Actualités

Journée Méditerranéenne de l’air : poursuite du plaidoyer contre la pollution par les navires

FNE Provence-Alpes-Côte d’Azur était présente à la 3e édition de la journée méditerranéenne de l’air, qui s’est tenue à la Chambre du Commerce et de l’Industrie du Var le 28 avril 2022.

Cette journée, organisée notamment par AtmoSud et Qualitair Corse, a permis de faire dialoguer divers acteurs concernés, de près ou de loin, par les enjeux de la pollution de l’air par les navires.

FNE milite activement sur les enjeux air, car il s’agit de lier les questions de pollutions et de santé publique. Le pourtour méditerranéen est très pollué. En effet, « plus de 900.000 personnes habitent encore dans une zone dépassant les seuils recommandés par l’Organisation Mondiale de la Santé », selon Atmosud.

La pollution des navires y contribue largement, aux côtés des transports et de l’industrie.

Des avancées impulsées par les associations

FNE Provence-Alpes-Côte d’Azur a salué la décision de la Région Sud de mettre en œuvre son programme « escale zéro fumée » pour lutter contre la pollution émise par les navires. Un plan d’investissement de 30 millions d’euros qui enclenche une certaine dynamique, mais qui reste à surveiller.

Gilles Marcel, notre Président, s’est d’abord réjoui de cette dynamique :

« En 2015, lorsque nous alertions sur le danger de la pollution, il n’y avait pas grand monde pour nous écouter. Et en 2017, à la première édition de la journée méditerranéenne de l’air, nous n’étions pas vus d’un bon œil. Aujourd’hui, nous avons une oreille plus attentive de toutes les parties, collectivités comme armateurs ».

Par exemple, aujourd’hui, les 21 pays du pourtour méditerranéen et l’Union Européenne proposent de désigner la mer Méditerranée « zone de contrôle des émissions » (ECA) de SOx, ECA, SOx, Med. Il est prévu, en 2025, un plafonnement de la teneur en soufre du carburant utilisé à bord des navires à seulement 0,10 %, soit un cinquième de la limite légale actuellement en vigueur. 

Nos exigences depuis 2015 face aux lacunes

Cependant, Gilles Marcel a rappelé que la Région Sud n’a pas respecté sa promesse de financer les associations environnementales à hauteur d’un million d’euros. De plus, FNE a mis en exergue des lacunes dans la lutte contre la pollution de l’air par les navires. Des mesures claires pourraient pourtant y remédier :

  • Changer le carburant des navires
  • Équiper les navires d’épurateurs en boucle fermée (pour éviter le transfert de pollution aérienne en pollution maritime)
  • Étendre et renforcer les contrôles sur l’ensemble du littoral méditerranéen (par exemple :  déployer un drone pour contrôler les fumées des navires dans les ports – comme c’est le cas dans la Manche)
  • Mettre en place d’un système de bonus-malus sur le principe du pollueur payeur
  • Intégrer des études d’impact sanitaire sur les plans, projets et programmes

Notre Fédération reste toujours vigilante quant aux annonces et solutions proposées actuellement par les acteurs économiques et politiques. L’association continuera à exercer une pression forte afin d’améliorer durablement la qualité de l’air dans les 3 grands ports de notre région, Marseille, Toulon et Nice.


Contact @ : service communication