Communiqués / Avis

Mobilisation contre les digues à la Barthelasse

C’est un serpent de mer en Avignon.  Le projet de digue de l’île de la Barthelasse, porté par la collectivité du Grand Avignon, a fait l’objet d’une enquête publique du 06 janvier au 24 février. Nous rendons un avis défavorable à ce projet.

Les digues : la fausse bonne idée pour lutter contre les inondations

Le projet du Grand Avignon vise à supprimer ou limiter en partie le risque inondation en se reposant principalement sur le rehaussement, le renforcement et l’extension d’une digue sur la partie Est de l’île.  

Or, les digues sont une fausse bonne idée ! Elles ne permettent pas de supprimer le risque et peuvent entrainer une aggravation des épisodes par une rétention de l’eau.

Nous désirions aussi questionner les projections présentées, notamment la gestion du débit du Rhône à l’horizon 2050.  

La construction d’une nouvelle digue pour lutter contre le risque inondation est donc à remettre en question, alors que des alternatives moins destructrices de l’environnement et plus naturelles, sont possibles.

Un projet aux conséquences environnementales majeures

L’île de la Barthelasse, comme l’ensemble des berges du Rhône aval, est classée en zone Natura 2000. Elle abrite de nombreuses espèces protégées avec un nombre important de chauves-souris et une espèce emblématique celle du castor d’Europe.

Le format d’aménagement choisi par la collectivité viendrait impacter très fortement ces milieux avec la destruction de nombreux hectares de ripisylves. 

Nous contestons donc la demande de dérogation de destruction d’habitat d’espèces protégées ainsi que le format de la renaturation proposé en compensation. La reconstruction de foret alluviales ou de nouveaux boisements ne pourra être effectif avant 20-30 ans . FNE Provence-Alpes-Côte-d’Azur se positionne donc en faveur d’une réelle application de la séquence éviter-réduire-compenser (ERC) en favorisant des solutions d’adaptation fondées sur la nature (SAFN).  

Pour connaitre l’avis complet remis pendant la commission d’enquête cliquez ici.