Communiqués / Avis

Notre forêt brûle et la centrale de Gardanne regarde ailleurs

Alors que les feux de forêt ne cessent de se déclarer cet été, la centrale biomasse de Gardanne poursuit sans scrupule son exploitation à base de bois local et de bois importé.

Grèce, Algérie, Turquie, Maroc : après les pays du pourtour méditerranéen, c’est au tour de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur de subir des feux de forêt de toute part. De la Plaine des Maures (83) (plus de 7000 hectares), au Vallon de Saint-Cyr (13), en passant par Beaumes-de-Venise (84), des incendies désastreux ont dévasté l’environnement et la biodiversité cet été.

Pressions sur la forêt méditerranéenne

Les forêts méditerranéennes sont fragilisées par la pression foncière, l’exploitation intensive, les maladies, les espèces invasives et le réchauffement climatique. « Les incendies en Méditerranée résultent en partie du dessèchement de la végétation induit par des conditions météorologiques extrêmes dont la fréquence et l’intensité sont amenées à s’accroître dans le futur » rapporte d’ailleurs le GREC-SUD. Constat validé une nouvelle fois par le nouveau rapport du GIEC publié le 9 août 2021 qui précise que la fréquence des incendies de forêt est vouée à augmenter notamment dans les pays méditerranéens avec un réchauffement de 2°C.

La forêt, un écosystème vital pour le vivant

Les milieux forestiers jouent un rôle essentiel dans l’équilibre des écosystèmes : protection des sols ; préservation de la qualité de l’eau ; atténuation des effets du changement climatique ; limitation de l’érosion des sols et du ruissellement ; habitats et refuges pour de nombreuses espèces…

Un industriel et un État sans scrupule

Mais Gazel Energy, l’industriel qui exploite la méga-centrale biomasse de Gardanne avec l’autorisation de l’État, n’a que faire de ces considérations écologiques. Le groupe tchèque a annoncé la reprise mi-juillet des activités de la centrale avec un nouveau plan d’approvisionnement en bois 100% européen, dont 310 000 tonnes de provenance locale (rayon de 250 km autour de la centrale).

« Nous demandons l’arrêt définitif de cette centrale climaticide qui met à mal les forêts, pourtant essentielles pour la biodiversité et la lutte contre les effets du changement climatique. Nous avons d’ailleurs saisi le Conseil d’État pour qu’il se prononce sur les impacts environnementaux des prélèvements en bois nécessaires au fonctionnement de cette centrale.» annonce Gilles Marcel, président de FNE Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Contacts presse
Pierre Aplincourt, membre de FNE Provence-Alpes-Côte d’Azur  – 06 07 81 91 07