Communiqués / Avis

Notre avis sur le projet Hynovera à Meyreuil

La reconversion de la centrale thermique de Meyreuil se précise autour de divers projets, dont celui de l’entreprise allemande Hy2gen.

Le projet Hynovera porté par cette firme fait l’objet d’une concertation publique depuis le 19 septembre et jusqu’au 21 novembre 2022. Dans ce cadre, France Nature Environnement Provence-Alpes-Côte d’Azur a déposé son avis sur le site de la concertation publique.

Comprendre le projet Hynovera

Hynovera est un projet de construction d’une unité de production de carburants dits « renouvelables » sur le site de la Centrale thermique de Provence à Meyreuil. Le projet vise à construire puis exploiter une unité de production de kérosène, diesel et méthanol renouvelables, à partir d’hydrogène renouvelable et de biomasse forestière.

Nos réseaux climat énergie et risques / impacts industriels se sont mobilisés pour émettre un avis sur le projet.

FNE Provence-Alpes-Côte d’Azur émet un avis défavorable au projet Hynovera.

Face à la crise climatique, le mouvement défendra toujours le triptyque sobriété, efficacité, déploiement des ENR.

Nos arguments en défaveur du projet

Sur les carburants de 2ème génération

Le mouvement considère que ce ne sont pas des carburants sobres étant donné que les usages prévus ne sont pas prioritaires (aviation notamment). Le projet Hynovera est incompatible avec cet objectif.

En effet, il exercerait une trop grande pression sur les forêts, déjà fragilisées par le changement climatique alors même qu’elles sont nos alliées pour l’atténuer et s’y adapter. De plus, la demande en eau liée au projet exercerait une pression supplémentaire sur cette ressource tandis que nous vivrons des sécheresses de plus en plus intenses et récurrentes, accentuant la compétition entre ses usages. Il est donc primordial de hiérarchiser les usages vitaux de l’eau. D’autre part, son implantation en milieu péri-urbain, à côté d’autres sites industriels, constitue un trop grand risque pour la santé humaine. Enfin, ce projet ne remet pas en cause les usages superficiels des transports ciblés : aviation et transport maritime. Il est impératif d’éviter le plus possible l’utilisation de ces modes de transport trop gourmands en énergie.

Sur l’utilisation de la biomasse forestière

La ressource biomasse, privilégiée pour des raisons techniques et économiques pour la production de carburants de 2ème génération, pose néanmoins questions : l’importance d’une protection et gestion soutenable des forêts, ainsi que la hiérarchie des usages du bois (et ses dérivés). La pression industrielle sur la forêt méditerranéenne qu’induirait ce projet va altérer sa capacité à résister au changement climatique, et d’accélérer son dépérissement. Or, si les forêts ne se renouvellent plus, on ne pourrait plus considérer le bois énergie comme une énergie renouvelable. En l’état actuel, c’est un projet climaticide.

Sur l’utilisation de l’eau du canal de Provence

Il est crucial de hiérarchiser les usages économiques de l’eau sur la base de considérations écologiques et sociales. Ce projet n’est pas prioritaire dans un contexte de raréfaction de la ressource en eau et de pressions sur les écosystèmes aquatiques. Dès 2030, l’équivalent d’une piscine olympique par jour serait utilisé. Il est aussi incompatible avec les nouveaux objectifs de réduction des prélèvements, annoncés par la Société du Canala de Provence, censée assurer l’approvisionnement en eau du potentiel site.

Sur les risques industriels et la qualité de l’air

Il est primordial de protéger la santé des riverains et donc logique d’installer des entreprises non polluantes, non dangereuses et sans nouvelles nuisances sur ce site. Or ce projet, classé SEVESO seuil bas, s’implanterait en zone urbanisée et à proximité immédiate de centres urbains et communes. Cela constituerait un réel danger industriel et sanitaire pour les populations, alors même que les mesures de prévention des risques industriels consistent justement à éloigner les sites à risques de ces zones.

FNE PACA sera présent à la réunion publique du mardi 27 septembre. La table ronde portera sur « Politiques publiques de transition énergétique : la production de carburants renouvelables pour l’aviation et le maritime ». Ce sera l’occasion de réitérer notre positionnement.

Si vous souhaitez en savoir plus, n’hésitez pas lire notre avis rendu dans le cadre de la concertation publique. Vous pouvez aussi visiter le site de cette concertation pour connaître les avancées du projet (réunions publiques, avis et questions publiés).