JO 2030 notre positionnement
La fédération régionale de France Nature Environnement s’étonne de la décision de promouvoir l’accueil des JO d’hiver 2030 au sein de notre région dans un contexte de changement climatique fort.
Actualité
Biodiversité Aménagement Durable
Montagne Montagne & milieux naturels

🎿 JO d’hiver : une ébriété écologique à mesurer !

Publié le 20 décembre 2023

Les JO d’hiver à contre sens du changement climatique 

L’augmentation des températures moyennes, la fréquence et l’intensité des vagues de chaleur et des sécheresses, la diminution de l’enneigement naturel, l’accélération de la fonte des glaciers ou encore l’augmentation de la fréquence et de l’intensité des pluies extrêmes comme dernièrement la tempête Aline en Vésubie, exercent de très fortes pressions sur l’ensemble des écosystèmes de montagne. Plus largement, ces phénomènes impactent la disponibilité de ressources vitales comme l’eau, la possibilité d’assurer une production agricole ou encore l’intégrité des infrastructures, mettant en cause l’habitabilité future de ces territoires.

Aujourd’hui chacun peut déjà mesurer les premiers effets spectaculaires du changement climatique en montagne.

Le Conseil Régional a adopté le 26 octobre, en urgence et sans débat, une délibération lui permettant d’engager des moyens pour s’impliquer dans cette candidature.

Dans le même temps il vient de signer avec l’État, la 1ere COP inscrite dans le plan national de transition écologique dont l’objectif est de diviser par 2 les émissions de CO2 entre 1990 et 2030, alors même qu’en 30 ans c’est seulement à peine la moitié du chemin qui a été faite.

Priorité, coût et pérennité posent question !

La candidature française s’appuie en partie sur les infrastructures existantes issues des JO d’Albertville et de Savoie, il faudra toutefois construire deux patinoires de 12 000 et 6000 places à Nice.

Quel sera le bilan écologique de ces JO ? Quel en sera le bilan économique et social? Ceux des derniers jeux olympiques permettent de penser que les prochains pèseront inévitablement sur les finances des collectivités locales.

Certes, la majeure partie des événements et des équipements se feront en Auvergne-Rhône-Alpes. Mais, tout particulièrement dans les Alpes du Sud, nous savons que l’économie de l’or blanc appartient au passé.

Pour s’engager sur une autre trajectoire, les besoins sont importants : rénovation thermique des logements notamment dans les stations de sports d’hiver, relance des économies locales, amélioration de l’accessibilité, gestion et valorisation des ressources naturelles… Flécher les financements publics sur les quelques sites qui accueilleront les JO se fera au détriment d’actions plus générales.

Les organisateurs des JO promettent des jeux écologiques, notamment dans le domaine des transports. Est-il sérieux de croire que dans le temps imparti (six ans) les infrastructures ferroviaires promises pour les déplacements seront réalisées à l’échéance alors que la dégradation de l’offre ferroviaire dans notre région est à un niveau devenu pathétique pour les utilisateurs. En particulier, la ligne des Alpes Marseille-Briançon subit l’insuffisance des investissements nécessaires à son bon fonctionnement et une absence d’ambition pour en faire un axe stratégique de la vie régionale.

Une éco-conditionnalité nécessaire et vitale

Si l’attribution de ces JO est confirmée, il est impératif qu’ils soient conditionnés pour réinventer une nouvelle façon de vivre la montagne.

FNE Provence-Alpes-Côte d’Azur rappelle ses vues en matière de politique « montagne ». Les vallées alpines sont riches en biodiversité et en espaces sauvages. Les conséquences du changement climatique y sont d’autant plus visibles et mesurables. C’est le cas de la diminution de l’enneigement au fil des années, de l’augmentation des températures et de la fréquence des inondations. Le financement des investissements utiles à la transition écologique et énergétique doit s’appuyer sur les expériences passées pour en tirer les leçons ainsi que les alternatives écologiquement soutenables et localement viables.

Ainsi, pour FNE Provence-Alpes-Côte d’Azur, la montagne doit devenir plus résiliente environnementalement et économiquement. Territoire d’exception, elle doit bénéficier d’une protection spécifique liée à sa fragilité intrinsèque. Le maintien des fonctionnalités écologiques de la montagne est un des remparts au dérèglement climatique que nous connaissons déjà, il est d’un impératif absolu de le préserver et d’orienter tous nos moyens pour y parvenir. Dans cette vision, l’organisation de JO d’hiver n’est pas cohérente avec des objectifs de préservation des milieux naturels dans notre région ni avec ceux de la transition écologique.

C’est pourquoi FNE Provence-Alpes-Côte d’Azur considère que les nécessaires conditions environnementales rigoureuses qui devraient encadrer leur préparation et leur déroulement ne seront pas réunies.

Dès lors, FNE Provence-Alpes-Côte d’Azur ne soutient pas l’organisation des JO d’hiver dans notre région en 2030.

Si événement il y a, il doit être au service de l’intérêt général et la protection de la montagne en est un des éléments.

Quelles que soient les décisions prises, il est nécessaire d’engager une réflexion pour une véritable politique d’aménagement des territoires alpins prenant en compte l’intérêt général, les nécessaires évolutions imposées par le dérèglement climatique, la protection de l’environnement et des habitats, le bien-vivre des habitants.

Un tel projet d’aménagement du territoire doit s’accompagner, dès le début des réflexions d’une véritable concertation associant l’ensemble des habitants.

 

TÉLÉCHARGER NOTRE POSITIONNEMENT

JO 2030 : NOTRE INTERVENTION AU CESER

Pour aller plus loin

extrait site
Actualité
Biodiversité Aménagement Durable

Mettons les sols sur le devant de la scène !

Publié le 22 avril 2024
Le sol, ou les sols, sont depuis longtemps les parents pauvres de la protection de la nature. À…
soirée SAPN Embrun
Actualité
Biodiversité Aménagement Durable

[Hautes-Alpes] ⛰️ Soirée avec Joël GIRAUD

Publié le 10 avril 2024
𝐏𝐨𝐮𝐫 𝐮𝐧𝐞 𝐦𝐨𝐧𝐭𝐚𝐠𝐧𝐞 𝐯𝐢𝐯𝐚𝐧𝐭𝐞 𝐞𝐧 𝟐𝟎𝟑𝟎 Jeudi 11 avril, la Société Alpine de Protection de la Nature…
Logo Urbanisme
Dossier
Biodiversité Aménagement Durable

ZAN : au-delà de la seule arithmétique, une démarche à trouver

Publié le 20 février 2024
L’introduction du sigle ZAN ( pour Zéro Artificialisation Nette ) dans le vocabulaire de l’aménagement du territoire a entrainé des…
manif paysans 2010
Communiqué de presse
Biodiversité Aménagement Durable

Colère des agriculteurs : la transition agroécologique comme modèle de sortie de crise

Publié le 29 janvier 2024
Nous entendons et partageons le profond mal-être des agriculteurs et agricultrices, qui…