Communiqués / Avis

Cassis : tourisme de luxe VS protection de la biodiversité

Un nouveau projet de complexe hôtelier de luxe menace un site naturel aux portes des Calanques alors que le Congrès de l’UICN bat son plein et que le dernier rapport de l’IPBES indique que la destruction des habitats naturels est l’une des principales causes d’érosion de la biodiversité.

Des impacts importants sur la biodiversité

Le projet de complexe hôtelier au Bestouan, se situe dans un espace naturel en périphérie de la commune de Cassis. Il s’agit d’une ancienne carrière à ciel ouvert qui a été recolonisée par plusieurs espèces de faune et de flore. Le site tient lieu aujourd’hui d’espace refuge et de zone tampon entre les espaces urbanisés de la ville de Cassis et les espaces protégés du Parc National des Calanques. Particulièrement soumis aux pressions anthropiques, le littoral méditerranéen ne dispose que de peu d’espaces encore non artificialisés ou non exploités ce qui rend d’autant plus incompréhensible la réalisation de tels projets.

Cette zone naturelle, limitrophe du Parc National des Calanques est un corridor écologique essentiel pour la protection de la biodiversité. Elle joue également un rôle dans la préservation des paysages emblématiques du territoire de la métropole Aix-Marseille Provence et plus largement du département des Bouches-du-Rhône.

La réalisation du complexe immobilier entraînera la destruction de plusieurs espaces semi-ouverts de garrigues qui jouent un rôle important en termes de continuités écologiques pour les espèces fréquentant le Parc National des Calanques (zone cœur et aire d’adhésion).

Le site impacté est de plus situé à proximité de 15 ZNIEFF, de huit sites Natura 2000 et inclus dans le périmètre du Plan national d’actions en faveur de l’Aigle de Bonelli. L’hôtel du Bestouan aura nécessairement un impact tant en phase travaux qu’en phase de fonctionnement, sur l’ensemble des espèces protégées présentes sur le site, ou qui y transitent (alimentation, chasse, refuge…).

Les oiseaux sont particulièrement sensibles aux nuisances anthropiques, notamment sonores et lumineuses. Plusieurs espèces protégées, comme la fauvette mélanocéphale dont l’aire de répartition se limite au bassin méditerranéen, doivent absolument être préservées (pour rappel : d’après le MNHN, l’OFB et la LPO la population d’oiseaux communs et des champs a diminué de 30% en 30 ans en France). 

Par ailleurs, la pollution lumineuse, même limitée et encadrée, entraîne des changements profonds de l’écosystème et affecte particulièrement les insectes pollinisateurs, déséquilibrant ainsi l’ensemble de la chaîne trophique. La création de logements touristiques suppose un pic d’activités à la même période que celle de reproduction des différentes espèces accentuant encore un peu plus le déclin des populations.

Concernant la flore, les écosystèmes côtiers sont particulièrement fragiles, et plusieurs espèces végétales citées dans la réponse du Maître d’ouvrage sont menacées par l’artificialisation. Même si les travaux de défrichement ne concernent pas directement ces arbustes, l’artificialisation de la carrière affectera forcément leurs répartitions et donc le maintien dans un bon état de conservation de ces espèces, par exemple  

  • la stéhéline douteuse dont la reproduction est entomogame, c’est-à-dire qu’elle a besoin des insectes ; par ailleurs la dissémination des graines se fait par le vent, la présence de bâti freinera de fait son développement et empêchera le renforcement de cet espèce en zone naturelle, 
  • la germandrée arbustive (espèce classée rouge sur la liste de l’UICN) est spécifiquement localisée sur les côteaux de la Méditerranée. Elle est également entomogame et dépend de la présence et de la circulation des insectes. Un projet immobilier, même parsemé de végétation, constitue donc une menace pour son expansion ; la dissémination de ses graines se fait par gravité (barochore), cette plante arbustive a donc besoin d’un grand espace pour pouvoir se reproduire et pérenniser sa présence. Encore une fois l’artificialisation des alentours impactera fortement sa survie.

A ce titre, le dépôt d’un dossier de demande de dérogation espèces protégées au titre de l’article L.411-2 du Code de l’environnement nous paraît indispensable vu le nombre d’espèces protégées susceptibles d’être impactées par le projet. Si des mesures compensatoires devaient être envisagées, il serait indispensable d’associer au suivi de ces mesures les agents du Parc National des Calanques, experts sur les écosystèmes de ce secteur.

Des pressions accrues sur les ressources naturelles et les réseaux

L’urbanisation de cette zone, au-delà de son impact direct sur la biodiversité conduira à un accroissement de la pression urbaine sur la zone cœur du Parc National des Calanques déjà fortement fragilisée par une fréquentation excessive et ouvrirait la possibilité à des extensions supplémentaires. Nous craignons notamment que cela n’ouvre la voie à des pressions sur la Calanque de Port-Miou.  

Ce projet nous semble donc incompatible avec la Loi Littoral et le principe de l’urbanisation limitée dans les espaces proches du rivage.

Aucun réseau (eau, électricité, assainissement) ne préexiste et aucun transports collectifs ne dessert actuellement la zone. La construction d’un nouveau complexe hôtelier sur le secteur du Bestouan engendrera des coûts importants pour la commune, notamment pour développer des transports répondant à cette nouvelle clientèle. L’opportunité de rajouter du trafic sur un site déjà congestionné en particulier sur la période estivale pose question. Cela contribuera à aggraver des pollutions sonores, atmosphériques et lumineuses, nuisibles pour la biodiversité et la qualité de vie. Aucune suggestion n’est faite pour promouvoir la mobilité douce.

Par ailleurs, la création d’un complexe hôtelier de luxe et les défrichements associés supposent une pression exacerbée sur la ressource en eau, dans un contexte de réchauffement climatique et d’augmentation des sécheresses sur le bassin méditerranéen. Il n’est question à aucun moment des volumes d’eau nécessaires pour faire fonctionner une piscine et un SPA, auxquels s’ajouteront les besoins en eau « classiques » des usagers de l’hôtel (sanitaire, eau potable, etc.).

La végétalisation de la zone entraîne également une pression supplémentaire sur la ressource en eau.

L’artificialisation et l’anthropisation de ce secteur naturel amplifiera le phénomène d’îlots de chaleur urbains, ce qui est une aberration dans un contexte de changement climatique.

L’étalement urbain suppose également la création de nouveaux réseaux d’eau et d’électricité qui ne vont pas dans le sens du projet de sobriété foncière annoncé dans le SRADDET. La construction de 10 villas privées ne constitue pas une urbanisation raisonnable et ne permet pas un mode de logement économe que ce soit en espace et en ressource.

Une aggravation irresponsable des risques naturels

Enfin, cette urbanisation entraîne de façon significative une augmentation des risques naturels, et donc de fait la réduction de la résilience du territoire.

D’abord, une augmentation du risque d’incendie, ce qui est en totale contradiction avec les préconisations définies par la charte élaborée par le Parc national pour la protection des massifs forestiers et l’actualité de cet été 2021. La présence d’un complexe hôtelier sur ce site aura pour conséquence une augmentation de la fréquentation au quotidien, par plusieurs centaines de personnes supplémentaires, d’un secteur enclavé et donc dangereux en cas d’incendie. Dès à présent, en cas d’accident survenu dans ces circonstances, on peut penser que la justice sera sollicitée pour rechercher les responsabilités.

Concernant le risque inondation, la MRAE souligne que « les études hydrauliques réalisées dans le cadre du dossier de déclaration loi sur l’Eau montrent, pour une crue centennale 10, un risque de surverse sur les trois ponts, dont un risque de submersion par une lame d’eau de 45 cm sur le pont amont le plus proche du site de projet. Les mesures préventives destinées à limiter les effets du risque d’inondation sur la voie de desserte et tout particulièrement au niveau du point sensible de franchissement du Vallat ne sont pas présentées dans l’étude d’impact. Il s’agit d’un point particulièrement sensible de la faisabilité du projet, qui n’est pas suffisamment explicité au vu du risque potentiellement élevé sur les personnes et les biens ». Sachant que les changements climatiques vont augmenter le risque inondation et les phénomènes météorologiques extrêmes, la réponse du porteur de projet à cet enjeu nous semble un peu légère.

De plus, le maître d’ouvrage évoque la création de jardins et un « gros apport de terre » pour absorber les eaux de ruissellement sans aborder la question de l’origine de ces terres, de leur qualité (et donc de leur capacité d’absorption), et de l’éventuelle artificialisation induite ailleurs, par cet apport.

La question de l’opportunité et même de la pérennité d’un tel projet dans un secteur concerné par de si nombreux risques naturels : risque inondation accentué par l’imperméabilisation supplémentaire, risque incendie, risque d’éboulement – comme en a fait l’expérience la Calanque de la Vesse, risque d’érosion accentué par le changement climatique… nous interpelle sérieusement.

Au vu de ces éléments, nous avons rendu un avis défavorable à l’arrêté de défrichement soumis à enquête publique.

Pour en savoir plus sur ce projet : consulter le site de la Préfecture des Bouches-du-Rhône