Communiqués / Avis

Avenir de la Méditerranée, notre avis mitigé sur la stratégie adoptée

L’élaboration du Document Stratégique de Façade touche à son terme. Cette planification répond aux directives européennes « Stratégie pour le Milieu Marin » et « Planification de l’Espace Maritime » et à la stratégie nationale Mer et Littoral.

Durant l’été, le plan d’action et le dispositif de suivi de ce DSF étaient soumis à consultation, d’abord au Conseil Maritime de Façade puis à l’avis du public.

Retrouvez l‘avis détaillé de FNE Provence Alpes Côte d’Azur et FNE Languedoc Roussillon.

Et pour ceux qui n’auraient pas à cœur de se plonger dans un document un peu technique avouons-le, voici notre conclusion :

Quelques belles ambitions

Après plusieurs années de travail, nous voici presque au terme de la rédaction du Document Stratégique de Façade, nous avons quelques raisons de saluer ce travail.

En premier lieu, parce qu’il constitue, pour la première fois, la manifestation d’une démarche ambitieuse où l’État français a ouvert la réflexion autour de la gestion de la mer et des littoraux à l’ensemble des parties prenantes.
En second lieu, parce que les documents proposés très riches et fournis ont été construits sur la base d’ateliers territorialisés participatifs.
Enfin, parce que nous pouvons constater quelques avancées bien réelles sur le terrain, à commencer par la réglementation autour des mouillages de plaisance, progrès indéniable et bien nécessaire pour préserver les herbiers de phanérogames, toute la biodiversité qu’ils abritent et le grand nombre de
services écosystémiques que ces mêmes herbiers rendent dans chacun des quatre grands types de service identifiés : support, régulation, prélèvement et culture.

Des lacunes importantes

Cependant, ces avancées ne suffisent pas. En effet, les objectifs de ce Document Stratégique ne sont pas en phase avec les enjeux locaux et planétaires auxquels nous sommes et allons être confrontés. Ce déphasage est la conséquence du choix de la France de vouloir fusionner au sein d’un document unique
les directives-cadres européennes « Stratégie pour le milieu marin » (DCSMM) et « Planification des espaces maritimes » (DCPEM). Toutes les initiatives françaises visant à la sauvegarde du milieu marin et la planification de tous nos usages ne pourront être véritablement efficaces et durables que si elles sont envisagées à l’échelle de la Méditerranée. Cela impose de devoir accorder une plus grande place aux coopérations et collaborations régionales ainsi qu’à l’information et la formation.

Néanmoins nous souhaitons poursuivre le dialogue en vue :
• d’un ancrage fort de ce document stratégique dans son territoire d’intervention, ancrage qui prenne en compte très explicitement les spécificités géomorphologique, hydro-chimique, écologique, patrimoniale, économique et évolutives propres à ces espaces maritimes et littoraux méditerranéens ;
• d’une réelle ambition de ce Document stratégique à l’échelle régionale. Faisons en sorte que ce document soit :
o exemplaire dans sa démarche de concertation et d’élaboration,
o éclairant par ses orientations et objectifs et par les méthodologies mises en œuvre pour leurs réalisations et suivis,
o et qu’il contribue à la pleine acceptation sociétale de ces mêmes orientations et
objectifs.