Actualités

IUCN : FNE en force à l’intérieur et hors les murs, notre bilan

Du 04 au 11 septembre se tenait à Marseille, le Congrès Mondial de la Nature à Marseille. Bien sûr, nous étions présents, aux côtés de notre fédération nationale à l’intérieur du Congrès mais également hors les murs.

Notre forum des initiatives positives en faveur de la biodiversité

Le 04 septembre, nous avons souhaité ramener ce Congrès au plus proche des citoyens, en organisant un Forum des initiatives positives en faveur de la biodiversité sur la Canebière à Marseille. Ce Forum mettait en valeur plusieurs associations qui œuvrent spécifiquement pour la protection de la biodiversité. Mises en scène, présentation des actions de notre réseau associatif, animations de notre jeu « Question pour un champion du développement durable » : nous avons mis toute notre énergie dans cette journée, et le public nous l’a bien rendu !

Nous avons également organisé à la Mairie du 1er et 7ème arrondissements de Marseille, la diffusion en avant-première de notre tout dernier web documentaire « Verdon, source de vie convoitée » qui fait partie de la série documentaire Coexistences !

Enfin, European River Network a organisé le 09 septembre à la Cité des associations une projection sur l’importance des rivières alpines. Notre webdocumentaire « Tresses de vie : voyage au cœur des rivières alpines » y était présenté et vous étiez nombreux à y assister !

Mais nous étions aussi très présents au sein du Congrès !

Animations sur le stand

Présents dans l’Espace Génération Nature, nous avons installé notre exposition Coexistences qui occupait une très belle place au coeur du stand FNE, une tablette était à disposition des congressistes pour jouer aux quiz dédiés à l’expo. Par ailleurs, nous avons animé le jeu Korridor développé par Eaux et Rivières de Bretagne. Ce jeu met en scène des espèces telles que la loutre, le champignon, le loup ou l’aigle. Chacune des espèces a une mission et doit parcourir un chemin défini mais attention, ce dernier est semé d’embuches (artificialisation, pollutions, agriculture intensive, etc.) Arriveront-ils à atteindre leurs objectifs malgré toutes ces menaces ?

Participation aux conférences

Parmi les multiples conférences organisées par FNE tout au long de ce Congrès, deux ont été particulièrement importantes pour notre fédération.

Conférence sur le plastique en Durance, en résonance avec le projet « Stop Plastique en Méditerranée » que nous avons mené avec ExpeditionMed. Une manière de montrer que les déchets plastiques en mer proviennent généralement de la terre et sont notamment « transportés » par les rivières.

La conférence dédiée au bois-énergie nous a également fortement mobilisée. La question est particulièrement importante et sensible dans notre territoire avec la présence de la méga-centrale biomasse de Gardanne (13) à laquelle nous sommes fermement opposés.

Enfin, nous avons pris part à la conférence sur la petite hydroélectricité, si présente dans les petits torrents des Hautes-Alpes. L’occasion de rappeler notre demande d’un moratoire sur les micro-centrales hydroélectriques qui posent de graves problèmes en matière de biodiversité et de continuités écologiques.

L’heure du bilan : entre espoirs, attentes et déceptions

Cet événement a permis des échanges locaux constructifs mais nous laisse en attente de concrétisation sur le territoire. Cependant, les moyens humains et financiers affectés à la protection de la biodiversité demeurent largement insuffisants.

Nos espoirs

Forêt et Méditerranée : des fortes ambitions sont affichées

Notre fédération nationale a porté au sein du congrès 12 des 109 motions adoptées dont celles sur la lutte contre la déforestation importée et la préservation des espaces maritimes. Nous avons noté des discours engagés des élus locaux sur la nécessité de préserver la forêt méditerranéenne, grande victime des incendies, avec un ambitieux programme de replantation d’arbres en région.

La Méditerranée était aussi à l’honneur avec un objectif « zéro plastique » et une préservation du milieu marin et de la posidonie.

L’engagement de Marseille, principal pôle urbain de la région, dans la campagne européenne des villes neutres en Carbone d’ici 2050 montre également la volonté de changement pour une transition écologique.

Pour Nathalie Chaudon Directrice de FNE Provence-Alpes-Côte d’Azur : ”des motions aux discours politiques, l’ensemble des parties prenantes au Congrès s’accordent pour agir sur la préservation de la biodiversité et s’adapter au changement climatique ; nous attendons à présent des actes.”

Mobilisation de la société civile à Marseille et en région :

Scolaires, citoyens, ONG, étaient tous au rendez-vous. Que ce soit au sein du Congrès ou hors les murs nous avons pu constater que le public était à l’écoute, avide d’apprendre et de comprendre.

Pour Gilles Marcel Président de FNE Provence-Alpes-Côte d’Azur : « Avec notamment notre forum de la biodiversité hors les murs sur la Canebière, nous avons pu percevoir une prise de conscience forte et une envie d’agir de la part des citoyens. Les politiques publiques doivent à présent être à la hauteur de ces attentes ».

Nos attentes

Pour que ce congrès ne soit pas juste une parenthèse

Accueilli à Marseille, en Région Sud, ce congrès a mobilisé l’ensemble des élus et des institutions pendant 10 jours. FNE Provence-Alpes-Côte d’Azur souhaite que ce ne soit pas juste une parenthèse et que l’ensemble des discours se traduisent dans les actes à chaque échelle de territoire.

Mettre en œuvre des solutions fondées sur la nature pour limiter les risques naturels majeurs, présents sur chaque commune de la région, est par exemple un axe fondamental à déployer sur le territoire.

Se donner les moyens d’atteindre les objectifs ambitieux s’est aussi soutenir et agir avec la société civile, notamment les associations environnementales, à la fois dans la gouvernance et la mise en œuvre des politiques publiques.

A quand un sursaut politique pour stopper la perte de biodiversité ? :

Au démarrage du congrès, les résultats de la mise à jour de la liste rouge ont montré que nous sommes à un taux d’extinction des espèces de 100 à 1000 fois supérieur au taux naturel.

La France fait partie des 10 pays abritant le plus grands nombres d’espèces menacées avec les hot spot de biodiversité que présentent les territoires d’outre-mer et la région méditerranéenne.

FNE Provence-Alpes-Côte d’Azur pointe la responsabilité particulière de notre région et de la France en matière de destruction d’espèces protégées. Pour mémoire en région, nous avons comptabilisé 105 arrêtés d’autorisation de destruction d’espèces pour, entre autres, des projets d’artificialisation. Il est urgent de revoir l’intérêt général au regard de la biodiversité et non plus que des enjeux économiques de courts termes !

Nos déceptions

Des engagements trop faibles de l’Etat

Sur la question de la réduction de l’utilisation des pesticides en agriculture : le Président de la République s’est engagé à porter ce projet au niveau européen lors de la présidence française de l’UE l’an prochain. Or, avec la campagne électorale en cours, l’adoption de mesures “contraignantes” ne semble pas à l’ordre du jour. De plus, la nouvelle Politique Agricole Commune, tout récemment adoptée et soutenue par la France, n’est pas à la hauteur de l’urgence à changer le modèle agricole encore dominant.

Sur les zones marines protégées, si l’on ne peut que saluer la volonté de placer sous statut de protection forte 5 % de la Méditerranée d’ici 2027, il s’agit en réalité d’une promesse déjà formulée en 2019 et qui attend d’être concrétisée.

Enfin, la question des moyens, humains et financiers, nécessaires à la mise en œuvre effective de politiques de protection et de restauration de la biodiversité efficaces ne sont toujours pas au rendez-vous. En effet, ces dernières années, alors que leurs prérogatives augmentaient, les effectifs des parcs nationaux, de l’Agence de l’Eau ou encore de l’OFB ont subi une diminution drastique et constante.