Actualités

Restitution finale de l’étude Fos EPSEAL : un cocktail d’industries, de pollutions et de maladies

C’est pour mettre en évidence le lien entre les activités industrielles, leurs polluants et les maladies qui en découlent qu’une équipe de chercheurs franco-américains s’est lancée dans une étude participative en santé environnement.

Depuis 2015, l’équipe Fos EPSEAL travaille sur les questions de santé environnement dans la zone industrielle de l’étang de Berre. Les études participatives en santé-environnement ancrées localement (EPSEAL) consistent à produire des connaissances locales en santé environnementale, en associant étroitement les habitants des villes étudiées à toutes les étapes de la recherche. Elles se basent sur la méthode américaine « d’épidémiologie populaire », qui permet de croiser le témoignage de populations, premières expertes de leur propre santé, et celles des scientifiques (sociologues, toxicologues, médecins, etc.).

Un travail remarquable de 8 ans de recherche

La question posée pour la zone industrielle de l’étang de Berre était la suivante : « Sommes-nous ici plus malades qu’ailleurs ?« . Pour y répondre, des méthodologies de sociologie, anthropologie et d’épidémiologie ont été mises en œuvre ces dernières années dans deux villes du front industriel de l’étang de Berre, Fos-sur-Mer et Port-Saint-Louis, ainsi que dans Saint-Martin-de-Crau située à une trentaine de kilomètres de ce front.

Au terme des 8 ans de recherche, l’équipe scientifique dirigée par Barbara Allen et le CNRS via le Centre Norbert Elias à Marseille, a restitué les résultats de l’étude à la communauté scientifique ainsi qu’à la population à Fos-sur-Mer la semaine du 6 juin 2022. FNE Bouches-du-Rhône et FNE Provence-Apes-Côte d’Azur ont suivi attentivement ces restitutions.

Un verdict sans appel !

Le verdict est sans appel. La prévalence de l’asthme, de diabètes et de cancers est plus importante chez les habitants de ce front industriel en comparaison de la moyenne française. Par ailleurs, jusqu’à 60 % des habitants interrogés localement présentent au moins une pathologie chronique (irritation des yeux, symptômes nez-gorge, maux de tête, problèmes de peau), contre 37 % au national.

Avec une concentration très importante d’industries chimiques, pétrochimiques et métallurgiques, l’Etang de Berre expose les habitants de ce bassin industriel à de nombreux polluants : oxydes d’azote (NOx), particules fines et ultrafines (PM et PUF), métaux lourds (plomb, arsenic, cadmium, chrome…), organochlorés (PCBs, PCDDs), hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP). Les émissions des transports routier, aérien, maritime ainsi que des incinérateurs se superposent à celles des activités industrielles.

Les principaux résultats sous forme de graphique

En synthèse (Source Synthèse Etude EPSEAL)

Les habitants des deux villes de front industriel présentaient des prévalences pour les
problèmes nez-gorge (adultes et enfants), les problèmes de peau chroniques, les irritations des yeux et les maux de tête (adultes) plus importantes que pour ceux résidant à l’écart de la zone (Saint Martin-de-Crau). Une forte tendance similaire était observée pour les diabètes, corroborant les vives interrogations des acteurs locaux sur le front industriel, notamment à propos de la prévalence du type 1. Une description spatiale et qualitative des symptômes déclarés a également été réalisée, et des contrastes entre et au sein des villes ont été observés. Par ailleurs, les résultats de l’étude ont permis de suggérer dans les villes étudiées une prévalence plus élevée pour certains indicateurs de santé par rapport aux données nationales disponibles dans les 3 villes, pour les pathologies chroniques dans leur ensemble, les cancers, l’asthme et les diabètes, notamment de type 1.

Ces résultats, issus d’un travail avant tout collaboratif, suggèrent un état de santé des habitants du front industriel plus dégradé que celui des personnes résidant à l’écart de la zone industrielle. Les résultats issus des ateliers montrent un réel apport bénéfique dans la co-production de savoir local. Ce travail de recherche, original en France, a permis de tester et d’approfondir l’approche participative en santé environnement ancrée localement afin de saisir de manière compréhensible et pertinente la santé des habitants dans un contexte industriel sujet à la controverse environnementale. Enfin, cette démarche permet, en articulant aux savoirs scientifiques les savoirs locaux, de produire de la connaissance et formuler des recommandations à destination des pouvoirs publics afin de consolider la confiance entre les habitants et les chercheurs, d’orienter les décisions politiques et proposer des opportunités d’intervention
.


Pour aller plus loin

Portée par le SPPPI, la démarche Réponses a été mise en place en 2020 suite aux premiers résultats de Fos EPSEAL rendus en 2017 et a pour but d’apporter des réponses et des solutions concrètes aux préoccupations et attentes des habitants du territoire de l’étang de Berre en matière de santé environnement et qualité de l’air.

Les rapports sont accessibles en ligne :