Communiqués / Avis

Nouvelle étude d’impact de Total la Mède : encore des carences

Une enquête publique a été ouverte le 24 janvier dernier concernant la reconversion de la raffinerie Total la Mède en « bioraffinerie ». Elle fait suite à la décision du Tribunal administratif de Marseille, de mars 2021 qui nous avait donné raison. Nous demandions l’analyse par Total, de ses impacts à l’étranger dans la production des matières premières nécessaires au fonctionnement de la raffinerie car celle-ci fonctionnera en important massivement des huiles végétales brutes, comme de la palme et des huiles usagées. Les résultats de l’étude ne sont pas à la hauteur de l’enjeu et demeurent très insatisfaisants.

Une étude d’impact beaucoup trop faible

L’étude d’impact soumise à enquête publique reste floue concernant l’approvisionnement en matières premières du site et les émissions de gaz à effet de serre associées. Concernant plus précisément l’utilisation d’huile de palme, Total prétend maîtriser l’ensemble de sa chaîne de production et d’approvisionnement. Une expertise fondée sur une enquête de terrain, menée par Greenpeace, a démontré que ce n’était pas le cas.

L’organisme de certification lui-même considère que la certification choisie par Total est la moins contraignante et ne permet pas de garantir un approvisionnement issu de plantations contrôlées.

Les agrocarburants : le contre-sens écologique

Il nous apparaît important que la reconversion du site de la Mède s’inscrive dans un contexte de sobriété en matière énergétique et en matière de transports carbonés. Miser sur des agrocarburants de première génération dont l’impact environnemental négatif est largement documenté[1], nous paraît à rebours de ces objectifs.

La production d’agrocarburants monopolise des terres agricoles au détriment de la production alimentaire. Elle contribue également à l’appauvrissement des sols, les cultures destinées à la production d’agrocarburants sont le plus souvent des monocultures, utilisant des intrants. A l’échelle mondiale, des milieux naturels et boisés sont défrichés pour être reconvertis en terres cultivables et répondre aux besoins alimentaires. Le fait de mettre en concurrence les agrocarburants et la production de denrées alimentaires accroît donc les pressions sur les milieux naturels et boisés, ainsi que sur la biodiversité.

Fausse route des agrocarburants sur l’économie

Cela engendre également une hausse des prix des denrées alimentaires[2] dont la production entre en compétition avec la production d’agrocarburants. Nous appelons à repenser nos modes de consommation, et en particulier nos modes de transport pour être moins dépendants des carburants : véhicules partagés, transports collectifs, etc.


[1] https://reseauactionclimat.org/publications/agrocarburants-climat-pas-une-solution/

[2] Thought for Food – A review of the interaction between biofuel consumption and food markets, Cerulogy, 2017