Actualités

Alpatous / Rencontres-rando pour une cohabitation apaisée en montagne

Nous avons organisé une journée de rencontre sur le thème de la cohabitation entre l’activité pastorale et le loup qui a pris la forme d’une balade en montagne, à Saint-Etienne de Tinée (06). Nous avons même eu la chance d’avoir de belles surprises !

Enjeux du pastoralisme en montagne

Les troupeaux sont amenés en montagne de plus en plus tôt et montent de plus en plus haut, du fait du réchauffement climatique. Cela a un impact sur la flore des pelouses alpines qui a du mal à effectuer son cycle biologique complet et sur les insectes qui subissent une perte d’habitat conséquente. Par ailleurs, les déjections en masse dérangent la faune et impactent la qualité de l’eau.

Le déplacement de grands troupeaux accélère également l’érosion des sols car les bêtes empruntent plusieurs sentes en dehors du chemin.

Érosion des sols liée au passage des troupeaux

Au sein des parcs nationaux, le pastoralisme est autorisé. D’un troupeau moyen à 600 têtes on passe, de nos jours, à des troupeaux de 3000 têtes. En Haute Tinée on compte 20 élevages ; il y a plus de moutons que de faune sauvage.

Une des solutions pour une cohabitation avec l’ensemble des écosystèmes de montagne, serait de mettre en place de quota de bêtes par alpages mais le parc n’est que gestionnaire et c’est le propriétaire des alpages qui décide.

Explication du programme Prédateur-Proies (2008-2012)

C’était le premier programme de ce type en France. Au total ce furent 4 loups qui ont été équipés de balise (poids : 600g) avec un suivi sur 6 à 8 mois. La durée de la pile de la balise est d’une année. Au bout d’une année le collier se détachait automatiquement. Ce programme avait été conçu pour analyser « l’impact » du loup sur les populations d’ongulés (chevreuil, chamois, cerf, mouflon). Les chasseurs avaient collaboré au départ puis se sont retirés lorsque les résultats intermédiaires ont démontré l’absence d’impact sur ces proies. Il aurait fallu continuer ce programme au moins 4 à 5 ans pour équiper plusieurs loups et continuer les analyses sur les proies.

Il se trouve que la dernière louve équipée a été retrouvée morte (braconnage) avec le collier arraché 6 ou 8 mois ensuite.

Lieu de piégeage du loup étudié pour ne pas mettre l’animal en danger (pas de barre rocheuse ou de rivière)

Biologie du loup

Le loup a un territoire de 400 à 200 km² en fonction de la densité de population. Il peut avoir entre 2 à 8 petits et la meute est constituée de 2 à 12 individus. Ils mettent bas dans des endroits tranquilles, à couvert. Ils ont plusieurs tanières plus ou moins confortables.

Le comportement du loup s’est modifié : il est devenu plus nocturne à cause de l’homme dont il a peur. Chaque nuit il parcourt environ 10 km. Les loups viennent souvent en fond de vallée (surtout à la mauvaise saison mais également parce que leurs proies font de même). Le loup aime beaucoup les sentiers en corniche car il a une bonne visibilité ce qui lui permet de chasser en dépensant le moins d’énergie possible.

Déjection d’un loup trouvé durant la balade. Elle est constituée de poil (qui favorisent le transit) et de petit os.

La présence du loup n’a aucun impact quantitatif sur les populations d’ongulés mais sa prédation va entrainer une dispersion des proies ; ainsi les impacts sur les jeunes arbres (et les pelouses) seront moindres car les ongulés seront plus dispersés. Les loups ciblent en priorité les animaux les plus faibles et joue donc un rôle de régulation parmi les populations, en éliminant les animaux malades ou fragiles.

Pour délimiter son territoire, le loup à 3 types de marquage :

  • sous les pattes il a des glandes qui laisse une odeur
  • l’urine
  • les déjections

Sur le Mercantour, on dénombre 8 à 10 meutes de loups composées en moyenne de 5 loups. A la tête de la meute, on trouve un mâle et une femelle dominante qui se reproduiront. Lorsque les jeunes migrent sur un autre territoire c’est là qu’ils sont en danger, car ils sont seuls pour chasser. Le tir n’est pas une solution de cohabitation ; il déstructure les meutes notamment si c’est le mâle dominant qui est tué.

Depuis le retour du loup, les habitudes des bergers se sont modifiées car ils doivent mettre en place des mesures de protection avec des chiens et des filets pour la nuit notamment.

En France, les élevages sont en majorité pour la filière viande alors qu’en Italie , où la cohabitation avec le loup semble parfois plus acceptée, ce sont majoritairement des élevage laitier qui nécessitent une traite le soir et donc de rentrer automatiquement les moutons.

L’enjeu clef reste le dialogue avec de l’écoute entre toutes les parties prenantes.

Visite d’une exploitation de fromage de brebis

C’est une exploitation de 65 bêtes (race lacaune) qui produit, transforme et vend sur place. Hugues Fanouillère en est l’exploitant. Il y réside à l’année. Ces bêtes entretiennent le fond de la vallée sur 20 hectares ; il ne va pas en alpage.

Il travaille en couple et vit correctement de ses produits laitiers et de la vente des agneaux.

Il a subi une année (il y a 4 ans) une attaque de loup avec 4 brebis égorgées et une consommée. Cela a déclenché beaucoup de contrôles administratifs. Il possède un chien type « patou » et des filets de protection. Cette année il n’a pas subi d’attaques. Cohabiter avec le loup c’est possible mais il nous a précisé que cela n’était pas facile.

Exploitation de Hugues Fanouillère