Actualités

Nouveau rapport du GIEC : des solutions existent pour faire face au changement climatique

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a publié ce mois d’avril, le troisième volet de son sixième rapport. Le premier mettait l’accent sur la vitesse vertigineuse du changement climatique à l’échelle du globe. Le deuxième alertait sur les effets qu’il génère, qui prennent de plus en plus d’ampleur. Ce dernier volet préconise les actions à entreprendre afin de limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C ou 2 °C.

Une hausse des émissions de Gaz à effet de serre (GES)

Les nations du monde entier ont adopté conjointement l’Accord de Paris (2015) qui fixe des objectifs censés éviter l’augmentation des émissions de GES qui mettent en péril les écosystèmes et l’existence des espèces, y compris de l’être humain.

Les émissions annuelles de gaz à effet de serre pendant la période 2010-2019 sont les plus élevées de l’histoire, même si le taux d’augmentation de cette décennie est moins élevé que celui de la décennie précédente. En 2019, une hausse de 12% d’émissions a été identifiée par rapport à 2010. Cette valeur passe à 54% par rapport à 1990 (taux préindustriel).

Selon les experts, si les émissions continuent d’augmenter d’ici 2025, les températures dépasseront largement la limite fixée de 1,5 °C ou 2 °C. Des actions immédiates doivent être mises en place.

Par où commencer ? 

Quelques préconisations à retenir :

Énergie zéro carbone : les énergies renouvelables

L’utilisation mondiale des énergies fossiles devra diminuer de sorte que toute l’électricité fournie provienne de sources non émettrices de gaz à effet de serre. Pour cela, le déploiement des projets d’énergie renouvelable doit être encouragé et soutenu financièrement.

La sobriété et l’efficacité énergétiques doivent impérativement accompagner cette production d’énergie renouvelable pour réduire notre consommation par rapport à aujourd’hui.

Selon le GIEC, la baisse du coût unitaire de production d’énergie solaire et éolienne a rendu ces sources d’énergie plus attractives économiquement. Par conséquent, maintenir l’ancien modèle basé sur les fossiles coûtera plus cher que de passer à une production renouvelable. En termes de bénéfices, nous pouvons encore mentionner l’amélioration de la qualité de l’air et de la santé.

Restructuration de l’infrastructure urbaine

Les zones urbaines pourront créer des opportunités pour accroître l’efficacité des ressources et considérablement réduire les émissions de GES grâce à la restructuration de leurs infrastructures. Parmi les changements envisagés nous pouvons énumérer : 

  • Bâtiment

Amélioration et modernisation du parc immobilier (rénovation des bâtiments, recyclage, réemploi et réutilisation des matériaux)

  • Transports

Soutien à la mobilité douce et au transport en commun (investissement dans les projets de pistes cyclables et piétonnes)

Adoption du télétravail, de la digitalisation et de la dématérialisation afin de réduire les trafics routiers, aériens et maritimes

  • Agriculture

Conservation, gestion améliorée et restauration des forêts et autres écosystèmes (zones humides côtières, tourbières, savanes et prairies), avec une déforestation réduite dans les régions tropicales pour une capture plus expressive des gaz à effet de serre

Alimentation basée sur les céréales, les graines, les végétaux, les légumes et les fruits avec une faible consommation de viande qui serait garantie par une production dans des conditions durables et résilientes à faible émissions de gaz à effet de serre

  • Changement de comportement des citoyens

Consommation durable (produits réparables à plus longue durée de vie)

Réduction du gaspillage alimentaire

Alimentation plus saine (les céréales, les graines, les végétaux, les légumes et les fruits)

Déplacements à pied, en vélo ou en transport en commun

Une vraie mobilisation et un engagement effectif doivent être initiés dès maintenant vers un mode de vie plus soutenable et une accélération de la transition écologique. Tous les acteurs, décideurs politiques, secteur privé, les citoyens et les autres parties prenantes ont un rôle à jouer. C’est en impliquant tous les acteurs que nous pourrons construire un monde plus juste, démocratique et égalitaire.