Communiqués / Avis

Crise sanitaire : levier pour la montagne de demain ?

Ces investissements seront-ils utiles à la transition écologique de ce territoire fragile ? Notre avis.

Absence de vision à long terme et de critères environnementaux

4 millions d’euros  du plan de relance sont affectés  à la montagne à travers l’enveloppe générale de la commission interrégionale du massif alpin  via le programme européen « Espace Valléen » (POIA).

Au-delà du POIA, le programme de la Région « Station de demain » doté de 50 millions sur 2015-2020(et renouvelé pour 100 millions en 2021) a permis essentiellement l’investissement dans les remontées mécaniques  (et de canons à neiges) afin de se mettre à niveau vis à vis des Alpes du Nord. 

FNE note qu’il n’y a aucune enveloppe pour inciter les territoires de montagne à choisir une  «requalification des cœurs de stations ».

FNE Provence-Alpes-Côte d’Azur partage sa vision de la montagne de demain 

Le Plan de Relance, spécifiquement son application aux territoires de montagne Plan Montagne, doit avoir pour objectif le financement d’investissements utiles à la transition écologique et énergétique. Il est l’opportunité à saisir pour qu’émergent des solutions, permettant  l’évolution de certaines pratiques. Il ne doit en aucun cas être un moyen pour financer un modèle existant qui ne fonctionne plus, compte tenu du changement climatique et de la perte critique de biodiversité notamment.

Ce Plan Montagne doit être saisi par les élus pour faire évoluer les politiques de leurs territoires pour quelles soient intègrent d’avantage l’environnement, de sa conservation et de sa protection.

Par exemple : la restauration des voies ferrées plutôt que la construction de nouvelles routes (les vallées Roya, Tinée, Vésubie, les lignes Gap-Valence) ,  le développement d’activités saisonnières sans remontées mécaniques, ni d’engins à moteurs (motoneiges) ; la rénovation thermique des bâtiments existants plutôt que la construction de nouveaux augmentant la pression foncière et contribuant à l’artificialisation des sols.

La tentation de reproduire ce qui est connu et qui existait avant la crise sanitaire est forte, mais celle-ci soit être source d’apprentissage et de remise en question. Le Plan Montagne doit permettre un changement de paradigme vers des pratiques vertueuses pour l’environnement. Il doit accompagner l’évolution des territoires de montagne avec une vision à moyen et long terme. Il doit impérativement intégrer les enjeux environnementaux et limiter les effet du changement climatique. 

  • Tourisme

Pour de nombreux départements de montagne, la fermeture des stations liée au contexte sanitaire n’est pas sans conséquences pour de nombreux métiers du tourisme. Cette situation a mis en évidence l’importance de cette activité pour l’économie du territoire, et la forte dépendance du territoire aux activités touristiques. Mais cela a aussi démontré qu’un tourisme hors-station est possible (ski de randonnée, raquettes, luge, chiens de traineaux…).  

L’évolution de l’offre touristique est à développer en stations et hors stations. En outre, cela permet de valoriser des lieux où l’existence de stations n’est pas compatible avec la situation géographique et climatique (altitude trop basse, faible enneigement). Les stations autrefois centrées sur les remontées mécaniques se réinventent aujourd’hui, en développant davantage d’offres n’utilisant ni remontées mécaniques, ni d’engins motorisés.

La pratique des sports de glisse sur piste est incompatible avec le changement climatique aux hivers moins froids et des neige  plus rare . Les stations utilisent des lacs de rétention d’eau et des canons à neige pour assurer leur activité, mais cela est-il vraiment soutenable ? Artificialiser la montagne n’est évidemment pas une solution pour stopper le dérèglement climatique.

Une évolution des stations de ski est souhaitable si nous souhaitons que le tourisme de montagne continue de se développer et de faire tourner l’économie locale. De nouveaux emplois, nécessaires à l’économie des territoires de montagne doivent accompagner cette évolution. Mais quelle évolution ?

  • Des stations davantage tournées vers la nature : départ de randonnées, alpinisme, escalade. Attention néanmoins à ce que le développement de ces activités se fassent dans le respect des milieux, grâce à la réalisation d’études naturalistes et d’études d’impact en amont et au suivi des préconisations des autorités environnementales et associations de protection de l’environnement.
  • Adaptation des activités : VTT, randonnées pédestres l’été et randonnées à ski, en raquette, ski de fond l’hiver… Cette conversion saisonnière doit néanmoins être effectuée en prenant en compte les fragilités des milieux où elle  s’exerce  afin de limiter leurs impacts négatifs : dérangement de la faune sauvage, érosion des sols, ressource en eau… 

Ces potentielles évolutions comportent également des risques d’artificialisation et de dégradations des milieux. En effet, l’année 2020-2021 a montré l’attrait des personnes pour les milieux naturels et les chemins de randonnée  ont du faire face à un nombre de pratiquants bien plus élevé que les années précédentes. Les conséquences de ces nouvelles affluences pour la faune et la flore locales peuvent être importantes et perturber leurs cycles naturels. En effet, la plupart des pratiquants de sports d’hiver se concentrait  dans les cœurs de stations, sur les domaines de ski alpin et nordique, protégés par les déclenchements d’avalanche. Cela permettait entre autre, de limiter la présence humaine sur des zones encadrées et d’une grande partie de la montagne au monde sauvage. Ainsi, toutes les activités en stations ne peuvent pas être reportées hors station, car cela déplacerait simplement la dégradation. La faune sauvage qui se réfugie dans ces espaces de quiétudese voit alors dérangée dans son milieu naturel. L’évolution des offres touristiques doit se faire, mais en laissant des espaces naturels vierges de tourisme, pour ne pas avoir de double dégradation en lien avec la sur-fréquentation, la méconnaissance du milieu montagnard avec l’inadaptation des comportements.

Les domaines de ski fonctionnent en très large majorité avec de la neige de culture fabriquée grâce à des retenues collinaires qui ont un fort impact sur les milieux naturels et consomment des quantités d’eau extrêmement importantes. Or, la mise en place de canons à neige ne règle pas la question de l’enneigement des stations. En d’autres termes, il faut lutter contre le changement climatique afin de connaître des hivers enneigés, plutôt que d’épuiser les ressources naturelles et d’aggraver le dérèglement du climat qui met en péril les stations et les autres activités hivernales de montagne.

Le tourisme est essentiel en zone de montagne, il fait vivre les locaux. Les préconisations évolutives doivent être pensées et réalisées dans le respect des milieux. C’est pourquoi, les financements alloués par le Plan de relance volet Montagne, doivent se concentrer sur des solutions durables à moyen et long terme.

  • Transports

Dans le Plan de soutien au secteur ferroviaire, voici les propositions à reprendre, compléter et soumettre aux Conseils départementaux et collectivités :

– Val de Durance : Remise en service des points de croisement par l’automatisation des installations ;

– Val de Durance : Renouvellement des matériels roulants, redévelopper les trains de nuit ;

– Ligne Briançon-Paris : Rénovation du matériel ;

– Val de Durance : étude des services par assimilation au rapport SNCF Réseau sur les réseaux express métropolitains ;

Pour ces propositions, nous souhaitons obtenir la transparence sur les décisions prises et l’origine des financements.

Le Plan Montagne est l’occasion de financer l’amélioration des transports en commun en particulier la rénovation des lignes des gares et des trains en vallées de montagne. Cela dynamisera le tourisme grâce à un moyen de transport plus écologique que la voiture individuelle.

De plus, le développement du vélo comme mode de transport est une proposition à étudier. L’augmentation du réseau de pistes cyclables et d’itinéraires cyclables fléchés, le transport facile et gratuit de vélos dans les bus et trains doivent être évalués. Ce sont autant d’atouts qui rendent le territoire plus attractif, développe l’accessibilité de zones parfois peu desservies et permet aux personnes non titulaires du permis de conduire, notamment les jeunes, d’accéder à une plus grande liberté de déplacement.

  • Jeunesse

Le Plan de Relance doit permettre d’aider à l’installation professionnelle des jeunes dans nos territoires, notamment par la mise en place de cursus de formation (études secondaires) dans les domaines de l’écologie, l’énergie, l’artisanat, l’informatique…  Les financements doivent permettre une aide à l’installation d’ateliers d’artisanat et d’industries légères (high tech, agro-alimentaire, bureaux d’études, matériaux d’isolation…) dans les vallées, afin que ces secteurs soient sources d’emploi.

  • Agriculture et forêt

L’agriculture est également une activité essentielle des territoires de montagne. La promotion d’une agriculture locale et sans pesticides est un moyen de valoriser les produits tout en préservant les sols et l’eau indispensables au bon fonctionnement des écosystèmes et à la qualité de la production agricole.

Concernant le pastoralisme, la cohabitation entre loup et troupeaux est possible. Elle est incarnée par les femmes et les hommes dont le métier d’éleveur ou de berger, évolue, s’adapte au retour naturel du loup et atteint un équilibre où chacun trouve sa place. L’activité pastorale a également un impact sur la biodiversité et les paysages qu’il convient de mesurer de concert avec la protection des milieux et la production économique.

La forêt est un milieu de vie, un écosystème riche. Elle doit être gérée de façon durable en tant que milieu naturel et non pas comme une culture. Son rôle est essentiel pour lutter contre les risques naturels : avalanches, érosions et glissements de terrain.

De ce fait, des parcelles forestières doivent être laissées en libre évolution, la mise en place d’îlots de sénescence vaste doit être intensifiée de manière à ce que la biodiversité forestière puisse être protégée et se développer. Ces îlots doivent être de plus de trois hectares d’un seul tenant, de forme circulaire ou rectangulaire. Leur présence doit être fréquente et rapprochée afin de permettre de créer un maillage d‘îlots au sein des massifs forestiers.

  • Changement climatique

Les vallées alpines sont riches en biodiversité et en espaces sauvages. Les conséquences du changement climatique y sont d’autant plus visibles et mesurables. C’est le cas de la diminution de l’enneigement au fil des années, de l’augmentation des températures et de la fréquence des inondations.

  • Urbanisme

Ici comme ailleurs la pression liée à l’artificialisation des sols est inquiétante. Les espaces naturels, agricoles et forestiers doivent pourtant être protégés de la bétonisation et des projets qui dégradent les milieux. 

Le Plan de Relance permettrait de financer la rénovation thermique des bâtiments publics et privés particulièrement indispensable au regard des écarts de températures en montagne.  En effet, la rénovation du bâtiment existant doit être favorisée par rapport à la construction de neuf de manière à limiter la pression foncière et l’artificialisation des sols.

Ce Plan est l’occasion d’investir dans un programme territorial de « zéro artificialisation  nette», par le financement de projets pilotes de maîtrise foncière, de remise en état et d’ouverture à la construction de friches urbaines et industrielles en vallées de montagne.

  • Déchets

La réduction des déchets à la source est une priorité sur laquelle le Plan de Relance doit investir. En particulier en développant dans les collectivités, la redevance incitative en fonction du poids de l’apport de déchets du particulier dans les points de collectes volontaires.

  • Énergies

De nombreux projets de parcs photovoltaïques (PPV) éclosent dans nos départements de montagne, bénéficiant d’un large ensoleillement toute l’année. Pourtant, ces PPV ne doivent pas être implantés sur des espaces naturels (ex : forêt, terres agricoles, zones naturelles). Il convient de les installer sur des zones déjà imperméabilisées comme des toitures, d’anciennes zones industrielles bétonnées…

Le Plan de Relance volet Montagne doit permettre le financement d’un schéma départemental pour le photovoltaïque afin d’identifier les zones propices à l’installation de parcs solaires, de hiérarchiser les projets prévus grâce à une vue d’ensemble des projets existants et en cours.

Le sujet des microcentrales électriques est important, car ces installations se développent rapidement et excessivement, sans prendre en compte leurs impacts considérables sur les équilibres écologiques, au regard de leur faible intérêt en terme de production énergétique. Or, nous notons dans le plan montagne que des projets de micro centrales peuvent être financés sans critères environnementaux spécifiques. La micro-hydroélectricité est dévastatrice pour les rivières sauvages de montagne. L’énergie renouvelable est la solution pour la transition énergétique, mais à certaines conditions : celles d’une réflexion globale et territoriale en donnant priorité aux enjeux environnementaux sur les enjeux économiques. Le coût écologique est sans retour et il est bien plus élevé et que le bénéfice financier de à court terme.

Nous souhaitons l’organisation d’un moratoire afin d’évaluer les cours d’eau propices à l’installation de microcentrales hydrauliques et ceux à préserver de tout aménagement. Le financement d’un schéma départemental par bassin versant pour la micro électricité, permettrait d’avoir un document fiable prenant en compte toutes les contraintes et les potentialités du territoire en terme d’énergie hydraulique face aux impératifs environnementaux.

  • Police de l’environnement

Les départements de montagnes de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur comptent parmi les espaces les plus « protégés » du territoire : parcs naturels nationaux et régionaux, zones Natura 2000, réserves biologiques intégrales et dirigées, arrêtés de protection de biotope…

Toutefois, les dégradations environnementales dont nous sommes témoins se multiplient et peu d’agents assermentés de la police de l’environnement sont en capacité d’effectuer des contrôles sur nos territoires. Dans les Alpes de Haute-Provence, il y a seulement 4 agents de l’Office Français de la Biodiversité et ils devraient bientôt n’être plus que 2. Dans les Hautes-Alpes de 21, l’effectif est tombé aujourd’hui à 17. La diminution du personnels compétents en matière de police de l’environnement est catastrophique. La pression qui s’exerce sur la biodiversité et plus globalement sur l’environnement est croissante. La réponse policière doit être à la hauteur de cet enjeu de préservation.

Les contrôles et patrouilles environnementales doivent être généralisées et renforcées partout, en augmentant les moyens humains et financiers alloués à cette mission. Les espaces protégés doivent être le lieu de contrôles spécifiques, du fait de la fragilité reconnue des milieux naturels pour lesquels ils ont été créés. 

Conclusion

Le Plan de Relance doit financer des investissements utiles à la transition écologique et énergétique. En particulier pour les territoires de montagne, il doit s’appuyer sur les expériences passées pour en tirer les leçons ainsi que les alternatives écologiquement soutenables et localement viables.

Le Plan Montagne est une opportunité de réinventer la montagne qui doit devenir plus résiliente environnementalement et économiquement. Territoire d’exception, elle doit bénéficier d’une protection spécifique liée à sa fragilité intrinsèque. Le maintien des fonctionnalités écologiques de la montagne est un des remparts au dérèglement climatique que nous connaissons déjà, il est d’un impératif absolu de le préserver et d’orienter tous nos moyens pour y parvenir.