments publics (282M€ pour 452 projets) :  prévoir un volet équipement des toitures par du solaire thermique et photovoltaïque. FNE s’étonne qu’aucun projet ne soit prévu dans les départements alpins (04-05).

Pour la rénovation énergétique des bâtiments (2Milliards d’euros, pour l’instant au niveau national) :  ces sommes importantes sont à mettre en rapport avec les objectifs du SRADDET qui correspondent à 30 000 logements/an en Région.

Les aides disponibles doivent faire l’objet d’une promotion accrue pour le passage à l’acte des particuliers.

FNE tient à disposition des décideurs des propositions réalistes afin de concrétiser plus rapidement les ambitions de transition écologique des acteurs institutionnels à chaque échelle de territoires.