Communiqués / Avis

Alerte pollution de l’air : et si on commençait à anticiper ?

L’épisode d’alerte pollution à l’ozone dans le département des Bouches-du-Rhône en juin nous rappelle à quel point il est essentiel d’accélérer les mesures préventives visant à réduire les pollutions à la source. En pleine période électorale, les lourdes conséquences sanitaires de ces pics d’ozone doivent constituer une priorité pour les listes candidates et les futur·e·s élu·e·s qui ont compétence en la matière.

Des mesures curatives insuffisantes dans un contexte de changement climatique

Les mesures curatives (abaissement de la vitesse de circulation de 20 km/h, gratuité des tickets « levelo », interdiction des poids lourd dans le centre-ville de Marseille, etc.) ne doivent pas constituer la seule réponse à ces épisodes de pollution à l’ozone. Avec le changement climatique, les vagues de chaleur vont être de plus en plus fréquentes, augmentant les risques d’alerte pollution et les impacts sur la santé de la population.

Développer une vraie politique de mobilité

« Il faut accélérer les mesures préventives visant à réduire les pollutions à la source : mettre en place une vraie politique de mobilité tournée vers les transports collectifs et les mobilités actives, le report modal vers le ferroviaire pour le transport de marchandises et de personnes » explique Gilles Marcel, président de FNE Provence-Alpes-Côte d’Azur. C’est le sens d’une large majorité des observations formulées dans le cadre de la récente enquête publique sur le projet de Plan de déplacements urbains de la Métropole Aix-Marseille-Provence.

Encadrer et contrôler les émissions de polluants

L’acceptabilité de nouvelles mesures anti-pollution serait accrue si les réglementations actuelles étaient mieux respectées, donc contrôlées : brûlages de déchets verts, émissions des industries, des poids-lourds et autres deux-roues motorisées.

Réduire les pollutions liées au transport maritime

Côté mer, FNE dénonce depuis de nombreuses années la pollution de l’air liée au trafic maritime dans les eaux territoriales et dans les ports du littoral. Nous demandons la mise en place d’une zone ECA (Zone de contrôle des émissions) en Méditerranée mais aussi l’accélération du branchement électrique des navires à quai.

« Nous sommes conscients que la zone ECA ne se mettra pas en place du jour au lendemain. En attendant, on souhaite que le passage à un carburant à 0,1% de teneur en soufre soit imposé par le préfet maritime de Méditerranée sur l’intégralité de la façade maritime méditerranéenne » précise Richard Hardouin, président de FNE Bouches-du-Rhône.