stratégie régionale biodiv
Dossier
Biodiversité Biodiversité

DIAGNOSTIC DE LA STRATÉGIE RÉGIONALE BIODIVERSITÉ

Publié le 6 novembre 2023

REGARD DE FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT PROVENCE-ALPES-COTE D’AZUR

Notre fédération régionale accueille favorablement l’idée de territorialiser une stratégie en faveur de la biodiversité, en déclinaison de la stratégie nationale. Les spécificités de notre région, combinant des caractéristiques alpines et méditerranéennes, confèrent à l’ensemble des acteurs une responsabilité toute particulière pour préserver ces milieux et les espèces associées. L’institution régionale, désignée chef de file  «biodiversité» par la loi NOTRe porte d’autant plus cette responsabilité et s’en est saisie. 

Face à la difficulté de structurer la transversalité du thème de la biodiversité, il est compréhensible que la feuille de route Stratégie Régionale Biodiversité (SRB) ait été structurée par catégories de services rendus. Toutefois, penser la biodiversité par le seul prisme des services écosystémiques avec une approche anthropocentrée ne reflète pas la vision portée par les associations de protection de la nature que regroupe France Nature Environnement. 

La protection des milieux naturels et notre coévolution avec la nature devraient être les piliers de la SRB. La biosphère a besoin de temps pour se régénérer et s’épanouir. Sa puissance, sa fragilité et sa résilience, autant que sa restauration, résident dans la reconnaissance et l’acceptation de sa complexité. 

 

Une structuration discutable de la Stratégie Régionale Biodiversité

 

DOCUMENT ANTHROPOCENTRÉ

La stratégie biodiversité doit avoir pour objet principal la protection de la biodiversité pour elle-même et non pas appréciée sous le seul prisme des intérêts économiques et sociaux du moment. De même, la stratégie de  biodiversité recherchée ne peut être définie sans une évaluation préalable complète des politiques existantes sur ces sujets, et cette évaluation doit être mise en regard des grands enjeux pesant sur la biodiversité : son effondrement en cours depuis des décennies, aggravé par le changement climatique.

ANCRAGE TERRITORIAL LACUNAIRE

Le territoire régional doit faire face en effet, d’une part à la sévérité particulière des effets du changement  climatique qui touche le monde alpin et le bassin méditerranéen, et d’autre part agir à hauteur du caractère de hotspot de biodiversité qui caractérise son territoire au niveau international. Pour ces raisons, l’institution régionale et ses partenaires doivent être exemplaires.  

Il aurait été intéressant d’appuyer la SRB sur d’autres travaux, entre autres notamment ceux du SRADDET. Ce dernier identifie 4 ensembles géographiques, correspondant peu ou prou aux entités biogéographiques de notre région. Ces entités apparaissent très marquées, différenciées les unes des autres, et cependant elles sont  aussi animées d’interactions et d’interdépendances reconnues. Cette situation implique que la SRB s’ancre sur cette réalité, décline ainsi son projet et l’ajuste, a minima, en fonction de ces 4 territoires. La SRB pourrait préconiser un traitement différencié et équilibré propre à maintenir ces entités biogéographiques et leurs milieux, à la fois dans leur fonctionnement et dans leurs interactions. 

ABSENCE DE HIÉRARCHISATION DES ENJEUX 

L’articulation et la cohérence générale du document n’est pas précise sur l’équilibre à trouver entre les différentes politiques publiques. En effet, ces enjeux de biodiversité et de climat sont déjà appréhendés, par la  Région comme par d’autres institutions publiques, par le biais de différentes politiques. La SRB aurait pu, selon FNE, compléter ou actualiser l’évaluation concrète de la situation par l’évaluation des actions déjà menées et en cours. Cela aurait permis de travailler sur une hiérarchisation des enjeux, aujourd’hui absente de ce  document (ex : le tourisme est traité dans la SRB comme un moyen de développement. Malgré les aménités apportées par la fréquentation de la nature, on constate aussi que la sur-fréquentation n’est ni souhaitable pour  la biodiversité ni recherchée par les humains). Dans cette optique, documenter les solutions fondées sur la nature fortement différenciées selon les territoires apparaît être une voie prioritaire car déjà éprouvées.

MANQUE DE VISION GLOBALE DES FINANCEMENTS 

Les financements pour la biodiversité sont émiettés, parfois contradictoires et aucune complémentarité concrète n’est envisagée avec les autres financements possibles (Agence de l’eau, OFB, fonds européens…). Or, la Région pourrait venir en appui de financements existants (un complément pour l’effet-levier) et accompagner ainsi les collectivités exemplaires ou autres sites de gestion (ex : crédits d’animation des sites Natura 2000).  

Changement climatique, le grand absent du document  

Sous l’effet du changement climatique, la région méditerranéenne souffre d’évolutions de plus en plus  marquées sur les biens communs (milieux, biodiversité, eau, air…). Nos territoires subissent une augmentation  de +2.1 degrés depuis l’ère industrielle, soit une augmentation plus forte qu’au niveau national (+1.1 degré),  avec différents phénomènes :  

  • Perturbation du cycle de l’eau donnant lieu à une hausse des températures moyennes de l’air et de  l’eau,
  • Accroissement de l’amplitude et de la fréquence des phénomènes extrêmes : vagues de chaleur,  canicules, précipitations intenses / épisodes méditerranéens (par ex : tempête Alex en 2020).
  • Avec pour corollaire des sécheresses plus importantes (en durée, en intensité), entrainant un stress  hydrique des sols, des milieux, des êtres vivants, humains compris, et des risques de dépérissement et  d’incendie en hausse (ex : incendie de la plaine des Maures dans le Var, qui a ravagé quelques 8 000 hectares).

Ces constats sont documentés dans les cahiers thématiques du GREC Sud : ce sont des outils d’aide à la compréhension et à la décision sur lesquels s’appuyer. La Stratégie Régionale Biodiversité ne doit pas faire l’économie d’une déclinaison de différents scenarii prospectifs, pour évaluer envisager les impacts possibles sur l’ensemble des milieux, du vivant et de leurs conséquences pour les humains. Quel pourra être le profil de la région en 2034 ? Avec quelle biodiversité serons-nous appelés à vivre ? Quelle biodiversité sera encore présente ?  

Ces scenarii seront la base de choix d’anticipation et d’adaptation de nos comportements, activités, installations… Ils devront également inclure un volet «atténuation», afin d’éviter d’aggraver une situation qui continuera nécessairement d’évoluer sous l’effet de l’inertie planétaire. Cette atténuation devrait viser prioritairement à conforter la résilience des écosystèmes et tout particulièrement celle de la couverture boisée  régionale. Dans ce même esprit visant à garantir la meilleure fonctionnalité des milieux, une attention toute particulière doit être portée à la préservation absolue de l’ensemble des nappes phréatiques des bassins versants et de leur fonctionnement ; en particulier le long de leur chevelu

À titre réflectif également, une évaluation des aménités et du cadre de vie évoqués dans la stratégie doit être fait. Quel bien être, quel cadre de vie souhaitons nous pour notre région et ses habitants à l’horizon 2034,  2050… ? Quel niveau d’attractivité sera-t-il possible et souhaitable dans un contexte de changement climatique accru ?  

 

Déficit d’intégration des continuités écologiques

Le volet cohérence écologique du SRADDET présente de manière qualitative les trames vertes et bleues. Cette connaissance existante est insuffisamment valorisée dans ce document. L’éventail des trames turquoise – noire – brune est quant à lui absent. Il paraitrait pertinent de décliner ces trames et d’inciter à leur transposition dans tous les plans projets et programmes.  

À titre d’exemple, nous pensons que la trame noire est un axe essentiel. Une étude du CEREMA montre qu’un flux lumineux d’un demi-lux (flux lumineux d’une pleine lune) suffit à modifier le comportement des espèces nocturnes ou crépusculaires. Or la faune nocturne représente 30% des vertébrés, 70% des invertébrés ; alors que 30 espèces de chauves-souris (sur 36 recensées en France) sont présentes en Provence-Alpes-Côte d’Azur. La pollution lumineuse est une cause d’extinction majeure des populations d’insectes. La pollinisation nocturne est toujours importante et s’en trouve impactée au point que la pollution lumineuse entraine une réduction de 30% du rendement agricole.

Un programme de planification et d’actions à l’échelle d’une commune pourrait pourtant contribuer efficacement au traitement et à la réduction de la pollution lumineuse sur la commune concernée, avec des impacts positifs pour les finances publiques.  

La connaissance sert de support à l’action. L’indice région vivante, indice pertinent et de qualité, doit être davantage utilisé, notamment pour la mise en place de ces trames.

Des milieux ignorés à forts enjeux

Les milieux suivants nous paraissent absents, ou tout au moins mal pris en compte dans le document soumis à consultation : les sols, la forêt et les milieux aquatiques, littoraux et marins.

SOLS  

Non mis en valeur dans ce document, le sol, ou les sols, doivent être vus comme un volume et un milieu, et non comme une simple surface. Ils sont pourtant composés de milieux à forts enjeux, en raison des différentes  fonctions écologiques, économiques, sociales et culturelles qu’ils remplissent :  

  • Habitats ou supports de vie très variés pour une très grande diversité d’espèces (animaux, champignons, végétaux et de gènes) : on estime qu’un 1/4 de la biodiversité se trouve dans le(s) sol(s) ;
  • Production de biomasse, notamment pour l’agriculture et la foresterie ; 
  • Stockage, filtrage et transformation d’éléments nutritifs, de substances et d’eau ;
  • Support physique et culturel de l’homme et des activités humaines ; 
  • Réservoir de carbone (20 000 mégatonnes pourraient être séquestrées en 25 ans à l’échelle mondiale) 
  • Conservation du patrimoine géologique et architectural. 

En dépit de quoi, le manque de connaissance et de compréhension de ces sujets crée une sorte de flou, qui profite à ceux qui détruisent ces sols. On «ignore» les sols, dans les deux sens du terme : on les connait mal, et on ne s’en préoccupe guère. La proposition de stratégie présente ce même biais de non-considération.  

Pourtant, la reconnaissance du sol comme élément en tant qu’écosystème naturel à part entière, en incluant ses fonctions est déjà un enjeu fort, déterminant pour le maintien et l’équilibre global de la biodiversité, y compris dans son rôle d’interface avec les milieux aquatiques continentaux et marins,  

FNE demande que la protection des sols et la préservation de leurs capacités à remplir chacune de leurs  fonctions écologiques, économiques, sociales et culturelles soient intégrées dans la Stratégie Régionale Biodiversité, en déclinaison logique des préoccupations française et communautaire.  

EAU & MILIEUX AQUATIQUES

À l’instar de l’ensemble du document, les milieux aquatiques sont présentés essentiellement comme fournisseurs d’eau et de services écosystémiques (régulateurs de crue, stockage d’eau). La diversité des milieux qu’ils représentent, la richesse biologique qu’ils abritent sont très superficiellement décrites, ce qui ne met pas en exergue les enjeux auxquels nature et humains doivent faire face. Les conséquences du changement climatique ne sont pas appréhendées : quelles évolutions en cours de cette richesse biologique, de cette ressource ? Quels sont ou seront les pertes, les risques, les impacts engendrés par ces évolutions touchant la biodiversité aquatique ou celle qui y est liée ? Quelles en sont les causes ou les facteurs aggravant et comment y remédier, ou tout au moins réduire les pressions ? 

Les premières propositions mettent en avant la résilience des milieux face au changement climatique, la préservation des ressources notamment au bénéfice des milieux, la transversalité du sujet eau et milieux  aquatiques dans les différents domaines (aménagement, urbanisme, industrie…). Ces propositions pourront être complétées par des pistes de sobriété dans les installations, les usages (des milieux comme de la  ressource).

MER ET LITTORAL 

La région Provence-Alpes-Côte d’Azur possède une importante façade maritime, dotée d’un littoral riche en  termes de biodiversité, de paysages… et moteur dans l’économie touristique de la région. Pourtant, la mer et les littoraux n’apparaissent pas dans ce premier document de la SRB ! 

Les enjeux sont majeurs. La Méditerranée et ses littoraux sont fortement affectés par les activités humaines, les changements globaux, dérèglement climatique en tête. Les étés 2022 et 2023 ont été marqués par des  températures de l’eau de 29 ou 30° durant de trop longues semaines, entraînant des conséquences néfastes pour les habitats et les espèces marines, notamment les gorgones. Sous l’effet de ces changements, la structuration et les dynamiques des habitats littoraux et marins, et des populations (tous compartiments confondus, faune et flore), évoluent rapidement ces dernières années en Méditerranée. Malgré des connaissances encore trop lacunaires sur le milieu marin, les données disponibles font état d’un écosystème qui n’est plus le même aujourd’hui : cette situation limite nos capacités d’extrapolation, empêche toute évaluation prospective.  

Or, l’évolution des territoires, les changements climatiques et globaux impactent : 

  • Les milieux,  
  • Mais aussi les activités humaines, qui évoluent également, pour l’instant à la hausse (les gens cherchant  la «fraîcheur» de l’eau),  
  • Ou encore le trait de côte avec une aggravation des risques littoraux (érosion, submersion).  

Nous estimons mal aujourd’hui comment nos activités évoluent et évolueront, et quelles seront leurs boucles de rétroaction. Quels seront les prochains impacts que nos activités modifiées auront sur les milieux d’une part, sur les activités entre elles, sur leur cohabitation ? Quelles seront les conséquences de milieux modifiés sur l’attractivité du littoral régional : les populations continueront-elles de vouloir et de pouvoir s’installer, ou passer des vacances… ? 

La SRB doit donc : 

  • S’intéresser aux impacts du changement climatique et aux causes du déclin général de la biodiversité, particulièrement fort pour les écosystèmes marins, 
  • S’intéresser aux impacts et impacts cumulés de l’artificialisation du littoral et des activités sur les milieux littoraux et marins
  • Anticiper – imaginer les évolutions possibles, leurs conséquences, et les boucles de rétroaction,
  • Et envisager les réponses à apporter pour que le territoire reste vivable tant pour la biodiversité que pour les  humains.

FORÊT 

Face au changement climatique, il est nécessaire de renforcer nos connaissances de façon prospective pour mettre en œuvre une gestion durable de la forêt.
La place de la forêt dans cette version de la SRB est réduite à la portion congrue, malgré un large éventail d’enjeux existant concernant ce milieu : 

  • Risques (incendies…), 
  • Captation du carbone et atténuation du changement climatique,  
  • Puits de fraicheur, 
  • Importance de ce milieu pour la biodiversité régionale, pour le cycle de l’eau (attire l’eau), etc. 

L’action devrait être prioriser sur la confortation de la résilience de la couverture boisée régionale. Par son étendue, celle-ci est la seconde au niveau national. Il s’agirait de rétablir au mieux, par une gestion des boisements adaptée et ambitieuse, la nature écosystémique initiale de ces espaces, afin qu’ils assurent de nouveau leur rôle de modération des températures et des précipitations, de préservation de l’hygrométrie de l’atmosphère et des sols, et plus généralement de régulation du cycle de l’eau. 

Sur cette base nous proposons de revoir les schémas régionaux et d’appuyer une concertation large avec un  «Parlement de la forêt».  

 

Conclusion 

Ce diagnostic, en l’état, nous paraît incomplet. Nous regrettons que les travaux et les propositions issues de la  journée du 14 avril dernier, qui avait rassemblé en divers ateliers la majorité des acteurs de la région, n’aient  pas été davantage intégrés. 

Notre fédération propose que nous revoyions collectivement notre relation à la nature. Engager notre société régionale sur la voie de la co-évolution avec la nature doit être le credo de la Stratégie Régionale Biodiversité !

75%
d'espaces naturels en PACA : la plus importante proportion française
2/3
des espèces végétales françaises
1/3
des espèces d'insectes
+ de 10
espèces de mammifères marins et de nombreuses espèces d’oiseaux migrateurs et nicheurs

Pour aller plus loin

foret
Actualité
Biodiversité Biodiversité

Lancement du nouveau film "L'arbre qui cache les forêts" !

Publié le 2 février 2024
Les forêts de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur représentent 9,4% des forêts françaises avec…
Posidonie : vers une reconnaissance du préjudice écologique
Dossier
Biodiversité Biodiversité

Mouillages illégaux et posidonies : un précédent juridique en création

Publié le 16 janvier 2024
La fréquentation croissante de la mer et des littoraux, en particulier en période estivale sur la côte d’Azur, exerce une pression…
coex cotignac festival de la terre
Actualité
Biodiversité Biodiversité

CoExistences à l'heure d'hiver

Publié le 19 décembre 2023
Après un an et demi d’itinérance, d’animations, de balades et de ciné-échange, CoExistences rentre à la maison pour passer l’hiver au chaud… Tout l’hiver vraiment ? À voir !
merci
Actualité
Biodiversité Biodiversité

Les Super-Pouvoirs de l'Océan : merci pour votre générosité !

Publié le 8 décembre 2023
Le 28 novembre 2023, France Télévisions s’est une nouvelle fois associé à France Nature…