Actualités

Projet LEO, non mais Allô !

Dans la douceur printanière du mois de juin, nous avons eu la désagréable surprise de voir sortir l’arrêté autorisant la tranche 2 de la liaison Est-Ouest (LEO) d’Avignon, à savoir une route expresse de 6 km en 2×2 voies. Ce projet ancien, qui avait été oublié faute de moyens, vient d’être opportunément relancé, à la faveur du plan de relance lié au COVID.

Aux côtés de plusieurs associations et collectifs mobilisés[1] nous déposons un recours contre ce projet dépassé.

Soutenez-nous ! https://www.helloasso.com/associations/france-nature-environnement-vaucluse/collectes/stoppons-la-leo

Des études environnementales obsolètes

Le projet de liaison Est-Ouest d’Avignon a été déclaré d’utilité publique en 2003 sur le fondement d’études environnementales qui remontent aux années 90. Certaines de ces données n’ont pas été actualisées depuis, notamment en matière d’émissions de gaz à effet de serre, de nuisances sonores, de continuités écologiques ou encore de risques naturels. Alors que les changements climatiques vont soumettre le territoire à des épisodes météorologiques extrêmes plus fréquents, le risque d’inondation a été sous-estimé. Une partie du linéaire routier se trouve d’ailleurs en bord de Durance : pour consulter le plan du projet, cliquez ici.

Le tracé proposé impactera fortement les milieux naturels de la Durance et les espèces qu’ils abritent. Aucun tracé alternatif n’a été sérieusement envisagé (éloignement du seuil 68, réorientation de l’axe du viaduc pour se rapprocher de l’axe perpendiculaire à la rivière…). Aucune analyse alternative concernant le viaduc de franchissement du Rhône n’est présentée (deux voies et non quatre), ni concernant les modalités de construction (absence de piles dans le lit mineur, à défaut moins grand nombre de piles et dispositions de chantier minimisant la présence sur la Durance).

L’ouvrage de franchissement et les travaux prévus auront pour effet de détruire la quasi totalité des frayères présentes en Durance. La solution retenue maximise les impacts sur le milieu naturel et sur les sites Natura 2000. Le projet actuel prévoit la mise en place de pistes provisoires dans le lit mineur de la Durance.

Les atteintes à la biodiversité locale sont nombreuses. Aucun dossier de demande de dérogation espèce protégée n’a été déposé alors même que le projet impactera plus de 80 espèces protégées, amphibiens, insectes, oiseaux, poissons, chauves-souris… 8 sites Natura 2000 sont situés directement dans l’emprise du projet ou à proximité, comprenant 18 habitats protégés à l’échelle européenne.

L’autorité environnementale a rendu un avis très critique sur le projet et souligne que le dossier est « constitué de documents disparates, s’étalant de 2002 à 2020, et notamment d’une étude d’impact obsolète, non conforme aux dispositions de la directive « projet », sans actualisation ni de l’ensemble du projet, ni même de la tranche 2 objet de la demande d’autorisation environnementale ».

Destruction de la ceinture maraîchère d’Avignon

Le secteur impacté par le projet est un secteur de maraîchage sur des petites parcelles, caractérisé par la présence de haies, véritables réservoirs de biodiversité. Le foncier agricole se caractérise par de nombreuses fonctions écologiques : limitation des risques inondations, limitation de l’effet d’îlot de chaleur urbain , amélioration du cadre de vie… A l’heure où la crise du COVID-19 a démontré l’importance de la production agricole locale, dans un objectif de souveraineté alimentaire, la destruction de ces terres fertiles en périphérie de l’agglomération est insensée. En parallèle des services écosystémiques rendus, la présence d’une ceinture maraichère en périphérie de centre urbain permet de créer et de renforcer les Projets Alimentaires Territoriaux.

Le SRADDET de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur a pourtant défini plusieurs objectifs concernant la production alimentaire locale. L’objectif 18 du SRADDET promeut l’agriculture de proximité.

Les objectifs 48 et 49 du SRADDET visent à « préserver le socle naturel, agricole et paysager régional » ainsi que » le potentiel de production agricole régional « . Les terres impactées par le projet de la LEO sont des parcelles alluviales, dont le potentiel agronomique est irremplaçable. L’objectif 48 demande aux acteurs publics « d’affirmer des liaisons agro-naturelles entre espaces métropolisés et espaces d’équilibres régional « . Le projet de la LEO est incompatible avec ces objectifs.

Toujours plus de voitures

Les enjeux environnementaux actuels nous obligent à réduire la place de la voiture. Les études prouvent que la création de nouvelles voies de circulations ne fluidifient pas le trafic et ne réduisent pas le nombre de véhicules.

La construction de ce nouveau linéaire routier s’insère dans un total de 61 nouveaux km cumulés dans le bassin méditerranéen, menaçant de nombreux espaces naturels et forestiers. Il existe en effet plus de quatre nouveaux projets cumulés de rocades urbaines répartis sur la zone Montpellier, Nîmes, Avignon et Arles. Il est nécessaire de préserver nos terres agricoles et d’arrêter ces projets routiers consommateur d’espaces. Au total, ce sont 37 hectares de zones agricoles qui seront perdus. Planifier la capacité d’un territoire à subvenir à ses besoins alimentaires est d’intérêt général et doit être défendue par les acteurs publics (comme l’exemple de la commune de Mouans-Satroux et son PAT).

Par ailleurs, les atteintes aux espaces agricoles se cumulent en dans le département du Vaucluse, mais aussi dans l’ensemble de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur, il est urgent d’agir !

Pour en savoir plus :

Lien vers l’avis de l’Autorité environnementale

Article de Reporterre du 2 avril 2021

Répertoire des terres agricoles en danger dans le Vaucluse

Répertoire des terres agricoles en danger dans les Bouches-du-Rhône

[1] FNE PACA, FNE Vaucluse, l’association pour la sauvegarde de la ceinture verte d’Avignon (ASCVA), l’association Foll’avoine et la Confédération paysanne de Vaucluse.