Actualités

Centrale du Larivot en Guyane : victoire historique, les travaux suspendus

Le 27 juillet 2021, le Tribunal administratif de Cayenne a suspendu les travaux de construction de la centrale au fioul de Larivot, suite au recours en référé des associations France Nature Environnement et Guyane Nature Environnement. Les associations soutenaient l’illégalité de l’autorisation environnementale de cette centrale en construction dans une forêt marécageuse alors que de nombreuses alternatives énergétiques durables existent en Guyane. Cette décision a été confirmée par le 7 septembre 2021 suite à la saisine du Tribunal par d’autres parties prenantes.

Un site à préserver

La loi Littoral dispose que les aménagements ne peuvent être réalisés que lorsque le secteur visé est déjà occupé par une urbanisation diffuse, ce qui n’est pas le cas pour la zone du Larivot. La parcelle sur laquelle la centrale était actuellement en cours de construction, une zone humide et inondable, devait être préservée en tant que milieu naturel. Il n’était donc pas question d’y installer une telle activité industrielle.

Pour Anne Roques, juriste de France Nature Environnement : « L’exécution de l’autorisation environnementale et les travaux sont donc suspendus jusqu’à ce qu’il soit statué au fond, soit dans plusieurs mois. Le juge administratif n’a pas été dupe du discours d’EDF injustement validé par la préfecture de Guyane, puis par le Ministère de l’Écologie ».

Une décision environnementale inédite

L’enquête publique, qui s’est déroulée au plus fort de l’épidémie de Covid-19 en Guyane, au mois de juin 2020, avait abouti à un avis défavorable du commissaire enquêteur sur le projet, ce qui a permis aux associations de déposer ce recours en référé. La décision du juge administratif est ici historique, car elle retient l’importance des engagements climatiques de la France. En effet, comme l’a rappelé le Conseil d’État[1], la France doit réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 40% à horizon 2030 et atteindre la neutralité carbone en 2050. De ce point de vue, autoriser la construction d’une centrale au fioul qui fonctionnerait pendant 25 ans serait contraire aux engagements climatiques de la France.

Ce raisonnement pourrait être dupliqué par les juridictions nationales notamment dans des contentieux régionaux en cours contre des projets climaticides tels que la bioraffinerie de Total La Mède ou la méga-centrale biomasse de Gardanne.

Plus d’informations