Publication

Des viticulteurs peu scrupuleux devant la justice

Nous étions au Tribunal correctionnel de Draguignan vendredi 25 juin, aux côtés de la SOPTOM et de l’UDVN-FNE 83, dans un dossier de destruction d’habitat et de spécimens de Tortues d’Hermann.  

La Tortue d’Hermann est une espèce emblématique de la région, présente uniquement dans le Var et en Corse, et protégée à l’échelle nationale, européenne et même internationale. C’est en partie pour la protéger que la décision de créer une Réserve naturelle nationale dans la Plaine des Maures a été prise.

La première cause de déclin des populations de tortue, est la disparition ou l’altération de son habitat. Suivent ensuite les incendies de forêt et la mécanisation des pratiques agricoles avec l’usage de machines de plus en plus lourdes et impactantes.

C’est précisément pour ce type de comportements que les prévenus étaient poursuivis par le Parquet de Draguignan.

En 2019, les agents de la Réserve Naturelle Nationale de la Plaine des Maures avaient constaté que de lourds travaux avaient été effectués sans autorisation sur plusieurs parcelles exploitées par la SA Château de Berne, sur la Commune du Cannet des Maures.

Ces parcelles sont pourtant incluses dans un site Natura 2000 et classées rouge au Plan national d’actions Tortues d’Hermann.

Au total, une surface de presque 6 hectares a été impactée par ces travaux réalisés sans aucune autorisation ni aucune évaluation des incidences de ces activités sur l’environnement.

Les prévenus connaissent pourtant très bien le caractère exceptionnel du cadre dans lequel ils travaillent puisqu’ils s’en vantent sur leur site internet, pour promouvoir leur activité d’œnotourisme.  

Vue l’ampleur de l’atteinte à la biodiversité, nous avons sollicité la réparation du préjudice écologique dans ce dossier, en plus de la réparation de notre préjudice moral.

Lors de l’audience du 25 juin dernier, la Procureure de la République a insisté sur la gravité des infractions commises par les prévenus, alors même qu’ils se situaient sur un zone très protégée. Elle a requis une peine exemplaire de 6 mois d’emprisonnement avec sursis et 40 000 euros d’amende contre les personnes physiques poursuivies et de 80 000 euros d’amende contre la SA Château de Berne.

Nous espérons que le Tribunal suivra ses réquisitions, et prendra la mesure du préjudice écologique subi.