Posidonies en bord de plage.
Dossier
Mer Mer & littoral

Sable et posidonie : le difficile équilibre des plages

Publié le 1 août 2023

Enjeu majeur, la posidonie se retrouve aujourd’hui au cœur de toutes les politiques publiques méditerranéennes de développement durable, de lutte contre le changement climatique et contre l’effondrement de la biodiversité. Tout récemment encore, l’annonce des nouvelles mesures de la Stratégie nationale Biodiversité 2030 fait un focus sur cet écosystème-pivot et vise «100% des herbiers de posidonie de Méditerranée sous protection forte»[1]. Chiche !

Ce qui semble être une volonté nouvelle ne l’est pourtant pas : victime des activités humaines et des aménagements littoraux, la posidonie est une espèce protégée depuis longtemps (1988), sans pour autant que la destruction ou la dégradation de ces vastes prairies aient pu être enrayées. Or la lutte contre la perte de biodiversité s’avère aujourd’hui indissociable de la lutte contre le réchauffement climatique : la posidonie, et la biodiversité qu’elle abrite sont un facteur clé dans la lutte contre ces deux phénomènes, ainsi que contre l’érosion.

PLAGES VIVANTES

Les plages deviennent un lieu de vie très fréquenté des humains en été. Elles sont avant tout un milieu tout aussi nécessaire pour de nombreuses espèces qui y grandissent, s’y nourrissent, y nidifient… à l’instar des tortues marines ou de certains oiseaux. La posidonie a toute sa place dans ce fonctionnement sédimentaire à l’état naturel, tant vivante que morte. Vivante, car elle constitue de vastes herbiers en proximité du littoral. Ces herbiers atténuent la houle, et donc la force des vagues susceptibles d’emporter le sable. Morte, car ses feuilles accumulées sur les plages en banquettes stabilisent le rivage.

Le rôle des herbiers est donc déterminant à plus d’un titre dans le maintien du trait de côte et la résilience des plages.

 

UNE DYNAMIQUE CONTINUE

Si toutes les plages n’ont pas une origine naturelle, toutes constituent une interface terre-mer, et nombreuses sont celles concernées, à un moment ou un autre, par la dynamique perpétuelle érosion/accrétion  qui les crée et les efface. Elles sont un espace en mouvement permanent, sous l’effet de dynamiques hydro-sédimentaires complexes : accumulation de sable ou de galets apportés par les fleuves, mobilisés par le ressac et les courants marins, parfois bloqués par la configuration géographique des lieux ou les installations humaines.

Devenues un outil économique essentiel, les plages font l’objet d’une attention particulière de la part des communes. Différentes solutions s’offrent alors aux gestionnaires pour maîtriser l’érosion à laquelle elles sont soumises et qui menace de les faire disparaître. Un panel qui va de méthodes dites dures (ou «passives») comme la construction de brise-lames, d’épis, de digues ou d’enrochements… à des méthodes dites douces («actives») : installation de géotubes[2], rechargement sédimentaire, etc.

Ces dernières méthodes rencontrent un grand succès, notamment en raison de leur impact a priori moindre sur l’environnement et d’un investissement moins coûteux. Aussi, le réflexe a vite été pris, notamment sur la Côte d’Azur, de réengraisser artificiellement les plages à un rythme parfois soutenu, poussé par les effets du changement climatique et de l’élévation du niveau de la mer.

Cette méthode n’est toutefois pas totalement sans impact sur la biodiversité, à commencer par les posidonies, espèce endémique de Méditerranée et qui jouent un rôle majeur pour notre mer et la résilience de ses plages.

 

LA TECHNIQUE DE RECHARGEMENT DES PLAGES A-T-ELLE ATTEINT SES LIMITES ?

Le rechargement de plage est utilisé depuis de nombreuses années au motif d’embellir les plages et de les conforter face à une érosion qui s’accentue, en raison d’une part de l’artificialisation des littoraux, et d’autre part du changement climatique (montée des eaux, plus grande fréquence de tempête…). Au terme d’une utilisation systématisée et volumineuse, les rechargements des plages pour la saison estivale peuvent se révéler impactants pour la biodiversité, au premier rang de laquelle les herbiers de posidonies qui se retrouvent étouffés.

Depuis quelques décennies, des milliers de tonnes de sable, souvent même un sable de carrière abrasif, sont déversés sur les plages de Provence Alpes Côte d’Azur. C’est devenu une nécessité pour les communes balnéaires pour se rendre plus attractives, mais aussi pour compenser la perte de ce sable qui repart à la mer perpétuellement. Or, après la Corse, notre façade provençale est la plus richement bordée par les herbiers de posidonie, une espèce protégée aujourd’hui enjeu majeur dans la lutte contre le réchauffement climatique à plus d’un titre : habitat pivot, puits carbone, production d’oxygène, stabilisation des fonds… Un cercle vicieux s’est ainsi installé d’un besoin grandissant pour une technique qui se révèle nocive pour un écosystème clé identifié comme une solution contre le changement climatique.

La technique de rechargement des plages pourrait donc avoir atteint les limites de son efficacité si elle n’est pas dosée avec plus de précautions.

 

UNE METHODE DOUCE QUI N’EST PAS TOUJOURS SANS IMPACT

Pour limiter cette régression, les gestionnaires se tournent par facilité vers le rechargement de plage. Cette méthode est considérée comme une technique douce, à condition de ne pas altérer les dynamiques hydrosédimentaires au-delà du site aménagé. La DDTM du Var souligne que «tout rechargement peut avoir un impact considérable sur la flore marine, en particulier les herbiers à posidonie souvent localisés à proximité des plages. Répétée, cette méthode peut entraîner une hausse de la turbidité au niveau de la zone de dépôt. La diffusion de sédiments au large induit un potentiel étouffement de la flore aquatique»[5].

Ce point de vigilance, que nous partageons, a motivé de notre part un courrier que nous avons envoyé l’année dernière à destination des préfets, instructeurs des dossiers de rechargement des plages.

A ces impacts directs s’ajoutent d’autres conséquences de la pratique. L’extraction et le transport du sable ou des galets de remplacement sont émetteurs de gaz à effet de serre. Le passage répété des engins sur les plages entraine le damage, l’écrasement, l’émission de poussières…

Mentionnons ici que le rechargement des plages a un coût. Un coût direct car il s’agit d’un investissement récurrent dans une ressource non renouvelable  – le sable marin, en raréfaction - ou dans une ressource d’extraction à forte empreinte carbone – le sable de carrière. Et un coût indirect, celui de la dégradation des structures naturelles et des services qu’elles rendent, en l’occurrence maintien du trait de côte et des plages par les herbiers.

Enfin, et dans une perspective plus globale, cette pratique, faussement présentée comme inoffensive pour l’environnement, persiste à donner une vision biaisée des rivages méditerranéens avec la construction de paysages artificiels de palmiers et de sable blanc.

 

POURQUOI SE PRIVER DE L’EFFICACITE  DE LA POSIDONIE ?

Point de sable blanc et de cocotiers en Méditerranée ! Importée de l’océan indien, cette représentation faussée de nos plages s’est peu à peu imposée aux touristes et aux gestionnaires. Et ce, en dépit du caractère naturel des plages brunes de Méditerranée recouvertes de leurs fameuses banquettes : certes moins séduisantes, elles ont l’avantage de retenir le sable !

Et pour répondre à cette demande archétypée de carte postale, on a pris l’habitude (fâcheuse) d’enlever ces banquettes (la pratique est pourtant contraire à la loi qui interdit le déplacement de la posidonie[3], vivante et morte, depuis 1988). Mais sans banquettes, plus de sable… On a ainsi enclenché un cercle vicieux !

A noter toutefois que pour concilier la réglementation et la pratique balnéaire, il est toléré de repousser les banquettes sur les arrières-plages durant la saison estivale et de les réinstaller une fois les touristes partis[4].

Outre l’enlèvement des banquettes, les plages souffrent aussi d’autres menaces qui contrecarrent leur dynamique naturelle de reconstitution : artificialisation et pollution des villes côtières, (dont résulte une dégradation de l’herbier vivant et de son effet atténuateur de houle), diminution ou suppression des apports sédimentaires par les fleuves et les courants (en raison des extractions et des barrages en cours d’eau). A ces facteurs s’ajoutent encore les menaces de l’emballement climatique (tempêtes, élévation du niveau de la mer).

Cet ensemble de raisons explique ainsi que l’érosion progresse et les plages régressent.

 

PLAIDER POUR CHANGER LES PRATIQUES

La réglementation exige que tout rechargement de plage doive faire l’objet d’une étude au cas par cas pour prendre en compte l’environnement et donc potentiellement une évaluation environnementale lorsque les enjeux sont forts. Encore aujourd’hui, trop d’opérations de réensablement passent outre ces obligations.

Nos associations alertent sur ces questions et tentent de privilégier avant tout le dialogue. Cependant, à chaque fois que la situation l’exigera, nous n’hésiterons pas à intervenir devant les tribunaux pour que ces obligations soient prises en compte et que in fine les pratiques changent.

 

COMMENT GERER SES PLAGES ?

L’herbier de posidonie est un atout de résilience, capital dans la lutte contre l’érosion du littoral. Vouloir assurer l’économie des plages est légitime mais nécessite une approche intégrée de la gestion côtière pour s’inscrire dans la durée. La lutte contre l’érosion doit être englobée dans un processus intégré de gestion du trait de côte où la protection des herbiers de posidonie a toute sa place.

Les processus de rechargement doivent être solidement encadrés :

  • interdiction de tout rechargement des plages à proximité d’espèces protégées,
  • études d’impacts systématiques avant tout rechargement, incluant une analyse de cycle de vie systématique et globale,
  • suivi annuel (cartographie et registre) des linéaires côtiers pour lesquels des demandes de rechargement ont été faites.

Cette vigilance vis-à-vis des projets de rechargement sédimentaire doit s’accompagner d’actions de sensibilisation, pour améliorer l’acceptabilité sociale des banquettes de posidonies et retrouver des plages de caractère en Méditerranée.

L’enjeu de cette protection détermine la pérennité de nos plages. Sans posidonie, pas de plage !

 

Lire le courrier envoyé en 2022 aux Préfectures et DDTM

En savoir plus sur le rechargement de plage.

 

[1] Stratégie nationale pour la biodiversité 2030, action 2 : Objectif : Atteindre 10% du territoire terrestre et marin reconnu en protection forte

[2] Agglomération de matière donnant lieu à la création ou l’accroissement d’un élément.

[3] Arrêté du 19 juillet 1988 relatif à la liste des espèces végétales marines protégées. https://www.legifrance.gouv.fr/loda/id/JORFTEXT000000689850/

[4] plaquette de la DREAL, 2019, «améliorer la gestion de la posidonie sur les plages» : https://www.paca.developpement-durable.gouv.fr/plaquette-sur-les-bonnes-pratiques-de-gestion-des-a13961.html

[5] stratégie de gestion des côtes sableuses en érosion (2019), https://www.var.gouv.fr/contenu/telechargement/11187/100396/file/strategie_erosion_2019_signe.pdf

Aperçu de la plage de St Asile (Var) et de sa banquette de posidonies, avant la saison estivale..

Le ré-ensablement des plages n‘est pas un acte anodin pour la Posidonie

Le rechargement des plages est une compensation artificielle à l’érosion des plages. C’est la technique la plus utilisée (dans le Var) pour ré-équilibrer le sable qui est régulièrement emporté par les vagues.

La Stratégie départementale de gestion des côtes sableuses en érosion dans le Var met en garde contre un effet pervers attendu de cette méthode dite «douce» contre l’érosion des plages (2019, page 61). «Tout rechargement peut avoir un impact considérable sur la flore marine, en particulier les herbiers à posidonie souvent localisés à proximité des plages. Répétée, cette méthode peut entraîner une hausse de la turbidité au niveau de la zone de dépôt. La diffusion de sédiments au large, induit un potentiel étouffement de la flore aquatique».

Plage de Saint-Asile (Var), débarrassée de ses banquettes de posidonies, après réensablement.

Les limites d’une action systématisée

Un rechargement est présumé illégal lorsqu’il se fait sans autorisation ou qu’il ne prend pas en compte les impacts avérés sur l’herbier de Posidonie constatés lors d’une étude préalable, la posidonie étant rappelons-le est une espèce strictement protégée pour sa valeur d’habitat qu’il est interdit «de détruire, de colporter, de mettre en vente, de vendre ou d’acheter et d’utiliser tout ou partie» de la plante.

C’est le cas de figure de la plage Saint-Asile à Saint-Mandrier, située à proximité d’un herbier de posidonie particulièrement important (classé «ZNIEFF Posidonie»), pour laquelle a été faite une étude a été dans le cadre d’une gestion pluriannuelle. Cette étude a notamment mis en évidence un ensablement des pieds de posidonies en bordure de la plage.

FNE Provence Alpes Côte d’Azur a donc déposé un recours contentieux au Tribunal Administratif contre l’autorisation qui n’a pas pris en compte cet impact en 2022. Les délais de procédure n’ayant empêché le rechargement annuel de 2023, une plainte au pénal a été déposée pour atteinte à espèces protégées.

360
plages concernées par les banquettes réparties sur 41 communes littorales
33
communes sur 41 enlèvent les banquettes de posidonie en été.

Pour aller plus loin

Couverture du livret technique
Publication
Mer Mer & littoral

Organiser le Mouillage - une démarche pas à pas

Publié le 7 février 2024
Développés dans notre guide « 6 bonnes raisons d’organiser le mouillage côtier », les arguments justifiant une démarche d’organisation…
Couverture du livret argumentaire
Publication
Mer Mer & littoral

6 BONNES RAISONS D'ORGANISER LE MOUILLAGE

Publié le 24 janvier 2024
C’est dans l’objectif d’accompagner les acteurs locaux, collectivités en tête, que FNE Provence Alpes Côte d’Azur propose cet…
yacht cour
Actualité
Justice Juridique

La résilience ne doit pas se limiter au nom d’un yacht !

Publié le 16 janvier 2024
Si on en croit la définition du Larousse, la résilience est la « capacité d’un écosystème, d’un…
Posidonie : vers une reconnaissance du préjudice écologique
Dossier
Biodiversité Biodiversité

Mouillages illégaux et posidonies : un précédent juridique en création

Publié le 16 janvier 2024
La fréquentation croissante de la mer et des littoraux, en particulier en période estivale sur la côte d’Azur, exerce une pression…